Inter   Villages à Clermont.

 

Nous étions en 1980, et il se faisait   par-ci  par- la, des manifestations qui   avaient l’avantage de réunir les villageois dans un but précis de rencontres,   et surtout de compétition.

 Inter-villes    faisait fureur à l’époque, la presse,    la télévision, se faisaient l’écho avec fortes exagérations pour tenir   l’ambiance au plus haut niveau. Ne croyez surtout pas que des villages de 200   Habitants, distants de quelques Kms aient besoin d’une grande publicité,  pour déplacer acteurs et supporters, pour   aller conquérir la bannière de Vainqueur, du    village d’en face.

Le jeune Michel (trop tôt disparu) avait eu l’idée   de cette manifestation, et avec ses compagnons du Foyer rural, s’était   investi pleinement. Des liens de parenté avec un village voisin,  lui avait permis d’entrer en contact avec   les responsables, et d’en obtenir l’accord. Pour un petit village une telle   organisation même avec du matériel    précaire, pose problème. Deux éléments sont primordiaux et toujours   d’actualité, en premier lieu  la Piscine et la corde. La piscine réalisée avec des bottes de paille reliées par   des cordages, supportant une bâche plastique contenant1 m d’eau. Il est plus facile   de trouver une grosse corde de 20m de long pour effectuer le tir à la corde.   Une anecdote amusante qui permet de desceller l’humour de nos campagnes.

Nous   avions évidemment un animateur, qui manipulait le français et le Gascon à   merveille, et pour un jeu il fallait peser deux grands gaillards, une bascule   romaine avait donc été installée ; Je vois encore l’animateur Guchen,   demander à Henri montant sur la Bascule : Combien pesez-vous ?   Celui-ci très sérieux lui répond : « toute la barre » !   Et oui, il pesait 100 Kgs.

La piscine servait à contrôler des jeux d’adresse   en traversant sur une planche, évidemment sans tomber à l’eau, mais quel   plaisir pour le public de voir un concurrent, après maintes contorsions pour   l’éviter, s’affaler un peu plus bas.

Le tir à la corde était très   spectaculaire, tout d’abord les enfants ; 15 de chaque côté, un piquet   planté avec 1 nœud délimitant la frontière de départ, un nœud délimitant le   milieu de la corde, chaque équipe se plaçant à sa convenance de chaque côté,   le but étant de renverser son adversaire pour gagner le tir.

Suivaient   ensuite l’équipe des dames, et ceci dans les mêmes conditions ; Vous ne   pouvez imaginer la force au poignet de nos dames de la campagne, car la   partie la plus prisée par le public, et indécise pour celles-ci, ne manquait   pas de « piment ».

La vedette venant  bien sûr du tir à la corde de ces   messieurs, évidemment dans les mêmes conditions, la partie dura un peu plus   longtemps, elle était plus équilibrée. Le jeu intellectuel qui suivait,   réalisé par l’animateur, comprenant deux équipes de 3 candidats reposait sur   des questions de géographie locale, et sur la vie contemporaine ; il   avait aussi un bon succès.

Le soir un cassoulet monstre fut servi aux   participants, et les visiteurs purent également  se régaler après avoir payé une   participation, et profiter de la soirée dansante offerte par la Municipalité.  

 Il y eut bien sur le match retour, et cela dura 3 bonnes années. Et comme les   bonnes choses, tout à une fin. Peut être un Jour ?

 

 Entèr Billatgés à Claramount.

 

Qu’èron én Milo Naou Cén Quaté Vint, é   sé hazéouo pér ci pèr quiou, manifestatious qu’aouén l’aouantatgé dé réuni lous vilatjouès diguén un but préçis dé réncountros, et   surtout dé coumpétitioun.

Entèr bilatgé èro appréçiat à l’époquo, lou   Journal, la Télévisioun, rélataouon dabé forço éxagératioun éntà téngué l’émbiènço aou més haout nibèou. Nou crézét surtout pas qué Billatgés dé dus cén habitants   aoujon bézouy d’uo gran publiçitat èntà désplaça acturs é supportèrs, éntà ana çèrca la banièro dé la Gagno , aou billatgé d’én faço.

Lou jouén Michèl (trop lèou disparut) aouè aut l’èydéo d’aquéro manifestatiou, é dabé sous copains dou Foyè Rural, s’èro énvèst²t totalomén. Lièns dé paréntat dabé un billatgé bézin, l’aouè pèrmés d’éntra én countact dabé lous rèspounsablés.   Enta un pétit billatgé uo talo organizatiou, mèmo dab matériél « fabricat »,   paouzo problèmo. Dus éléméns soun   éndispénsablès, et  toujours   d’actualitat, én prumé loc la Piscino et la cordo .   La Piscino èro réalizado dabé botos dé paillo réliados dabé cordos, suppourtaouon uo bacho plastiquo pléo d’aygo sur un mèstré dé haoutou. I més façilé dé   trouba uo grosso cordo dé Vint mèstrés dé loung éntà   éffectua lou tir à la cordo. Uo anècdoto Rigoloto  qué pèrmét   dé dévina l’arizé dé nostos campagnos.

Qu’aouéouon dé ségu un animatur, qué manipulaouo lou Françés é lou   pattouès à mèrvèillo, é , éntà un joc   qué caléouo péza dus grans gaillards,   uo basculo roumano èro dounc installado, ; qué béy   dounc l’animatur Guchèn, démanda à Henri : Quan pézat ?   E aquésté tout sérious lou réspoung :  « touto   la barro » . E oui, qué   pézaouo cén Kilos.

La piscino sèrbiouo à coutroulà jocs d’adrésso,   traouèssa sur uo plancho, évidamén sénsé cagé à l’aygo, més qu’in plazé éntaou public dé bézé un councurrén, après forços countoursious éntà l’éjjbita, s’éjmapa un paou mès bach !

Lou tir à la cordo   èro rédé spectaculari. Tout   d’abord lous éscouliès : Quinzé dé cado coustat, un piquét plantat à tèrro dab un nuzèt bièn apparén qué démilitaouo lou méyloc dé la cordo, cado équipo és plaçaouo à sa   counvénénço dé cado coustat, lou but èro dé   tournéja l’advèrsari éntà gagna loi tir.

Séguiouo après l’équipo dé las Hénnos é toutjours diguén las mèmos counditious ; nou bous poudét   pas imagina la forço aou pugnét dé nostos hénnos à la campagno, é   la partido la més goustado pou public, é éndécizo énta aquéstos, nou manquaouon   pas dé « pimén ».

La vedétto bénguéouo bièn ségu dou tir   à la cordo dous « machos », toujours diguén las mèmos counditious, la partido durèc un paou més lountéms, èro més équilibrado. Lou joc éntélèctuèl   qué séguiouo, réalizat pèr l’animatur, coumprénguéouo duos équipos dé très candidats,   répaouzaouo sur quèstious dé Géofrafio localo, é sur la bito dé cado jour, qu’aouéouo tabé un boun succès.

Lou sé un gran Cassoulèt   éstè sèrvit aous partiçipants, é lous viziturs és poudoun régala après aoué pagat uo partiçipatioun, é proufità dé la   sérado dansanto aoufèrto pèr la Muniçipalitat.

Y aouuc bièn ségu un match   rétour, é aco durèc dus ou très   ans. Et coumo las bounos caouzos, tout a uo fin.   Bélèou un jour ?

 

Au fond La piscine et un beau paysage.

Le tir à la Corde des Séniors.