Les   Acacias.  Comme relaté sur les chapitres   précédents, cette opération relativement importante à notre niveau : 10   Logements accolés, répartis en T 2, T 3, T4. Avec garage, Jardinets, et   clôtures, avaient fière allure sur nos maquettes.

Nous eûmes quelques difficultés auprès de la Municipalité pour   faire accepter notre projet, nous avions un jeune architecte qui venait   proposer dans un milieu ou fleurissaient de belles villas indépendantes avec   jardins, un programme de petites maisons coquettes mais évidemment plus   sobres, et surtout pour des budgets ayant droit à l’Aide pour le Logement   (APL).

Comme c’était notre 1ère réalisation importante, mes   associés furent autorisés à réaliser le chantier afin de partager les   risques  (merci aux administrations   bienveillantes de l’époque). Les risques étaient quand même très mesurés avec   la vente en l’état futur d’achèvement, et le financement suivi par le Crédit   Foncier. Ce Chantier fut rondement mené : les fondations coulées en Aout   79, et en juillet 80 le pavillon témoin se visitait, et le 1er T4   fut livré.

Le mobilier du pavillon Témoin avait été installé gracieusement   par un Commerçant de Seissan, ainsi que l’installation de la Cuisine par un   autre commerçant de la Commune. La décoration avait été offerte par un   Artisan Mirandais, rétrocédée a moitié prix à l’Acheteur ; ces gestes ne   s’oublient pas et méritent encore un grand Merci.  Il est évident que la publicité adéquate   avait été faite, et que les réservations effectuées, attendaient le   financement pour rentrer dans les Logements.

Par contre notre objectif de   vente qui avait pensé aux retraités, et aux jeunes couples ou célibataires,   fut totalement retourné. Très facile à expliquer aujourd’hui : Les   avantages financiers étaient plus favorables aux ménages avec enfants,   d’autant plus que les logements T2 étaient relativement cher. Le résultat de   l’opération fut que pour terminer la promotion nous fûmes obligés d’acheter   deux logements T2 que nous revendîmes plus tard.

Notre satisfaction à   l’inauguration de cette promotion de ce « hameau des Acacias » ou   nous avions invités toutes les entreprises qui avaient participés aux   travaux, ainsi que les administrations qui nous avaient épaulées, se termina   par une dégustation de tourteaux (connus dans la famille) et de vin blanc du   Pacherenc. Au dire des entreprises, ils n’avaient  jamais vu cela.

 Nous avions relevé un   défi : installer une promotion collective de 10 logements, dans un   village grandissant, a des prix raisonnables, et d’accession financière   facile. La publicité à la vente aidée par notre Caravane sur place, avec des   permanences, et des rendez vous pour visites de la construction. Le camion   publicitaire sur le marché d’Auch compléta la prospection de vente.

Dans le   même temps continuaient des travaux de restauration de maisons de caractère   notamment à Lavardens, dont nous reparlerons un peu plus tard. Tous les mois   mes réunions avec mes confrères toulousains, me donnaient du tonus et de   l’assurance à bien conduire nos opérations. 

Et des relations par l’intermédiaire   de notre Banquier nous orienta vers une Opération similaire sur la côte   Landaise à Capbreton.

 

 

Lous Acacias. Coumo rélatat suous chapitrés précédéns, aquéro aoupératioun prou   émpourténto à nosté nibèou : dèt lotgoméns   accoulats, répartits én T2 T3 T4, dambé garatgés jardinéts é clôturos, aouèn poulido alluro sur las maquéttos.

Qu’aoun quaouquo difficultat aou proché dé la Municipalitat éntà hè acceptà nosté proujèt, qu’aouéouon un jouén architècto qué bénguéouo   propoouza diguén un méyloc oun flouriouon dé béroyos villas éndépéndéntos dabé un jardin, un programo dé pétitos maysous indépendéntos, un paou més sobros, é surtout éntà budgèts aoujan drét à l’aydo éntaou lotjomén (APL)

Coumo èro nosto pruméro réalizatioun  émpouténto,   lous assouciats éstèn aoutorizats à réaliza lou chantiè énta partatja lous risqués (mèrçio à las   administrtious biènveilléntos dé l’époquo). Lous risqués èron quand mêmo mézurats dabé la vénto én l’échtat futur d’achèvomén, é lou finançomén   ségit pou Crédit Founciè. Aquét chantiè éstèc roudomén amiat : Las foundatious   coulados én Aouch soixanto dèzo naou. Et én juillét couaté vint, lou Pavilloun Témoin és vizitaouo é lou   prumè T 4 échtèc livrat.

Lou moubiliè dou Pavilloun Témouèn éstèc énstallat graciouzomén pèr un   Coumèrçan dé Chichan, tabé la couzino pèr yaouté coumerçan dé la Coumuno. La   décourasiou éstèc aoufèrto pèr un coumerçan Mirandés, rétrocédado à méytat prèt à   l’achetur : aquéts gèstés nous déjbrémbon pas é mériton éncouèro un gran   Mèrçi. Qui évidén qué la publicitat émpourténto èro éstado haiyto, é qué las réservatious   éffèctuados atténdéouon lou finançomén éntà éntrà    diguén lous lotjoméns.

Pér countro nosté objectif dé vénto d’aoué pénsat aous rétraitats, é aous jouénés couplés é célibataris, éstèc totalomén rébirat. Façilé à éxpliqua aouéy : Lous aouantatgés finançiès éron més aouéntatjous aous ménatgés dabé famillo, dé més  lous pétits lotjoméns coustaouon   rélativomén més chèrs.Lou résultat dé l’aoupératioun hai qu’échtèn   aoubligats dé croumpa dus lotjoméns qué rébénoun més   tard.

Nosto satisfaccioun à   l’inauguratioun d’aquéro Proumouçioun dou « quartiè   dous Acacias », oun aouéouon émbitats toutos las éntréprézos qu’aouéouon participat aou trabail, tabé las   administratious qué mous aouéouon aiydats, sé tèrminai pèr uo dégustatioun dé tourtèts (counéguts diguén la famillo) é dé   Vin blanc Pacherènc. Aou dizé dé las éntréprézos,   n’aouèn jamés bich aco.

Qué   bouléouon réilléoua un défi : énstanla uo proumouçiou collèctivo dé dèt   lotjoméns, diguén un billatgé qu’és dévéloupaouo,   à prêts razounablés, é d’accèssioun financièro façilo. La   publicitat à la vénto aiydado pèr la Caravano   sur plaço, éntà rendéz-vous, é las   pèrmanénços. Lou Fourgoun bublicitari suou marcat d’Aouch entà coumpléta la prouspèctioun dé las véntos.

Diguén lou mêmo témp countinuaouo   lou trabail dé rèstaouratioun dé mèyzous dé caractari   noutamén à Lavardéns, d’oun parléran un paou mès tard. Cado més las rénious ménsuèlos dabé lous Toulouséns, mé baillaouon lou   « tonus » é l’assurénço à bièn counduizé las aoupératious.

E las rélatious   pèr l’éntérmédiari dé nosté Banquiè,  nous oriéntèn  décap   uo aoupératiou sur la Costo Landézo à Capbreton.

 

Aout 79. On coule les fondationd des Acacias.

Juin 80. On termine le chantier.