Mes chers   Clermontois .

Ce titre peut   paraître prétentieux, mais il est sincère. Car mes administrés n’étaient pas   au courant des décisions et orientations que j’avais prises, pendant ma   retraite Pyrénéenne, de repos mental. Je me sentais un peu les trahir, et   éprouvais le besoin de me rapprocher d’eux. Ce fut pour moi une réflexion  profonde, et qui me fit du bien moralement   parlant.

Nous avions avec mon épouse un amour pour l’Espagne, et plus   précisément pour la costa del Azahar, Province de Castellon, avec son village   fortifié et classé Péniscola. Nous   y avons fais de nombreuses escapades, amenant souvent quelques Clermontois   qui en sont souvent tombés amoureux. Nous organisâmes donc avec les membres   du foyer, pour les fêtes patronales de Péniscola les 6,7 et 8 Septembre,  3 jours de visites à ce   « Pégnon » unique et fabuleux, car chargé d’histoire. Et c’est un   car complet qui participa à ces fabuleuses fêtes costumées et pleines de   légende. La Baignade et la gastronomie se partagèrent le temps disponible.   Même la folie d’un bain de Minuit qui laissa des  séquelles à votre serviteur, qui manqua   d’ardeur le lendemain à la visite de la cathédrale de Tarragone, ou il fallu   l’aider à monter les marches du parvis.

Quel réconfort de voir tous ces   jeunes et moins jeunes, apprécier cette sortie, et à moi de vivre cette   cohésion d’un groupe qui me manqueras un jour. Fort de cette initiative de   fin  d’été nous organisâmes en Automne   une sortie en Andorre, avec les   seniors qui eut aussi un gros succès, nous avions déplacés dans les 6 mois   plus de la moitié de la Commune, ce qui fut un bien immense à mon mental.

Ce   succès à l’époque, délia quelques langues, et j’en eu la connaissance bien   plus tard, il se raconta que ces sorties successives préparaient les   prochaines élections : quand on sait que mes décisions avaient été   prises 6 mois avant. Pour moi elles étaient plutôt le besoin de me resserrer   auprès de mes Clermontois, car abandonnant le Foyer, et la Mairie, il n’y   aurait plus le même contact, et cela me manquerait. Le temps passa par la   suite, égalisant mes responsabilités, et calmant un peu mes actions, par   rapport au sérieux avertissement de santé que j’avais surmonté.

Il est exact   qu’il était plus facile pour moi de continuer à conduire une œuvre en place,   que de toujours innover, surmonter, convaincre, et je reconnais que les deux   années suivantes, furent pour moi plus apaisantes, et en somme toute,   régulières. Et quand fin 1975, a la réunion du Conseil Municipal de fin d’année,   j’annonce que je ne me représenterais pas à la poursuite de mon mandat,   compte tenu de mon avertissement de santé en 1974, il y eu un peu de   surprise, et si j’en avais parlé assez tôt, c’était pour mieux préparer la   suite pour la Commune.

J’eu droit à certaines critiques, au niveau Communal,   également au niveau Départemental, mais que voulez vous nul n’est parfait, et   elles furent acceptées. Je pense que sur notre terre, nous avons tous des   qualités et des défauts, je reconnais que je n’aime pas m’occuper de choses   qui ronronnent bien, mais plus d’affaires ou je me sens plus utiles, et   apporter davantage. Qualité ? Défaut ? A vous de juger.

Le prochain chapitre nous conduira   pour un voyage d’études sur la luzerne déshydratée, dans le Nord de   l’Espagne.

Amics dé Claramount.

Aquét titré pot paréché préténtious, més qui pénsat.   Lous administrats n’èron pas aou courén dé las   décizious é oriéntaçious qu’aouèy prézos péndén la mio rétraito Pyrénéènno, dé répaous méntal.Qu’én semblaouo lous trahi, é qu’aouéy bésouy d’én rapproucha d’éts. Qu’éstèc énta jou uo proufoundo réflèxiou, é quén hèscouc bén, moralomén   parlan.

