Bonjour,Je m’appelle Georges PERES, j’ai 78 ans, et vu mon âge avancé, j’ai envie de laisser derrière moi le souvenir d’une langue qui m’est chère. C’est celle que m’a appris ma mère en son sein avant ma naissance, et que l’on nomme :la  lengo mayrano : la langue maternelle, notre patois.Je ne pense pas avoir passer un jour de ma vie, quelles que soient les circonstances, sans le parler même tout seul.Je rencontre beaucoup de gens qui le parlent encore, beaucoup aussi qui voudrait se le « rafraîchir ». Loin de moi l’idée de le comparer à l’occitan, et refusant ainsi a ce qu’il  nous soit accaparé, il est notre patois.Je l’ai intitulé « le patois gascon ».Afin que celui-ci soit un fil conducteur, j’en ai fait le récit d’une vie vécue à la campagne dans le haut Astarac, avec une traduction en patois de Mirande.Il n’y a dans ce travail aucune prétention littéraire, mais plutôt une approche pédagogique du patois parlé et retranscrit en l’état.

 

Qué m’apèri Georges PERES, quèy 78 ans, é coumo l’atgé aouanço, qu’ey hamé dé déchà darrè jou, lou souvénir duo léngo qué méy caro. Quéy la qué m’a apprés ma mayré en soun séin et qué s’appèro :la léngo mayrano ; la léngo maternèlo ; nosté patouès.Nou pénsi pas aoué passat un dio de ma bito, et en toutos circousténsos sénsé lou parla ;mèmo tout soul.Qué rencountri forço moundé qué lou parlon encoouèro bien, forço d’aoutés qué souètérén lou « raffrésqui ». Louy dé jou l’éidéo de lou compara à l’Occitan, et réfusa qué lou mous accaparén ; qu’ey nousté patouès .Qué l’èy intitulat « Lou patouès Gascoun ».Enta qué aquésté ,aoujo un hiou conductou, qu’en èy hèy  un réçit d’uo bito biscudo à la campagno din lou Haout Astarac dab uo traducciou én patouès dé Mirando.Diguén aquét travail n’y a nado préténsiou littérario, més méslèou uo approcho pédagogiquo dou patuès parlat é rétrénscriou tel qué.

 

en haut à droite sont nés les 4 frères.

Le Baptistère est classé Monument Historique.