Le Rugby en Astarac.

Il serait indécent de ma part,   de ne pas vous parler de Rugby, bien que je n’ai jamais joué, compte tenu de   mon accident lombaire dans mon tout jeune âge. Je pense que  mon 1m76 et 80 Kgà 16 ans, m’aurait   prédisposé surtout que j’ai toujours été, et je suis toujours un supporter du   Rugby. Je me souviens arrivant à Clermont à 15 ans, nous fîmes pas mal de   travaux en électricité et l’entreprise avait un ouvrier qui s’appelait   Saldana. La causette avec lui m’appris qu’il était joueur au FCA (Football Club Auscitain) et   qu’il était demi de mêlée. Comme il travailla une vingtaine de jours à la   maison, il m’éduqua au Rugby, et fit de moi un parfait   « supporter » qui allait tous les Dimanches le voir sur le terrain   de Mathalin.

Le FCA fut ces années là (1949-1950) champion de France de 2ième   division, et nous eûmes le plaisir de voir évoluer à AUCH, les clubs de   Lourdes, Montferrand, le Racing de Paris, Vichy, les plus grandes pointures   de l’époque, avec des joueurs comme Prat, Crauste, Labazuy, Gachassin,   Varenne, Chevalier, Porthault, Mais les Auscitains de l’époque avaient aussi   belle allure, Romulus Saldana, Charria, Theux, Justumus de Prada etc. Nous   partions à vélo avec mes copains après le repas, et notre distraction de   l’après midi était le Rugby.Quelques années plus tard, après mon permis de   conduire, la voiture était complète, avec Aimé, Marcel, Alban, et Bizerte.  

Apres, le stade du Moulias fut notre terrain fétiche, avec nos   internationaux, Le Drof, Verdier, Fauroux. Mais un peu plus tard un club plus   près de chez nous, nous attira par ses résultats, c’était l’USAM,(Union Sportive Alerte   Mirandaise), un certain Joueur de Miramont (32300) y jouait, et entrainait   l’équipe, c’était Henri Broncan ; et aujourd’hui encore,   on reste interloqué par la carrière de ce Grand Monsieur, qui n’a pas dit son   dernier mot.

Mirande était en 3ème Division (de l’époque), c’était   dans les années 60. Je me souviens de joueurs comme Durand, Dante, ouolzak,   Secrestan, Méttavant, Lacoste, Villemur, celui-ci Clermontois débuta le Rugby   à 26 ans, (ancien joueur de Foot) Pilier respectable de plus de 100 Kg, il avait une   pointe de vitesse incroyable, lors de la finale du championnat de France à   Pézenas gagné par Mirande, il marqua l’essai vainqueur après une course de   80m, Sacré Tarzan !

Pendant quelques années les dimanches étaient partagées   entre Mirande  et Auch. Je me souviens   de ma 1ère embauche pour le contrôle des semences de Maïs, elle se   concrétisa autour de la barrière du terrain de Mirande, lors d’un Match de   Rugby entre l’USAM et GAN (64) mon futur patron était un dirigeant, et le   capitaine de l’équipe était un prêtre, (nous le sûmes plus tard), c’était en   59.

 Quelques années plus tard, ayant ouvert un Agence immobilière à Mirande,   et ayant mes enfants en âge de jouer, je m’intégrais à l’équipe dirigeante   pendant quelques années, comme le faisaient dans nos équipes des villages,   les parents accompagnateurs, et supporters.

La télévision aujourd’hui a pris   une grande place dans ce sport, et je reconnais, que malgré l’âge et quelques   handicaps, Je vois au moins 4 matchs par semaine.

. Rugby, quand tu nous tiens !

 

 

 

Lou Rugby én   Astarac. 

