Constructions   Traditionelles de l’Astarac. CTA.  

C’est au début des années 1980 que notre Société   s’installa à Mirande, sur la place d’Astarac, dans un magasin vacant qui   avait été boucherie, et avant nous, marchands de Vêtements.

J’avais très vite ressenti qu’il fallait que je m’oriente   vers la prestation de services, et la transaction immobilière, suivie par de   la prestation en restauration, et construction de maisons traditionnelles.   Plus tard je penserais à la gestion immobilière.

 Intéressons nous   aujourd’hui au CTA. Cette association d’Artisans Mirandais créait des Maisons   traditionnelles avec l’aide d’un maitre d’œuvre, qui du fait de sa   qualification en Ingénierie Béton Armé, était un peu surchargé pour le suivi   de chantier du CTA. Je me joignis donc à cette équipe, et mon rôle premier fut   de travailler en collaboration directe avec le Maitre d’œuvre. De plus je   recherchais la clientèle, m’occupait des dossiers de constructions et de   financements pour les propriétaires, et organisait la coordination avec les   entreprises.

Pour le CTA, leurs habitudes de travailler ensemble me   facilitait la tâche : plus délicat était le problème avec les   entreprises extérieures (celles-ci n’étant pas exclues si notre client nous   le demandait). Bien souvent les travaux de finitions étaient sortis du   marché, le propriétaire se réservant celles-ci pour être effectuées un peu   plus tard.je ne peut m’empêcher ;    (ils se reconnaîtront), de citer les Entreprises de gros œuvre de   Jean, de charpente d’André, d’électricité  de Raymond,  de plomberie zinguerie de Denis, de plâtrerie   d’André, de Carrelage d’Antoine, de peinture de Jacques. Et évidemment de   Jean Claude le Maitre d’œuvre.

Je m’étais beaucoup intéressé à la Maison à ossature Bois   Oregon, j’avais senti (un peu tôt) l’avenir de ce matériau, j’avais vendu ma   1ère à Berdoues. Le frère d’André, avait effectué un stage à   Dunkerque 59140, pour connaître les subtilités du montage, toutes opérations   confondues, revint ravi de cette expérience. Nous en construisîmes 5, mais il   était je pense un peu tôt, nous étions en 1985, mais on était quand même dans   le sens de l’histoire.

La collaboration avec cette équipe fut très intéressante,   et les réalisations communes furent assez nombreuses dans la région.

 Quand à notre Agence,   elle se structurait de mieux en mieux, ma collaboration avec Diane se passait   dans de très bonnes conditions Notre portefeuille d’affaires grossissait de   plus en plus, et donc pourtant à priori je n’étais pas très   « attractif » ; je bataillais beaucoup pour prendre les ventes   à un juste prix, et non pour remplir des panneaux d’affaires, donc les   compliments arrivaient lors des transactions, ce qui était plus agréable.

Je pense que le travail publicitaire effectué avec mon   Fourgon, sur les marchés de la région, et dans les campagnes environnantes   avait beaucoup servi notre notoriété. C’était mon seul véhicule de   déplacements, et il était repéré de loin.

 Une autre devise   celle-ci commerciale : Bien   faire, et le faire savoir.

 

 

 

 Construccious   Traditiounèlos dé l’Astarac.CTA. 

Qui   A   début dé las annados Milo na cén quaté vint qué nosto Souciétat   s’installèc à Mirando, diguén un Coumèrço libré,qu’èro éstat Bouchério, é aan nousas, magasin dé vètoméns.

Qu    Qu’aèy bisté coumprés qu’é caléo oriéntà décap la prèstaçioun de serviçis, é la transactioun   immoubilièro, séguido pèr prèstatious dé réstarétiouns,   é dé construcciouns dé Mayzous traditiounèlos. Més tard qué pénsérèy   à la gestioun immobilièro.

Int    Intéréssén mous aéy a CTA. Aquéro Assousiatioun   d’Artizans Mirandés bastioon Mayzous Traditiounèlos dabé l’aydo d’un mèstré d’obro, qui dou fait  dé sa   qualificatioun d’éngéniur én bétoun armat, èro un pa surcargat  éntà   hai lou séguit dous chantiès dou CTA. Qu’én boutèy dab aquéro équipo, é moun prumè rôlé éstèc dé trabaillà én coullabouraçioun   dirècto dabé lou mèstré d’obro. Dé més qué réssèrcai la clientèlo, m’occupai dous   doussiès dé constructioun é dé finançomén éntas proupriétaris, é organiza la courdinatioun dabé las éntréprézos.

Enta   CTA, la suo habitudo dé trabailla énsémblé én façilitao    la cazo ; més délicat èro lou problèmo dabé las éntréprézos èxtériuros (aquéstos èron accèptados si lou   cliant las démandao). Bièn soubén lous trabails dé   finitioun èron sourtits dou marcat ; lou proupriétari lous sé résèrvao éntà més tard. Noun podi   pas émpècha ; (qu’és   récounéguéran) dé cita las éntréprézos dé Maçounério dou   Jean, dé charpanto dé l’André,   d’élèctricitat dou Raymond, dé   ploumbério zinguério dou Denis, dé  plastrério dé l’André, dou carrélatgé d’Antouèno é dé pinturo dou   Jacques. E évidemmén dé Jean   Claude lou mèstré d’obro.

Qué m’èri bien éntéréssat à   la Mayzoun a ossaturo én bès Orégon, qu’aèy   séntit (un pa bisté) l’abéngué d’aquét matéria, qu’aèy vénut la prumèro à   Berdoues 32300. Lou fray dé   l’André aè éffèctuat un statgé à Dunkerque 59140, éntà   counégué la fayçoun dou mountatgé, toutos apératious counfoundudos, tournè ravit d’aquéro èxpériénço. Quén   countruiscoun cinq, qu’èro, qué pénsi un pa d’ouro, qu’èron én Milo na cén quaté vin cinq, més qu’èron   quand mèmo diguén lou séns dé l’histèro.

La coullabouraçioun dab aquéro équipo éstèc rédé éntéréssénto, é las réalizatious èstèn noumbrouzos diguén la régioun. Quand à nosto Agénço, qu’és structurao dé méillou én méillou, la   Coullabouraçioun dabé Diane és passao diguén dé bounos counditious. Nosté portofuillo d’ahès groussio dé més én   més, é dounc pourtant, n’èri pas lou més « attractif » ; qué bataillai a més justé prêt éntà préngué las véntos, é nou éntà pléa lous pannés dé vénto : dounc lous coupliméns arribaon mès tard   après la vénto, ço qu’èro més   agréablé.

Qué pénsi qué lou trabail   publiçitari éffèctuat dabé lou Fourgoun, sus marcats dé la régioun  é diguén   las campagnos as aléntours aè bièn sèrbit nosto noutouriétat.

Qu’èro lou soul véhiculo   dé pésplaçoméns, é qu’èro répérat dé louy.

Yato   débizo coumerçialo : Bien hai, é at hai sâbé.

Le fourgon Publicitaire

Astarac Immobilier à Mirrande

 

 

 

 

 

 

Le fourgon publicitaire.

La facade place d’Astarac