Q’aouéouon dabé la Hénno un amour éntà l’Espagno, é   més précizémén éntà la costa del Azahar, prouvénço dé Castèllon, dabé soun bilatgé fourtifiat é classat Péniscola . Y aouéouon hèyt noumbrouzos éscapados, dabé soubén quaouqués Clèrmountouès   qué n’éron cajuts amourous. Qu’organizèn dounc dabé lous mémbrés dou fouayè, énta las hèstos patrounalos dé Péniscola lou chés, sèt, é ouèyt   sètémé, très jours dé vizitos én aquét « pégnoun »   uniquo é fabulous, é tant cargat d’histouèro. E qui un car counplèt qué partiçipa én aquéros fabulouzos hèstos coustumados, é   cargados dé légéndos. Lou bay dé Mar, é la Gastronomio   sé partatgèn lou témps dispouniblé. Mèmo la péguério d’un bay dé méjo néyt qué déchè quaouquo traço à vosté sérbitou, qué manquaouo d’ardou lou léndouman éntà la visito dé la cathédralo dé Tarragouno, qué   lou calouc ayda a mountà las marchos dou parvis.

Qu’in récounfort   dé bézé tout aquéts jouéns, é méns jouéns, appréçia aquéro sourtido, é jou, dé bioué aquéro couhézioun d’un groupé qué m’anaouo manqua mès tard. Forts d’aquéro initiativo dé fin d’éstiou, qu’organizèn én aoutouno uo sourtido én Andorro , dabé lous ancièns, é qu’agout tabé un gran succès, aouéouon désplaçat diguén lous chés   més, més dé la méytat dé la coumuno, ço qu’én héscout    uo bouno caouzo à moun moral.

Aquét succès à l’époquo hèscout parlà quaouquo lénguo péntudo, qu’ag   appréngouy bièn més tard, qu’és   racountèc qu’aquéros sourtidos succèssivos   préparaouon las prochainos élèctious : quand on sap qué mas déçizious èron éstados prézos chés més aouan. Enta jou èro més lou bézouy dén   réssèra aouprès dous Clèrmoutoués ;   émprémou abandouna lou Foyè, é la Mairio, y aourà pas més lou mèmo countact, é aco qu’ém manquéra. Lou téms passèc pér   la suito, qu’égalisèy meillou las réspounsibilitats,   é calmèy drin lou rytmé dé moun trabail, pèr rapport aou   sérious abèrtissomén dé santat qu’aouèy surmountat.

Qui bèrtat qu’èro més façilé éntà jou dé countinuà à   ségui un trabail préparat,qu’ dé   toutjours, énvéntà, surmountà, Hai crézé, é qué   récounégui las duos annados d’après éstèn éntà jou més tranquilos. E   quan, fin Milo naou cén soixanto quinzé, à la   réunioun dou Counséil Municipal dé fin d’annado,   anounçèy qué noun prézéntéri pas à la poursuito dé moun mandat, counté téngut dé moun avertissomén   dé santat dé Milo naou cén soixanto quatorzé, i agouc un  paou   dé surprézo, é s’ém parlaoui prou lèou, qu’èro entà pèrmété dé prépara la suito éntà la Coumuno.

Qu’aouy drét a quaouquo critiquo, aou nivèou Coumunal, égalomén aou nivèou   Départoméntal, més qué bouléts nul n’i parfait, é qu éstèn acceptados. Qué pénsi qué sur aquésto tèrro, qu’aouén toutés qualitats é défaous, qué récounégui   qué n’aymi pas dé m’occupa dé caouzos qué rounrounon   bièn, més  prumè dé caouzos oun mé   séntichi mès utilé, é doun podi appourta mès. Qualitat ? Défaou ? A bous dé jutja.

Lou prouchain chapitré mous amiérà én un bouyatgé d’éstudi sur la   luzèrno déshydratado diguén lou Nord dé l’Espagno.

 

Les jeunes, avec mon épouse à droite.

 

Voyage en Andorre, Octobre 1974.