Mémoires du passé. 

Ce chapitre dont je   vais vous entretenir, m’est très cher et me gêne à la fois, car les mémoires   non  retransmises sont la cause de la   sécheresse de nos récits. A cela plusieurs raisons, en premier lieu nous   n’aimons pas raconter notre passé, et donc pourtant c’est lui qui conditionne   notre avenir. Une des premières raisons est la décohabitation précoce des   familles, il y a quelques décades on trouvait deux générations sous le même   toit, et parfois trois dans nos campagnes.

Imaginez une grand-mère de 75 ans,   racontant à sa petite fille sa vie d’écolière, plus tard de Communiante, ses   amourettes de jeunesse, et plus tard son grand amour et son mariage. Ensuite   sa vie de maman transmettant le flambeau, qui donnerait plus tard la vie à   cette même petite fille. Ajouté à cela bien sûr, tous les à coté qui   entourent deux générations, et bien cela est aujourd’hui presque impossible,   on ose à peine l’imaginer.

Tout d’abord « l’évolution », ah le   grand mot ! Les générations ne vivent pas ensemble, dont comment   communiquer ; de plus notre génération n’a pas été très   « causeuse » et il faut le regretter, car comment transmettre s’il   n’y a pas discussion ? Dans le couple c’est souvent la femme qui   transmet le mieux à ses enfants, l’homme n’a « pas le temps » et   est plus renfermé : « ils sauront plus tard »

je fais ici mon   « mea culpa », mais j’essaie de me corriger, et c’est je pense, ce   qui m’a donné l’envie de transmettre. Combien de faits marquants au printemps   de nos vies, ne seront pas racontés, et cela est dommage pour l’avenir, car   encore une fois, le passé est le fruit du futur.

Mon père nous à quittés à 57   ans, la transmission a été assez courte, nous avons gardé notre mère jusqu’à   85 ans, et nos enfants ont pu profiter des récits de leur grand-mère. Du côté   de mes beaux parents disparus à 72 et 86 ans, et surtout doués tous les deux   d’une mémoire exceptionnelle, nous ont permis, a nous et aux petits enfants,   de récupérer une partie de vie que nous n’avions pas connue.

Si je pouvais à   titre amical donner un conseil à mes locuteurs, c’est d’interroger vos   parents, et éventuellement vos grands parents, sur leur vie bonne et moins   bonne, et des évènements qui se sont écoulés. Quel service, pour nous   d’abord, pour eux ensuite de se sentir toujours utile, à une cause qu’il   n’avait peut-être pas soupçonnée.

Egalement pour notre société matérialiste   qui a besoin de ces repères pour avancer vers un avenir que nous souhaitons   tous meilleurs.

Ah ce que ça fais du bien de s’exprimer ainsi ! J’ai l’impression   de me faire du bien, mais à vous aussi !

En cette période ou nous allons   préparer nos  vœux, souhaitons que nos   gouvernants prennent eux aussi le temps, de se tourner vers leurs parents,   voir grands parents, et de puiser dans le passé des conseils et recettes, qui   nous permettent de retrouver un esprit civique, une confiance, une volonté,   l’honnêteté et le respect de tous les hommes,

C’est cela notre avenir.

 

 Mémouèros dou Passat

.Aquét chapitré d’oun bous baou éntréténgué, m’éntérèsso, é én mêmo téms én gêno, émprémou qué las mémouèros noun répétados,   soun la caouzo dé la « séquèro » dé nostés discours.A més   d’uo razoun, én prumè loc   n’ayman pas racountà nosté passat, é dounc   pourtant qui ét qué counditiouno nosté abéngué. Uo dé las prumèros razous y la   décohabitaçioun douriouo dé las famillos, y a quaouquos   décados, troubaouon duos génératious débat lou mèmo  téoulé,   dabus cops très én campagno.

Imaginat uo gran may dé soixanto quinz’ans, racountan à sa   pétito hillo sa bito d’éscoulièro, més tard dé coumunianto, sas amouréttos dé jouénésso, é   més tard soun grand amour é soun   maridadgé. Après sa bito dé  « mama » transméttan la flamo, qué baillérà més   tard la bito, én aquéro mèmo pétito hillo.   Ajoutat én aco dé ségu touts lous a   coustats qu’éntouron duos génératious ;   E bé tout aco éy aouèy prèsqué impoussiblé à imaginà.

Tout   d’abord « ll’évolotioun », ah lou gran mot !   Las génératious nou biouén pas énsémblé dounc coumo qué   coumuniqua : dé més nosto génératioun ni pas « parlayro »   é cat  caou régrétà, coumo transmété, si ya pas discussioun ?   Diguén lou couplé, qui soubén la hénno qué transmét lou méillou aous maynats, l’homé « n’a   pas lou téms » y més barrat :   « at sabéran més tard ».

Qué hèy açi moun « méa culpa », més qu’énsagi    d’ém courritgea, é qué pénsi qu’i aco qué m’a baillat la hamé dé transmété. Qu’antés faits   marquants dou printéms dé nosto bito nous séran pas racountats, é aco qui doumatgé éntà l’abéngué, émprémou, éncouèro un cop, lou passat   y lou frut du futur.

Moun pay mous quittèc à cinquanto sèt   ans, la transmissioun y éstado courto, aouén gardat nosto may dinco qouaté vint cinq ans, é nostés   dronlés an poudut proufita dous countés dé la   gran may. Dou coustat dé mous baous paréns disparuts à soixanto doutzé,  é qouaté   vint chés ans, é surtout douats d’uo mémouèro exèptionnèlo nous an pèrmés a nouzaous, é à nostés dronlés, dé récupérà uo   partido dé bito qué n’aourén jamés counégudo.

Sé poudéoui  à titré   amical baillà un counséil à nostés locuturs, séré d’intérrouga bostés paréns, é égalomén lous grans paréns, sur la suo bito, bouno ou moyèno, é dous   évènoméns passats. Qu’in  sèrviçi, à nouzaous d’abord, à érés énfin d’és sénti toutjours utilés, à uo caouzo qu’é n’aouèn  bélèou pas soupçounado.

Egalomén éntà nosto Souciétat matérialisto, qu’a bézouy   d’aquéts « répèros » énta aouança décap un avéngué qué souhaitan toutés méillou.

Qu’éy ço, qué   pot hè bén dé poudé parlà ataou ! Qu’éy lémpréssioun   d’én hè  bén, més a bouzaous tabén !

En aquésto   périodo oun ban prépara lous souhaits, pénsén à nostés Goubèrnans, éntà qué érés tabén pénsén  à parla   à sous paréns, é mèmo grans paréns, é dé tria quaouquo récètto é counséils, qué   mous pèrmétton dé tourna trouba un èsprit civiquo, uo counfiènço, uo bouléntat, l’haounèstétat é   lou rèspèc dé toutés lous homés.

Qui aquiou nosté abéngué

Trois Générations autour d’une Paélla.