Revalorisation des fortes pentes dans le Savès.31.

Comme signalé dans le N° 76 du 17-08, et a la demande de la Compagnie   d’aménagement des coteaux de Gascogne (CACG), l’ITCF participa à la   revalorisation des coteaux à forte pente, mais à potentiel agricole   convenable. C’est donc sur la commune d’Agassac. 31230. que fut conduite   cette expérimentation.

L’ITCF avait pour mission la revalorisation, et la   fertilisation des sols, avec analyse de la flore avant et après, et mesure   potentielle de la production d’herbe, et la CACG avait la conduite d’un   troupeau de 200 brebis en élevage de plein air intégral, en rotation sur de   grands parcs, solidement clôturés.

Une ferme sommaire permettait de stoker   quelques fourrages, de loger quelques bêtes en traitement, ainsi qu’un bureau   commun de réunion et de travail. L’exploitation permettant d’installer   l’Agriculteur qui allait conduire l’expérimentation, et pour lequel   l’habitation serait construite par la suite.

Ces terres inexploitées depuis   quelques années, étaient envahies de graminées (Brachypodes) qui prenaient la   forme d’arbrisseaux, et qu’il fallait éliminer avec des outils manuels tranchants.   Notre expérimentation en Micro parcelles, devait permettre un inventaire de   la flore en l’état, un nettoyage à la bêche tranchante, quelques fumures   appropriées, de suivre l’évolution et le rendement potentiel au bout de 5   ans, annuellement par le suivi de l’amélioration florale.

Tout ceci demandait   des moyens et du temps, et notre 1er travail fut d’installer notre   expérimentation, ce qui fut réalisé en 1972. Tout cela constituait un travail   de longue haleine (pour l’ITCF un minimum de 5 ans) pour les 1ers résultats,   et pour la CACG ce temps de constitution du troupeau expérimental, et de mise   en main de la méthode et des terrains avant de commencer à donner des   résultats, qui eux devaient être positifs afin de pouvoir être recommandés.  

Pour nous ce fut un travail hebdomadaire, notations et fauches de parcelles,   pesée des fourrages, analyse floristique, et ceci pendant 5 ans. Nous étions   à 50 Kms des lieux, et notre récompense fut de connaître le bistrot de pays chez Jeanne la fermière, le lundi était   réservé à Agassac, et nous avions droit aux restes des banquets ou Communions   servis la veille (foie gras, desserts etc.) il n’est pas défendu de se faire   plaisir, car faire des notations de parcelles, faire des évolutions de   flores, faucher et faire des rendements, n’est pas un tout.

Voilà ce que fut   pendant 5 ans notre travail de collaboration avec la CACG, il nous permis,   d’apporter une méthode de destruction de sols envahis par des adventices, par   le tranchage à l’outil sur des sols difficilement tractables, une   amélioration florale par la suite avec des fumures très légères, un potentiel   de rendement fourrager très important.

Il restait maintenant, alors que les   parcs avaient été préparés, le troupeau installé depuis quelques années,   quelques agnelages de printemps s’étaient également effectués, de mettre   après ce « rodage » l’expérimentation grandeur nature avec tous les   contrôles, et manière de conduites, qui serviraient de modèles aux éleveurs   de cette région

Révalourà las péntos   diguén lou Savès.31.

Coumo signalat diguén lou N° soixanto sétzé, dou dèzo sèt aouch, é a la   démando dé la Coumpagnio d’aménatjomén dé las costos dé   Gascougno(CACG), l’ITCF participà à la révalorizatioun dé costos à forto pénto, més à pouténtièl agricolo intéréssén. Qui   dounc sur la Coumuno d’Agassac 31230. quéstèc counduito aquéro èxpériméntatioun.

L’ITCF awè pèr   missioun la réorganizaçioun, é la fertilizaçioun dous sols, dabé analyso dé la floro awan é après, é la mézuro   poténçièlo dé la prouduccioun dé l’hèrbo, é la CACG awè la   counduito d’un troupèt dé dus cénts awèllos én éjléwatjé dé plén ayré   intégral, én rotatioun sur dé granés parcs soulidomén   clouturats.

Uo bordo léwgèro pèrmétéwo dé stouka quawqué fourratgé, loutja quawquos bèstios én   traitomén, é un burèw coumun, dé réunious é dé   trabail. L’èxploitatioun pèrmétéra, més tard  d’énstanla l’Agricultur, la mayzoun sérà   counstruito pèr la suito.

Aquéros tèrros inèxploitados démpuch quawquos annados sé coubriwon dé graminados   (brachypodes) qué prénguéwon la formo dé taillis, é qué caléwo   élimina dambé utis tranchants. Nosto Expériméntatioun   én pétitos parcèlos, déwéwo pèrmété un énbéntari dé la floro én l’éstat, un   nétéjatgé à « la trincho », quawqué éngrèch   approupriat, ségui l’évouluçioun é lou réndomén   pouténçièl péndén cinq ans, ségui annuèlomén l’améliouraçiou  floralo.

Tout aco démandawo moyèns é témps, é nosté prumé trabail éstèc d’énstalla aquéro èxpériméntaçioun, ço qu’éstèc hèyt én Milo naw cén soixanto doutzé. Aquo counstituawo un trabail loung (éntà l’ITCF un minimom dé   cinq ans) éntas prumès rézultats, é éntà la CACG   aquét téms dé counstitutioun   dou troupèt expériméntal, é dé prépara la méthodo é lous   térréns awan dé couménça à bailla   résultats, qui érés, déwéwon èsté positifs awan dé poudé èsté récoumandats.

Enta nouzaws, qu’éstèc un trabail dé cado sémano , noutaçious é coupo dé parcèlos, pézado dous   fourratgés, analyzo dé la floro,, é aco péndén cinq ans. Qu’èron à cinquanto kilomèstrés dé disténço, é nosto récoumpénso éstèc dé hai la counéchénço   d’un bistrot dé pays ché Jano la fèrmièro, lou dilus èro rézervat à Agassac, é awéwon drét aws rèstos dous banquéts ou coumunious sèrbits la bèllo (hitgé d’awquo,déssèrs etc) y pas déféndut dé sé hai plazé ; émprémou qué   hai noutaçious dé parcèlos, évouluçious dé la floro, coupa é hai réndoméns, n’y pas un  tout.

Voilà ço qu’éstèc péndén cinq ans nosté trabail dé coullabouratioun   dabé la CACG, qué mous pèrmétou d’appourtà uo méthodo dé dèstruccioun dé sols énvahit   pèr « hèrbos pègos », dabé la « trincho »   sur tèrréns difficilomén tractablés, uo améliouraçiou flouralo pèr la suito dabé un paw d’éngrèch, un   pouténcièl dé réndomén rédé émpourtén.

Qué   démourawo aro, alabéts qué lous   parcs èron préparats, lou troupèt installat démpuch quawqués ans, quawqués   awéllatgés dé printéms sèron tabén éffectuats, de boutà, après aquét « roudadgé » l’éwpériméntatioun   grandou naturo dabé toutés lous countrolés é manièros dé   counduito prébichs, qué sèrbiran dé   modélo aws élevurs d’aquéro règioun.

 

L'Exploitation des Micros parcelles.

L'équipe de la CACG et le troupeau au fond.