.Evolution des Réveillons   du   Nouvel an.

 A   notre arrivée au Village les réveillons de fin d’année se faisaient souvent   entre jeunes, dans les fermes de chacun, à tour de rôle, mais à partir des   années 60 d’un commun accord entre le foyer rural et les Clermontois, le   nouvel an se passerait au Foyer rural. Au départ nous avions réuni une   quarantaine de personnes et tout le monde avait participé, selon ses   aptitudes. Telle cuisinière avait pris en charge le potage au perles, telle   autre la Daube Gasconne, le four du boulanger avait cuit les dindes dodues,   plus tard le tourteau d’Yvan commençait le dessert, accompagné de quelques   tartes de nos cordons bleus, le vin sortait de quelques caves de nos   vignerons. Le repas se terminait par quelques bouteilles de   « pétillant », un bon café agrémenté par une goutte d’Armagnac,   offert par un convive.

L’embrassade générale sur le coup de Minuit, et une   sauterie endiablée, jusqu’au petit matin. avec le concours de notre   sonorisation TEPPAZ acheté quelques années auparavant par tous les   Clermontois sous l’initiative du Maire Elie, et du transporteur  Popol, les jeunes organisant une Collecte   de Blé pour faire cet Investissement. Voilà grossièrement relaté notre   première tentative.

L’évolution des réveillons suivants consista à acheter un   minimum de vaisselle et couverts pour 50 personnes Le menu fut amélioré,   apparurent les huitres avec le travail d’écaillage de celles-ci, le service   effectué par les hommes. La vaisselle fut doublée, car nous arrivions à 100   personnes. A partir de 1970, une cuisine aménagée avec un « piano »   professionnel, un évier métallique, et une table de travail, permettait à nos   cuisinières de s’organiser, mais a partir de ce moment, il était fait appel à   une aide professionnelle pour l’organisation des repas. 15 ans ont passés, on   sent déjà une nouvelle orientation se dessiner, car le renom de nos   réveillons nous conduisit a accepter pour commencer les amis invités, puis   tout simplement des groupes venant passer une soirée. Il faut penser à un traiteur,   et à une animation.

 Le réveillon change de style, il n’est plus communal, il   est devenu récréatif, (ceci n’étant qu’une constatation sans jugement), mais   il conduit à la participation communale, comme une clientèle non   participante, (sauf évidemment pour les membres du Foyer organisateur). Nous   sommes là, dans les années 75, il est évident que les participants changent   naturellement du fait de leur nombre plus élevés, et un renouvellement plus   jeunes, qui demande une autre distraction, et surtout un nombre accru de   décibels, qui leur paraissent indispensables. Au cours des ans nous avons eu   des soirées avec des menus mémorables, cuisinés par  des traiteurs compétents, et quand même   servis par nos jeunes ce qui faisait plaisir à voir.

Mais la aussi, il y a eu   échec, par manque d’effectifs, et quand un traiteur amène son service les   prix sont différents. La venue du Disco animation, dans nos réveillons, n’a   pas compris assez vite la différence qu’il y avait entre un repas, et une   soirée animée et dansante, ce qui a sélectionné la clientèle, car   aujourd’hui, un réveillon de fin d’année, est une soirée Disco.

Vieux   grincheux me direz vous : peut être, mais ne m’empêchez pas de regretter   les réveillons des années 7O, ou toute la commune participait a ce rassemblement   fraternel, qui permettait de commencer l’an nouveau dans un très bon esprit   de convivialité, et de bonheur.

 

Evoulutioun dous réssoupéts dé l’an   naouèt.

