Déshydratation de la   luzerne en Espagne. Tout   d’abord, situons nous au printemps 78, ou le régional ITCF midi Pyrénées,   organise avec les Ingénieurs concernés par la culture intensive de la luzerne,   un voyage d’études dans les Pyrénées Espagnoles.

Comme les Alpes, leur   versant sud s’étale sur deux cent kilomètres de terres riches ensoleillées et   parfaitement irriguées. Cultures « américanisées » au maximum,   tant  en matériels qu’en installations,   le tout sur des fermes importantes. Par exemple pour rencontrer deux   chantiers de déshydratation de la Luzerne il fallait faire en France plus de   100 Kms, en Espagne on en trouvait cinq.

La Luzerne est une plante fourragère   exceptionnelle qui peut produire 12 Tonnes de Matière sèche, contenant 17 %   de Matière Azotée, ayant l’inconvénient d’être difficile à pâturer,  difficile à réussir son fourrage (perte de   feuilles) donc valorisant très bien la déshydratation Nous voici donc parti   de Toulouse via la province de Gérona,   visiter une étable de vaches laitières alimentées à la Luzerne partiellement,   avec une batterie de silos importante. Vous verrez dans le courant de la   visite, que celle-ci fut très éclectique, c’était la connaissance d’une   grande région, avec ses cultures et    élevages qui furent commentés.

Une Coopérative Fruitière fut également   visitée dans cette Province  Le repas   fut pris en bord de mer en descendant sur Tarragona ou fut visitée une importante porcherie  équipée de chariots doseurs d’aliments pour   élevage à sec. Nous remontons sur Lérida   ou en remontant nous visitons plusieurs coopératives de producteurs de   Luzerne autour d’une usine de déshydratation, la récolte est programmée car   les coupes se font toute les 4 semaines afin de protéger le maximum de   matière azotée, seule la dernière coupe est très surveillée car elle ne doit   intervenir qu’après l’arrêt total de la végétation, et sert de fauche de   nettoyage. Ceci pour protéger la longévité de la plante.

Cette région,   précoce, très ensoleillée, et surtout très bien équipée en irrigation, valorise   la Luzerne qui dans ce secteur, est supérieure en valorisation à l’hectare, a   toute autre culture. Quand on connaît son pouvoir améliorant sur les textures   de sol, et l’enrichissement en Azote, c’est une tête d’assolement recherchée   dans ces pays. Un bon repas campagnard dans la région de Poblet, ou nous   étrennons une grande Auberge, avant de visiter ce Magnifique Monastère. La   suite de notre périple Agrico-touristique se continua sur la station   Expérimentale de Céréales d’AGRUSA, ou nous pûmes comparer les moyens de   recherche et d’expérimentation sur les Céréales de « tras los   montes ».

A la demande générale notre guide Agronome Espagnol, José,   nous fit visiter le Monastère « d’ AULA   DEI » avec réception et discussion avec les occupants, discussion assez difficile , ou les   accueillants et les accueillis, eurent du mal à partager leurs points de vue.  

Sur le chemin du retour notre guide nous avoua qu’il avait quitté   récemment  l’Agronomie (ce qui lui   avait permis de nous accompagner) et qu’il se destinait à la construction   immobilière, ce qui ne choqua personne (sauf moi), car cheminant pendant deux   heures sur notre retour je lui avouai    que j’étais en train de prendre le même chemin, mais qu’il me fallait   compter encore 18 mois  pour   officialiser ce changement, et que peut être un peu plus tard, nous nous   rencontrerions.

La rencontre se réalisa en France 3 ans plus tard.

 

La déshydratatiou dé la Luzèrno en   Echpagno.Tout d’abord,   qué mous situan a Printéms soixanto dèzo éyt, et lou régiounal   ITCF,Midi Pyrénées organizo dabé lous éngéniurs   councèrnats pèr la culturo éntansivo dé la Luzèrno, un   bouyatgé d’éstudi, diguén las Pyrénéos Espagnolos.

