Restauration à Lavardens. 32360.

     Ce charmant village classé, possède un   château féodal, restauré par la famille de Roquelaure au 16ème   siècle. Nous fûmes intéressés par une petite restauration de Maison assez   typique du village.

  Maison à trois niveaux, deux sur la rue   principale trois sur le chemin de ronde, face aux Pyrénées. Assez délabrée et   inhabitée, celle-ci d’un petit prix convenait à nos moyens financiers. La   structure était convenable, et permettait d’aménager un studio T2, et deux   logements T3.

 Le   résultat esthétique fut apprécié. Mais le prix de reviens fut élevé, donc le   prix de vente pas très compétitif, et le délai de la vente encore une fois,   consomma la marge, et le crédit. Ce furent pour nous des enseignements   enrichissants, que nous mîmes en pratique par la suite.

 Nous   avions voulu nous faire plaisir, et montrer comment on pouvait sauver, et   surtout embellir un patrimoine. Pour cela, il fallait mettre hors d’eau, et   hors d’air, effectuer les voies d’accession et réseaux divers (eau,   électricité, sanitaire) et vendre en l’état, effectuer par la suite les   travaux pour le compte du propriétaire.

 Les   finitions coutent trop cher, et ne sont pas souvent au gout .de l’acheteur.   En un mot le délai entre la transaction d’achat et la revente, doivent être   le plus court possible, surtout quand on manque d’autofinancement. De plus en   ce qui concerne Lavardens, un peu trop éloigné pour faire travailler nos   entreprises, nous handicapa pour le prix de reviens.

 Toutes   les leçons sont bonnes à prendre, et par la suite nous avons réalisés pas mal   de restauration de maisons de Campagne, mais les finitions étaient réalisées   au compte du client, ce qui dans les moments difficiles que nous commencions   a traverser (1983), était intéressant pour les deux parties.

 Compte   tenu de ces « apprentissages », nous avons pris une autre   orientation et c’est vers le Magnoac 65230, que nous avons effectués les   restaurations suivantes  a Devèze, et   le presbytère de Sarriac. Ces opérations rapidement menées, avec un léger   investissement, nous permis de voir ou était notre voie, compte tenu de nos   moyens.

 Notre   intention était de faire une petite opération sur Mirande avec la   collaboration du Crédit Foncier, seule banque qui, à notre niveau, en   effectuant des logements aidés (APL) avec vente en l’état futur d’achèvement,   nous assurait le financement. C’est donc la restauration de la maison Mortès   vendue à un acheteur qui s’engageait à la location de 3 logements T2 et T3.

 C’était   pour nous la 1ere introduction Mirandaise, cette opération effectuée avec les   Artisans Mirandais. Ceci nous conduisit par la suite à changer l’orientation   de notre Société, en adjoignant une création d’Agence Immobilière avec une   carte Professionnelle existant.

 Un   peu plus tard d’ailleurs notre Société pris la dénomination d’Astarac immobilier. En 3 ans dans   ma nouvelle Orientation, j’avais ressenti ou étaient nos possibilités, vers   qu’elles orientations il fallait poursuivre notre aventure dans cette   profession ou je me sentais à l’aise, car formatrice pour moi.

 « Je   sais aujourd’hui bien plus qu’hier, mais bien moins que demain »   Toujours ma devise.

 Rèstaouraçioun à LavardénsAquét béroy billatgé classat, aouéouo un castèt féodal, rèstaourat pèr la famillo dé Roquelaouro aou sét’zièmo sièclé. Qu’éstèn éntéréssats pér uo pétito rèstaouratioun d’uo mayzoun typiquo dou billatgé.

Mayzoun à très nibèous, dus sur la ruo pricipalo, très suou camin dé roundo, fàço à la Pyrénéos. Déjlabrado é inabitado, é dun pétit prèt, conbénguéouo à nostés moyèns financiès. La structuro èro convénablo, é pèrméttéouo d’aménatja un studio T2, é dus lotjoméns T2, T3.

Lou résultat èsthétiquo éstèc appréçiat. Més  lou prèt dou trabail éstèc éjléouat, dounc lou prèt dé vénto pas trop coumpétitif, é lou délai dé la bénto un cop dé mès éntaméc la margeo, é lou crédit. Qu’éstè éntà nouzaous énseignoméns énrichisséns qué boutèn én pratiquo pèr la suito.

Qué mous aouéouon boulut hai plazé, é mountrà coumo poudéouon saouba, é émbèli un patrimouèno. Ent’aco qué caléouo bouta hors d’ayguo, é hors d’ayré, éffèctuà lous trabays d’accèssioun é viabilitat (aygo, élèctricitat, sanitari), é véné én l’éstat, éffectuà pèr la suito lou trabail a counpté dou cliant.

Las finitious coston trop chèr, et soun pas soubén aou gouch dé l’achetur. En un mot lou délai éntré la transactioun d’achat é la révénto, déouén èsté lou més court poussiblé, surtout quand on manquo d’autofinançomén. Dé més én ço qué councèrno Lavardéns, un paou trop louy éntà hé trabailla nostos éntréprézos, mous handicapè éntaou prèt dé rebénto.

Toutos las léçous soun bounos à préngué, é pèr la suito réalizèn rèstaouratious dé mayzous dé campagno, més las finitious èron réalizados à counté cliant, ço qué, diguén lous mouméns difficilés qué couménçaouon dé traouèssa (milo naou cén quouaté vin trés), èro éntéréssén éntà las duos partidos.

Counté tengut d’aquéts « appréntissatgés », qué prénguoun yaouto oriéntaçioun é qui décap lou Magnoac 65230, qu’éffèctuèn duos rèstouratious à Déouézo é Lou Prèsbytèro dé Sarriac. Aquéros aoupératious roundomén amiados, dab un lèougè énvèstissomén, nous pèrméttoun dé bézé oun èro nosté abéngué, counté téngut dé nostés moyèns.

Nosto énténçioun èro dé hai uo pétito aoupéraçioun sur Mirando, dabé la coullabouraçioun dou Crédit Founciè, soulo banquo qui, à nosté nibèou, én fabriquan lotgoméns aydats (APL) dabé vénto én éstat futur dé finiçioun, nous assuraouo lou finançomén. Qui dounc la rèstaouratioun dé la Maysoun Mortès, vénudo à un achetur qu’ s’éngadjaouo à louga très lotgoméns T2 é T3.

Qu’èro énta nouzaous la prumèro aoupératioun Mirandézo, aoupératioun réalizado pèr Artizans Mirandés. Aco mous amièc pèr la suito a cambià  l’oriéntaçioun dé la Souciétat, én ajoutan uo carto profèssiounèlo éxistanto.

Un paou més tard d’aillurs, nosto Souciétat préngout la dénominatioun d’Astarac Immobiliér. En trés ans diguén ma noubèlo  oriéntaçioun, aouèy résséntit oun èron nostos poussibilitats,  quinos oriéntatious calèouo ségui diguén aquéro prouféssioun oun mé séntioui à l’ayzé, surtout fourmatriço énta jou.

«  Qué saby aoué bièn més qué jé, més pas tan qué douman » Toutjours moun réprouè.

Lavardens avant restauration.

Apres restauration.