Octobre 78. Journée Régionale Maïs au Billan.

 Cette journée, assez classique dans   notre travail, bien rodée, car y participaient, plusieurs services et   acteurs, dont je ne rappellerais pas les façons de faire, (voir chapitre   64 : Installation de l’ITCF), prenait cette année pour moi une place un   peu plus émouvante. Comme d’habitude, après une réunion matinale au Foyer   rural avec des exposés de conférenciers choisis en conséquence, le repas pris   dans les restaurants de Seissan et Mirande, avait lieu la journée   traditionnelle Maïs- Sorgho.

Elle était pour moi, l’annonce discrète, mais   réelle, de faire part a mes collègues et Agriculteurs l‘intention de les   quitter après 20 ans que je considérais comme de « bons et loyaux   services ». Le vent avait soufflé, et au moins la moitié était au   courant. Quand à notre Direction, elle l’était évidemment, et je rappellerais   ici les paroles qui furent prononcés : non seulement vous voulez nous   quitter, mais de plus, vous me proposez un remplaçant. Je répondis que   j’avais passé 20 ans auprès de cette institution, que je m’étais investi au   maximum, et que je souhaitais l’a laissé entre de bonnes mains, d’un grand   garçon dynamique, excessivement compétent en la personne de Bernard.

Celui-ci   fut présenté discrètement, et cette fin de journée me permit de saluer tous   ces techniciens et Agriculteurs sans lesquels il n’y aurait pas eu ce travail   commun d’expérimentation, qui ne peut plus être plus près de la terre qui le   produit. J’avais tenu à annoncer assez tôt cette information, mais il faut   savoir qu’il y eut une collaboration de plus d’une année, et que ce n’est que   le 30 Décembre 1979, que la page fut tournée.

Bernard continua donc après,   quelques années plus tard, en fonction de ses relations quitta la ferme du Billan, pour s’installer à la Ferme de Capitou à Barran. Ainsi se   tourna définitivement ma carrière d’Agronome.

 Pourquoi ? La voilà la   bonne question ! Les gens qui me connaissent bien, vous diront que   j’aime le changement. Je l’accepte. Mais pas avec le point d’ironie que   souvent il s’y ajoute. Il est vrai que je suis resté  moins de10 ans au conseil d’administration   des Foyers Ruraux, 5 ans Président de la fédération départementale des Gîtes   de France, Je n’ai fais qu’un mandat de Maire. J’ai toujours annoncé mon   intention de ne pas me représenter, au moins 1 an  Quand je rentre dans   un mandat, c’est avec un but, le but atteint, je passe la main à d’autres.  

Depuis quelques années, les gîtes de France m’avaient fais découvrir le Gers   avec ses colombages dans l’Astarac et l’Armagnac, les vieilles pierres du   Fezansac et du Lectourois, tant de fermes regroupées ou remembrées, et   surtout tant de maisons qui se délabraient Les gîtes ruraux ont permis en 5   ans de passer de 50 à 450, à l’époque. Ceci m’a ouvert une nouvelle   orientation que j’ai souhaité explorer personnellement. 

 Voilà   pourquoi  en créant une Société de   Promotion Immoblière, avec une entreprise du Bâtiment, et une entreprise de   Matériaux de construction, dont j’ai été le Gérant animateur. Créée en 1979,   effective en 1980.

De toute manière, et ceci je le crie haut et fort,   toujours au service des Agriculteurs, et du Gers que je n’ai jamais quitté.   Ainsi se tourne le plus grand chapitre de ma carrière, avant la retraite.

 

   Octobré soixanto   dèzo ouéyt. Journado régiounalo Milloc aou Billan.

Aquéro journado, habituèlo diguén nosté trabail, y participaouon   plusiurs sèrvicés é acturs, dount   nou rappélérèy pas la fayssoun dé hai ( bésé chapitré soixanto quouaté : (Enstallaçioun   dé l’ITCF), prénguéouo aquésto annado énta jou uo plaço d’ab un paou   més  d’émouçioun.Coumo d’habitudo, après uo réunioun lou maytin aou foyé rural, dab éxpousats dé   counférenciès caousits én conséquénço, lou répas prés aous rèstaurants dé Seissan é Mirando, aoué loc la Journado   traditionélo Milloc – Sorgho.