Qué séré éndécént dé ma part dé nou bous pas parlà dé Rugby, bièn qué n’y aouji   jamés jougat, counté téngut dé moun accidén à las loumbairos   diguén lou jouén atgé. Qué pénsi qué moun mèstré soixanto sétzé, é quaté vint Kilos à sétzé ans m’aouré prédichpouzat surtout quèri, é qué soy toutjours un supporter dou Rugby.Qu’én brémbi, arriban à Claramount à quinzé ans, hèscoun forços trabails d’élèctricitat, é l’éntréprézo aouè un aoubriè qué s’appéraouo   Saldana. En dichcuta appréngouy qu’èro jouguayaou FCA (Football Club Auxcitain) é quèro demi dé mélado. Coumo trabaillèc uo vintéo dé jours à la maysoun,   qué m’éduquèt aou Rugby, é hèscout dé jou un parfait    supportèr, qu’anaouo cado Diméché suou tèrrén dé Mathalin.

Lou   FCA éstèc, diguén aquéros annados champioun dé Franço dé ségoundo   divizioun, é qu’aououn lou plazé dé bézé évolua à Aouch, las équipos dou   Racing dé Paris, dé Lourdo, dé   Mounferrant, dé Vichy, las més armados dé l’époquo, dabé jouguayrés coumo :   Prat, Crauste, Gachassin, Varenne, Chevallier, Porthault. Més lous Auscitains dé l’époquo aouèn tabé bouno alluro, Romulus,   Saldana, Charria, Theux, Justumus, de Prada etc. Qué partiouon én vélo dabé lous copains après lou répas, é nosto distraccioun dé l’après méyjour èro lou Rugby. Quaouquos annados més   tard, après moun pèrmis dé counduzi, la vouaturo èro coumplèto, dabé Aimé,   Marcel, Alban, et Bizèrte.

Après   lou tèrrén dou Moulias éstèc nosté tèrrén prèférat, dabé nostés « internationaux » Le   Drof, Verdier, Fauroux. Més un paou   mès tard un club més proché dé nosto, mous attiréc pèr sous résultats,   qu’èro l’USAM, (Union Sportive Alerte Mirandaise), un certain Jouguayré dé Miramount   (32300) jougaouo é éntrènaouo l’équipo, quèro Henri Booncan ;é aouéy éncouèro, qu’on démoro   stupéfaits pèr la carrièro d’aquét gran Moussu, qué   n’a pas éncouèro dit soun darrè mot.

Mirando èro én troizièmo divisioun (dé l’époquo) quèro diguén las annados Soixanto. Qu’ém brémbi dé Jougayrés coumo Durand,   Danté, Lacoste, Villemur ; aquésté   Clèrmountouès débutèc lou Rugby à vinto chés   ans(ancièn jouguayré dé Foot) Piliè rèspectablé dé més dé cén Kilos,   aouéouo uo punto dé vitésso rémarquablo, éntà la finalo dou championnat dé Franço à Pézenas, gagnat pèr Mirando , marquéc un éssai après uo courso dé quaté vint mèstrés, Sacré Tarzan !

Péndén quaouquos annados lous   diméchés éstèn partatgeats éntré Mirando é Aouch. Qu’ém brémbi dé ma prumèro émbaoucho entaou countrolé dé las séménços   dou Milloc, és councrétisèc aoutour dé la barrièro dou   tèrrén dé Mirando, un match éntré   l’équipo dé GAN (64), moun futur patroun èro un dirigeant, é lou capitani dé l’équipo èro un curè ( at sabouy bièn més   tard) , quèro én Milo naou cén cinquanto naou.

Quaouquos annados més   tard, aouèy aoubèrt uo Agénço immobilièro à Mirando, é aouéoui dronlés én atgé dé jouga aou Rugby, qué m’éntégrèy à   l’équipo dirageanto péndén quaouquos annados, coumo hazéouon diguén las équipos dous billatgés,   lous paréns accoumpagnaturs é supportèrs.

La Télévizioun aouéy a prés uo grano plaço diguén aquét sport, é qué   récounégui, qué malgré l’atgé é quaouqué handicaps, qué béy aou méns quaté matchs pèr sémano.

Rugby, quan mous téngués !