Coumo las Alpos, lou vèrsan Sud  s’énstalo sur dus cént kilomèstrés dé tèrros richos,   énsouréillados, é parfaitomén irriguados. Culturos   « américanizados » a maximum, tan én matérièl,   qu’én énstallatious, lou tout sur   proupriétats émpourténtos. Pèr èxémplé éntà rencountra dus chantiès dé déshydratatiou   dé Luzèrno én Franço, qualéo hai més dé cén Kilomèstrés,   én Espagno én troubaon cinq.

La Luzèrno y uo planto èxceptionèllo qué pot proudui doutzé tonnos dé matièro séco,   à dèzo sèt pèr cén dé matièro Azoutado, qu’a l’éncouvénién   d’èsté diffiçilo à pastura, diffiçilo à réussi én fourratgé (pèrto   dé héllo) dounc balorizan bièn la déshydratatioun. Em dounc partits dé Toulouzo, via la prouvinço dé Gérona , visita uo éstablo dé bacos lèytèros aliméntados partièlomén à la   Luzèrno, dabé uo battério dé silos impourténs. Bèyrats diguén lou courén dé la   visito, qu’aquésto, éstèc rédé éclètiquo, qu’èro la   counéchénço d’uo grano régioun, dabé sas culturos é sous   éjléatgés, qu’éstèn couméntats.

Uo coopérativo frutèro éstè visitado én aquéro prouvinço. Lou répas éstèc prés a bord dé la mèr,   én débaran sur Tarragona oun visitèn uo pourchério émpourténto équipado dé chariots douzurs d’aliméns, énta l’éjléatjé à séc. Rémountan sur Lérida , é  visitan pluziurs Coopérativos dé   producturs dé Luzèrno, atour d’uo uzino dé   déshydratatioun, la récolto y prougramado, las coupos sé hèn   cado cuaté sémanos énta proutétja a maximum la matièro azoutado, solo la darrèro coupo y bièn   surbeillado, nou l’a ca éffèctua qu’a l’arrès total dé la végétaçioun, sèrvich soubén dé coupo dé prouprétat. Dé   més qué proutètjo la durado dé la planto.

Aquéro régiou dourio, rédé énsoureillado, é surtout bièn équipado én   irrigatioun, balourizo la Luzèrno, é qu’éy supériuro diguén aquét sèctur à tout ato culturo. Quant on   counéch l’améliouratioun dou sol pèr las raçinos,l’énrichissomén én Azoto, qu’éy un cap   d’assolomén réssèrcat diguén aquét pays. Un boun   répas campagnard diguén la régioun dé Poblet  oun échtrénèn uo grano abèrgo, aan dé visita lou magnifiqué   mounastari. La suito dé nosté périplé Agrico-touristico sé continuèc pèr   la visito dé la statioun Expériméntalo dé Céréalos AGRUSA, oun poudoun coumpara lous moyèns dé résèrco é d’éxpériméntaçioun   dé las Céréalos « tras los montés ».

A la démando généralo nosté guidé éspagnol éspagnol José, nous hèscout visita lou Mounastéri « d’AULA DEI »  dabé   récèptioun é discussioun dabé lous occupans,   discussioun prou diffiçilo, oun lous acceuillants é lous acceullits, an ma à partatja lous puns dé bisto.

Su camin dou rétour nosté guido nous avouèc qu’aè quittat ya poc dé téms   l’Agronomio, (ço qué l’aè pèrmés dé mous accoumpagna   ), é qués dèstinao à la   countruccioun immobilièro, ço qué nou chouquét digun, (à   par jou). A rétour, péndén duos horos a coustat d’ét diguén lou   car, qué l’avouèy dit qu’ém préparai lou mêmo camin, més qu’én   caléo atténdé dèzo éyt més   éntà officializa aquét changomén, é qué bélè més tard mous réncountrérén.

La réncountro sé réalisèc trés ans après.

Arrivée du car province de Gérona.

L’étable est alimentée par des silos Maryson