Qu’èro énta jou, l’announço discrèto, més réèlo, dé hai par à més amics Tèchnicièns Agricolos , et aous Agriculturs, l’énténtioun dé   lous quitta après vint ans qué counsidéraoui coumo « bouns é à dispouziçiouns dé servicis ». Lou vén aouè   bouhat, é la plupart èron déjà aou courén. Quant à la Directioun,   qué l’èro, bièn énténut. Et qué rappèlérèy açi las paraoulos qué   m’éstèn adréssados : Noun sulomén   qué mous boulét quitta, més en plus qu’ém proupouzat un rémplaçan. Qué réspounouy   qu’aouèy passat vint ans aouprès   d’aquéro institutioun, é qué souhaitaoui la décha éntré dé bounos mas, d’un gran gaillard dynamiqué é coumpétén én la   persouno dé Bernard.

Qu’éstèc préséntat discrètomén, é aquéro fin dé journado én   pèrmétou dé saluda més amics Technicièns é   Agriculturs, sénérés, n’y aouré pas aouut aquèt trabail coumun d’éxpériméntatioun,   qué nou pot èsté mès proché dé la tèrro qué lou produich.   Qu’aouèy téngut à announça prou lèou aquéro infourmaçioun, més   qué caou sabé qué y agout uo   coullabouraçioun dé mès d’un an, é   qué n’éstèc qué lou trénto Décèmbré Milo naou cén soixanto dèzo naou, qué la pajo éstèc birado.

Bernard countinuèc àprès, quaouquos annados mès   tard, én fountioun dé sas rélatious,   quittèc la fèrmo bou billan, énta   s’installa à la bordo dé Capitou à Barran. Ataou   s’arréstèc définitivomén ma carrièro d’Agronomo.

Pèrqué ? La voilà la bouno quèstioun ! Lou moundé qu’én counéguén   bièn, bous diran qu’aymi lou cambiomén. Qu’ag agcèpti. Més   pas dabé la punto d’ irounio qué   s’y ajouto. Qui bèrtat qué, soy démourat méns dé dèt zans aou   counseil d’administratioun dous foyès ruraous, cinq ans   Présidén de la Fédératioun dous Gîtos dé Franço, N’èy hèyt qu’un mandat dé Mairo. Qu’èy   toutjour anounçat l’inténtioun dé n’oun pas réprésénta,   aou méns un an aouan. Quan éntri diguén un mandat, qui dabé un but,  lou but hèyt, qué passi la man a d’aoutés.

Démpuch quaouquos annados, lous gîtos dé Franço m’aouèn hèyt déscoubri lou Gérs,dabé sous   coulanats diguén l’Armagnac é   l’Astarac,  é las viéillos pèyros dou   Fézansac et dou Lèctourouès, tant dé bordos rémémbrados ou   régroupados, é surtout tant des maysous  qués déslabraouon. Lous gîtos ruraous an pèrmés én cinq ans dé passa dé cinquanto à quouaté cén   cinquanto à l’époquo.

Voilà pèrqué én créant uo Souciètat dé   Proumoutioun Immobilièro, dabé  uo éntréprézo dou   bastimén, é uo éntréprézo dé   matériaous dé constructioun, d’oun èri lou gérant animatur. Créado én Milo naou cén Soixanto dèzo naou, éffèctivo én Milo naou cén quouaté vin.

De touto manièro, é aco qu’at cridi Haout é Fort,  toujours   aou sèrviçi dous Agriculturs,   é dou Gérs qué n’èy jamés quittat. Aqiou biro lou més gran   chapitré dé ma carièro aouan la rétraito.

 

Visite de Esais MaÏs Sorgfhos.au Billan.

Au revoir à l’ITCF.