Changement de Cap.  

1979 fut pour moi une année de  réadaptation, d’observation et   d’apprentissage à mon  nouveau travail.   Car passer du régime de salarié, au régime d’entrepreneur gérant de Société   (1er Avril) n’est pas aussi évident, mais c’était mon choix, que je n’ai   jamais regretté. Je me devais en 1er lieu de bien accompagner mon   successeur auprès des organismes coopératifs et institutionnels avec lesquels   nous avions des relations assez rapprochées, notamment la chambre   d’Agriculture du Gers, ou nous avions un bureau permanent, et un secrétariat   partiel, accompagnés des services de duplication de nos expérimentations.  

Quand au travail expérimental sur la ferme, la compétence de Robert était   d’un bon support. J’ai essayé de me dégager le plus vite possible afin de me   consacrer à mes autres tâches, tout en restant disponible au moindre   problème,  et je crois pouvoir dire que   la passation s’est effectuée sans problèmes particuliers. Quand à ma nouvelle   tâche elle consistait tout d’abord à définir avec mes associés les règles, et   la Constitution de notre Société et celle-ci fut créée et s’intitula « Société Astarac Promotion ».  

Notre Objectif : acheter, et restaurer des Maisons de caractère   inhabitées, et les revendre après réhabilitation, et créer des hameaux à la   Campagne. Tels étaient définis nos objectifs à la création de notre Société   par une Fiduciaire Comptable. Celle-ci nous fut d’une grande utilité pour la   définition des marges à appliquer pour    ces travaux de restaurations assez délicats. Son concours était un peu   onéreux, mais indispensable à la bonne marge de notre entreprise. La banque   nous ayant consenti un découvert autorisé, au niveau de notre   inexpérience ; un an plus tard se découvert fut augmenté.

 Me voilà donc   à plein temps dans mon nouveau travail de recherche, et notre 1ère   restauration fut le Presbytère de Monlaur Bernet 32140, très belle maison à   colombages au centre du Village avec vue superbe sur les Pyrénées. Mon bureau   avait de ce fait changé de place, et c’est au domicile familial qu’il fut   installé, et pour commencer ce fut mon épouse qui me servit d’hôtesse, et   surtout de standardiste quand je me déplaçais, (il n’y avait pas de téléphone   portable à l’époque).

La 2ième restauration fut effectuée à Ponsan   Soubiran 32140. Ensemble à Colombage constituant deux logements, dans la   vallée de la Baïse, de très belle facture après restauration. Mais trop chère   à la vente, et son délai à la transaction, consomma notre marge au profit de   la Vente. (1ère leçon fondamentale en Promotion Immobilière, il faut posséder   une bonne partie de capitaux propres). Ces deux restaurations furent   réalisées en partie par nos entreprises, car distantes de moins de 20 Kms.  

Cette année me donna l’occasion de rentrer dans une nouvelle vie, sans   comparaison avec les 20 ans passés à l’ITCF, sans faire une coupure brutale,   car rares étaient les semaines ou je ne revenais voir mes anciens compagnons.  

C’est dans ces mêmes temps que je cédais la présidence gersoise des gîtes de France.   Il me sembla que, déontologiquement un promoteur Immobilier, ne devait pas   porter cette étiquette.

 

 Cambiomén dé cap. 

Milo naou cén soixanto dèzo naou, éstèc éntà jou uo annado dé réadaptatioun, d’observatioun, é   d’appréntissatgé à moun naouèt trabail. Passa dou régimé   dé salariat, aou régimé d’éntréprénur   gérant dé Sociétat (Ier Avriou) n’y pas évidén,   més qu’èro moun chouès, qué n’èy jamés régrétat.Em prumé   loc qu’ém déouéoui dé bièn   accoumpagna moun succèssur, aou prochè dous Organismés coopératifs é énstitutionnèls   dambé quinés aouéouon rélatious prou rapprouchados, noutammén la Crampo   d’Agriculturo dou Gérs, oun aouéouon un burèou pèrmanén, é un   sécrétariat partièl, accompagnats dé sèrviçis dé   duplicatioun dé nostos éxpériméntatious.

Quand aou trabail éxpériméntal sur la fèrmo, la coupéténço dé   Robèrt èro d’un boun support. Qu’assajèy d’ém désgadja prou   visté, éntam counsacra  à moun naouèt trabail, é démourà dispouniblé aou méndré problèmo, é qué créy poudé dizé qué la passatioun   s’éffèctuè sénsé problèmos   particuliès. Moun naouèt trabail counsistèc tout   d’abord à défini las naouèros règlos, é a la   constituçioun dé nosto Souciétat, éstéc dounc   Counstituado é s’appérèc : « Societe Astarac Promotion ».

Nosté objectif èro dé croumpa, rèstaourà,  è rébéné   après restaouratioun, é créa aoupératious groupados à prèt moudérat én campagno. Tèls éstèn définits nostos prévizious à la créatioun dé   la Souciétat, pèr uo Fiduciairo Countablo. Aquésto mous éstèc d’uo grano utilitat éntà las définitious dé las marjos à appliqua énta aquérés trabails dé   rèstaouratioun prou délicats. Soun Concours coustèc un paou carè, més éndispénsablé   à la bouno marjo dé nosto éntréprézo. La banquo nous aouè   counséntit un déscoubèrt autorizat, aou nibèou dé nosto inèxpériénço ; mès un an més tard lou déscoubèrt éstèc aouméntat.

Qué soy aro diguén moun naouèt trabail dé résèrco, é nosto prumèro rèstaouratioun éstèc lou Présbytèro dé   Mounlaou Bernèt 32140, poulido mayzoun a Coulanatgé aou céntré dou Billatgé, dabé uo bisto supèrbo sur las   Pyrénéos. Moun burèou aouè d’aquét fait cambiat dé plaço ; é qu’ésc aou domicilé familial qué   m’énstanlèy, é éntà comménça qu’éstèc Luciènno qu’ém sèrbiscout à la réceptioun, é aou téléphono, qu’am mé désplaçaoui (n’y aoué pas lou téléphono   pourtablé à l’époquo).

La ségoundo rèstaouratioun   éstèc éffèctuado à Pounsan Soubiran 32140. Ensémblé à coulanatgé   counstituan dus lodjoméns, diguén la valléo dé la Baïzo, bièn prézéntat à la bénto. Més   trop caré, é lou délai à la bénto counsoumèc la   marjo, aou proufit dé la banquo.(Prumèro léçoun foudaméntalo ,én proumoutioun   immobilièro, qué caou aoué uo partido dous capitaous proprés) Aquéros duos rèstaouratious éstèn réalizados én partido pèr nostos éntréprézos ; disténço   dé méns dé vint kilomèstrés.

Aquéro annado ém baillèc   l’aoucazioun d’éntrà diguèn uo naouèro bito, sénsé coumparaizoun dabé lous vint ans passats   à l’ITCF, sénsé hai uo coupuro brutalo, raros èron las sémanos oun   nou tournaoui bézé mous ancièns   coumpagnous.

Qui diguèn aquét mèmo témps qué cèdéy la Présidénço dous Gïtos dé Franço. Qu’ém sémblèc qué, déontologiquomén,   un promotur Immobiliè nous poudéouo pas pourtà aquéro étiquétto.

Il avait de beaux restes.

Il a quand même de l’allure.