 A nosto véngudo aou billatgé lous réssoupéts dé fin d’annado sé   hazéouon soubén à la mayzoun dé cad’un, à tour dé rôlé ; més à parti   dé las annados soixanto d’un coumun accord éntré lou foyè é lous Clèrmountouès,   l’an naouèt sé passéré aou Foyé Rural.Aou départ aouéouon réunit uo quarantéo dé pèrsounos, é tout lou moundé aouè participat, séloun sas aptitudos. Talo couzinèro   aouè prés én cargo lou bouilloun dé   tapioca, talo aouto la Daubo Gascouno, lou hour dou boulangè   aouè couzut las grossos pouloyos, més tard lous tourtèts de l’Yvan couménçaouon lou déssèrt   accoumpagnat dé quaouquo tarto dé nostos patissièros, lou vin sourtiouo dé quaouqué chay rénoumat dé la coumuno. Lou répas sé   terminaouo pèr quaouquo boutéillo dé « bin qué péto »,   un boun cafè arrouzat pèr uo bouno goutto d’Armagnac aoufèrt pèr un émbitat.

L’émbrassado généralo suou cop dé méjo néyt, é uo danso éndiablado, dinco aou pétit maytin, dabé lou concours dé nosto sonorizatioun TEPPAZ croumpado   quaouquos annados aouan pèr toutés lous Clèrmountoués à l’initiativo dou Mairo Elie, é   dou transpourtur Pöpol, lous jouénés organizèn uo collècto dé blat éntà hai aquét énvèstissomén. Aqiou rélatado nosto prumèro initiativo.

L‘évouluçioun   dous réssoupèts qué séguiscoun nous démandéc de croumpa bachèro é coubèrts éntà cinquanto pèrsounos. Lou ménu éstèc améliourat, arribèn las lustros, dabé lou trabail dé las   aoubrèché, trabail dous homés, qué   hazéouon tabén lou serviçi. La   bachèro éstèc doublado, arribaouon à Cén persounos. A parti dé Milo naou cén soixanto dèt,   uo couzino aménatjado dabé un « piano »   profféssionèl un dournè métallico, é uo taoublo dé trabail, pèrméttéouo à nostos couzinèros dé s’organiza,   mès a parti d’aquét moumén, éstèc hèyt appèl à uo aydo profèssionèlo éntà prépara lous répas. Quinzé ans an passat, é séntin uo naouèro oriéntaçioun sé prépara, émprémou qué la rénoumado dé nostés réssoupéts, nous amio à accepta lous amics énbitats, é après tout   simplomén, groupés vénguts passà uo souérado. Qué caou pénsà à un traitur, é a uo animatioun.

Lou réssoupét cambio dé stylé, ni pas més coumunaou, é qui véngut spèctaclé, (aco i uo counstataçioun   sénsé jutjomén), més qué counduich la participatioun Coumunalo, coumo la cliantèlo ourdinario,(a part évidamén   éntas mémbrés dou Foyé   organizatur) Qu’èn, diguén las annados soixanto quinzé,   qu’y évidén qué lous participants cambion naturèlomén dou   fait dou noumbré més éjlèouat, é un rénouvèlomén més jouén, qué démando yaouto distraccioun, é surtout més dé   décibèls, qué lous paréch éndispénsablé. Aou cours dous   ans aouén aut souèrados dabé répas mémourablés, préparats pèr traiturs coumpéténs, é   quand mèmo sèrbits pous jouénés, ço qué hazéouo   plazé a bézé.

Més aquiou tabé ya agut échèc pèr manquo d’éffèctif , é quand un traitur   amio soun sèrviçi lous prèts soun   différéns. La vengudo dou Disco animatioun, diguén lou réssoupét, n’a pas coumprés   prou bisté la différénço qué y aouè éntré un répas, é uo souèrado animado é dansanto, ço qu’a sélèctiounat   la cliantèlo ; aouéy un réssoupét dé fin d’annado, éy   uo souèrado Disco.

Bièlh   répoutègayré ém dirat : bélèou, més nou m’émpèchét   pas dé régrétta lous réssoupéts dé las annados soixanto dèt, oun   touto la Coumuno participaouo én aquét réssémblomén fratèrnèl, qué   pèrmétéouo dé couménça la naouèro nado diguén un èsprit dé convivialitat, é   dé bounhur.

 

Pierrot sert à boire.

 

La relève est assurée.