96. Les Bruyères à Capbreton. 

Jeunes promoteurs, nous avions de grandes intentions, et   avions ouvert l’avenir comme l’alphabet par la lettre A « Les   Acacias », la seconde étape serait la lettre B « Les   Bruyères ». Cette opération plus importante que la première (15   logements), mais dans le même style d’accession a la propriété, et   préfinancement par le Crédit Foncier. Dans la vie les relations sont souvent   utiles, et encore une fois cette banque nous avait bien aidés dans les   Landes. Le choix de cette région de la côte Gasconne, nous   attirait parce que nous la connaissions, qu’elle était la plus proche de   notre siège, et que Capbreton était un vieux village de pêcheurs. Nous avions   gardé notre Architecte Tarbais qui nous proposa un programme alléchant dans   la pinède, à 500 mètres   d’un super marché, et 200    mètres d’un collège. Le travail de promotion sur le marché de Capbreton, avec   mon fourgon d’exposition, tous les jeudis pendant un an, faisait partie de ma   tâche, très intéressante par ailleurs.    Mais les 175 Kms qu’il allait falloir effectuer pendant au moins deux   ans commençaient à me poser des questions, que la volonté et l’engouement de   mes 50 ans, ne me permettaient pas d’en mesurer les charges. L’intérêt de cette promotion paraissait  plaisant aux accédants éventuels, et   quelques réservations fermes laissaient augurer d’un début de construction   fin 1982.  Pendant ce temps   nos affaires Mirandaises suivaient leur cours, je sentais celles-ci prendre   un peu d’envergure, surtout avec la complicité d’un maitre d’œuvre,   spécialisé dans les travaux du béton armé, qui avait une clientèle d’artisans   regroupés pour construire des maisons individuelles, et qui manquait de temps   pour suivre les travaux. C’est à ce moment là, que m’associant à cette équipe   naquit  le CTA (constructions traditionnelles de l’Astarac).  Nous aurons l’occasion d’en reparler un peu   plus tard.

  Les tractations, et   mise en place du programme Landais suivaient leurs cours, et les entreprises   montraient le bout de leur nez pour s’intéresser au chantier, relativement   important. C’est à ce moment qu’un entrepreneur de gros œuvre eut l’air un   peu plus intéressé que les autres et me demanda une rencontre. Il était d’une   ville distante de quelques dizaines de Kms, il me fit savoir qu’il était   intéressé par le rachat de la promotion en l’état dans son ensemble.

 Cela demandait réflexion, et comme mes associés sentant la   distance un peu lointaine pour le suivi de cette opération, virent d’un bon   œil cette proposition, et nous cédâmes Les Bruyères avec le paquet tout   emballé, à un promoteur qui était plus à l’aise aves ses camions et ses tracto-pelles,   qu’avec un programme avec prêt accession à la propriété. En deux mots   l’affaire fut intéressante pour les deux parties.

 Ce fut d’ailleurs la dernière opération avec notre société   Astarac Promotion. J’avais compris que ma place était plus intéressante en   tant que prestataire de services, de plus notre fille Mireille sortant de   l’école de l’immobilier de Toulouse était apte à venir s’associer avec son   père pour étoffer une Agence Immobilière.

  De plus une année   au pair en Angleterre, la préparait à une clientèle Anglaise qui arrivait   dans notre Gascogne.

 

 Las Branos à Capbrétoun.

Jouénés promouturs, qu’aouéouon dé granos énténtious, é qu’aouéouon aoubèrt abéngué coumo l’alphabèt pér la léttro A « Les Acacias »,   la ségoundo étapo èro la léttro B « Las Branos ».Aquéro   aoupératioun més émpourténto qué la prumèro (quinzé lotgoméns), més diguén lou mèmo stylé d’accéssioun à la proupriétat,   é préfinançomén pou Crédit founciè. Diguén la bito las rélatious soun soubén utilos, é éncouèro un cop aquéro banquo mous aouè bièn aydats diguén las Landos.Lou chouès d’aquéro régioun de la Côsto Gascouno, nous attiraouo,   émprémou qu’èro la més proché dé nosto Souciétat, é qué Capbrétoun èro un biéilh billatgé dé Péscayrés. Aouéouon guardat nosté Architècto Tarbés qué mous   proupousèc un programo intéréssén diguén la Pinèdo, à Cinq cén mèstrés d’un Supermarcat,   é dus cén mèstrés d’un coulètgé.Lou trabail dé proumouçioun suou marcat dé Capbrétoun, dabé lou fourgoun èxpouzicioun  cado ditjaous péndén un an, hazéouo partido dé moun   trabail, rédé éntéréssén pèr   aillurs. Més lous cén soixanto quinzé  kilomèstrés qué caléouo hai péndén aou méns dus ans couménçaouon à mous  paouza   quèstious, qué la bouléntat é l’éngoumén dé nostés cinquant’ans, nou mous pèrmétéouo pas d’én mézura las cargos.L’éntérèt d’aquéro proumouçioun paréséouo plazénto aoux accèdants   proupriétaris, é quaouquo résèrvatioun fèrmo déchaouon   aougurà d’un début dé countruccioun fin quouaté vin   dus.Péndén   aquét téms nostés ahès Mirandés séguiouon soun cours, é qué séntioui   aquéstés préngué amplou, surtout dab la coumplicitat d’un mèstré d’obro,   spéçializat diguén lou bétoun armat, qu’aouéouo uo cliantèlo d’artizans régroupats éntà la countruccioun dé mayzous éndividuèlos, é   qué manquaouo dé téms éntà ségui lou trabail. Qui én   aquét moumén, qué m’assouçièy én   aquéro équipo,é qué nescout lou CTA (Construccious Traditiounèlos dé   l’Astarac). Aouran l’aoucazioun d’én tourna parlà un paou més tard.

Las   tractatious è boutà én plaço dou programo Landés séguiouo soun cours, é las éntréprézos   mountraouon lou cap dou nas éntà s’intéréssa aou chantiè, prou émpoutén. Qui én aquét moumèn qu’un éntréprénur dé maçounério charpanto aouc l’ayré més éntéréssat   qué lous aoutés é démandèc an réncountrà.  Qu’èro d’uo bilo disténto dé quaouquo dètzéo de Kilomèstrés, é quén hèscout   sabé qu’èro intéréssat pou   rachat dé la proumouçioun én l’éstat diguén soun énsémblé.

Aco démandaouo réflèxioun, é coumo lous assouçiats séntiouon la disténço un paou louy éntaou séguit d’aquéro aoupératioun, bézoun d’un boun ouéil aquéro proupousiçioun, é qué cédèn   « las Branos » dab lou   paquèt tout émballat à un promotur qu’èro més a l’ayzé dabé sous camious é sous   tracto-palos, qué dab un programo dabé un doussiè   ,d’Accéssioun à la proupriétat. En dus mots l’ahé intéréssèc las duos partidos.

Qu’éstèc d’aillurs la darréro   aoupératioun dé la Souciétat Astarac Promotioun. Qué   coupréngouy qué ma plaço èro més éntéréssénto coumo prèstatari dé sèrbiçis, dé   més nosto dronlo Mirèille sourtiouo d’éscolo immobilièro dé   Toulouzo èro apto à s’assouçia dab soun pay éntà bailla amplou à uo Aganço Immobilièro.

Dé més uo nado dé trabail én   Angletèrro là préparaouo à uo clientèlo Anglèzo qu’arribaouo diguuén nosto Gascougno.

Emplacement des Bruyères

Emplacement des Bruyères

Les Bruyères.

Publicité sur la Fourgon Publicitaire