78. Nos vacances en   Bretagne. 

Nous voici donc partis,   comme prévu pour les Côtes d’Armor, le 1er Juillet.  Nous venions de terminer, et louer notre   gite rural,  préparer la Communion   Solennelle de Serge, et  déjà dans nos   têtes,nous pensions au plaisir de retrouver cette région, et sa belle villa   en bord de mer, et pensions à la gentillesse de Pierre, on n’oublie pas ces   choses là. Alain en grand garçon de 16 ans, était resté en Gascogne, auprès   de Papi et Mamie, et nous avions amené son cousin Eric.

 Nous partons à 5h30,   en traversant le Lot et Garonne, et ses tomates, nous voici, en Gironde, via   Bordeaux et ses vignobles, déjeuner à Pontet. La Charente, avec Rochefort,   Marans avec ses Marais, et la Vendée accueillante avec un panneau « La   Vendée vous accueille, soyez prudent pour vous et pour les autres » avec   3 grandes vasques de fleurs sous le panneau. La Loire, nous en sommes à 520   Kms, déjeuner avant d’arriver à Nantes. On prend la route de Vannes, la Roche   Bernard, la capitale du Morbihan : Vannes, Locminé, les maisons   blanches, et les toits en Ardoise, Mur de Bretagne, Paimpol, Loguivy de la Mer.   Arrivée à 18h30 après avoir parcouru 800 Kms. (On était jeunes).

Nous sommes   reçus par Yan, le fils de Pierre grand gaillard de 20 ans, qui menait de pair   études et pèche en Mer. Il avait sa vie indépendante dans cette grande   maison, et nous ne le rencontrâmes que lorsque nous l’invitions. Nous nous   installâmes dans nos chambres, et nous prîmes le diner chez Morvan le   restaurateur voisin, qui était également épicier (qu’elle bonne   adresse !). Apres une nuit réparatrice, il fallait organiser les 1eres   emplettes pour nourrir la famille, une descente à Paimpol s’imposait, pour le   supermarché, mais par la suite, Loguivy était très bien équipé, et les   viviers marins étaient bourrés de poissons et crustacés.

On ne peut se lasser   de voir, par temps un peu couvert, ces falaises de Granit d’un rose très   particulier, ce paysage changeant sans arrêt avec la montée et la descente de   la marée ; car vous devez savoir que la mer se trouvait à50 m du portillon du Jardin,   avec entrée particulière. La baignade avec l’eau à 18° avait effrayé mon   épouse, on ne l’y repris pas ! La baignade fut donc réservée aux enfants   et au papa.

 Comme le grand jardin avait besoin d’être débroussaillé, je m’y   employais de bon cœur, et il me semblà que cela me faisait du bien. Le mont   St Michel eut droit à notre visite. Qu’elle Merveille ! L’ile de Bréhat   avec ses géraniums jusque sur les toits. St Malo et sa forteresse, St Brieuc,   Le cap Fréhel, Erquy la belle, et toujours cette belle côte, quelle   bonne idée de l’avoir dénommée « Côte d’Armor ».  La Rance, et son usine Marée motrice,   qu’elle ingéniosité futuriste ! Dinart, et Dinan les voisines séparées   par la rivière. N’oublions pas la Gastronomie ; Lézardrieux avec sa   crêpière réputée, qui à l’époque servait la Crêpe « Pompidou. » Que   de bons souvenirs !

Nous eûmes aussi quelques petits problèmes avec   Mireille qui nous fit une rougeole, et dut rester les 4 derniers jours de   vacances au lit. Cela me donna l’occasion d’aller à la pêche en Mer avec Yan   et son patron Pêcheur Serge, au relevage des casiers aux crabes et Langoustes   à 4 h du matin. Le retour se passa sans histoires marquantes par pratiquement   la même route.

Départ de Loguivy 5h30, Arrivée à Clermont 19h. Que de   remerciements sincères et émus, à adresser a cette famille. Merci Pierre,   votre épouse, et votre fils Yan, pour la leçon de partage, que vous nous avez   donnés. Nous avions effectués 2245 kms.

 

 

Nostos Bacansos én Brétagno.

Em dounc partits,   coumo prébich éntà las Costos d’Armor, lou prumè Juillét. Qué vénguéouon dé fini, é lougua   nosté gito rural, prépara la coumunioun dou Serge, é pénsaouon déjà aou plazé de tourna trouba aquéro régioun, é la bèro Villa aou bord dé mèr, é pénsaouon   à la Géntillésso dé Pierre, aquéros caouzos nou sé   déjbrémbon pas. Alain én gran   jouén homé, dé sétzé ans, èro démourat én Gascougno, aouprès de Papi é dé Mamie, é aouéouon prés soun couzin  Eric.

Qué partin à cinq horos é méjo, traouèssan lou Lot   et Garono et sas toumatos, après la Giroundo per Bourdèou é sas vignos, déjunan à Pontèt. La Charanto pèr   Rochefort, Marans é sous marécatgés,   et la Vandéo acueillénto, dab un panèou « la Vendée vous accueille, soyez prudent pour vous et   pour les autres » dabé granés Bassiots dé flous, débat   lou panèou. La Loiro, aouén hèyt cin cén vint Kilomèstrés,   coupan un croustét aouan d’arriba à Nanto. Prénguén la routo dé Vanno, la Roche Bernard, Vanno capitalo dou Morbihan,   Locminé las maïzous blancos, é lous téoulés   én ardouèzo, Mur dé Brétagno, Paimpol, Loguivy dé la mèr. En arribats à chès horos é méjo dou sé,   après aoué parcourut ouéyt cén Kilomèstrés.( Eron jouéns !).

Estèn récébuts pèr Yan,   lou hill dé Pierre, gran gaillard dé   vint ans, éstudian é Péscayré én mèr én mêmo téms. Qu’aouè sa bito indépéndénto diguén aquéro grano mayzoun, é nous lou réncountraouon qué can l’inbitaouon. Qué mous énstallèn a nostos crampos, é moun   angoun soupà chez Morvan lou rèstaurant   bézin, qu’èro égalomén épiciè, (Quino bouno adrésso). Après uo néyt réparatriço, qué caléouo organiza las prumèros emplètos éntà néouri la famillo ; débarèn à   Paimpol, qué s’émpouzaouo éntaou Supermarcat, mès   pèr la suito, Loquiouy èro bièn équipat, é   lous péchquès marins èron bourrats dé péchs é dé crustaçats.

On nou sé pot émpécha   dé s’ésmiracla, daouan aquéros falaizos dé Granit d’un rouzat tout particuliè,   dabé la mountado é la débarado dé   la maréo, qué déouét sabé qué la mèr sé troubaouo   à cinquanto mèstrés dou pourtilloun   dou cazaou, dabé entrado particulièro. La trémpado diguén l’aygo à dèzo ouéyt dégrès aouè surprés Lucièno, é nou l’y tounèn pas attrapà ! Lou bay èro réservat aous dronlés è aou Papa. Coumo lou gran cazaou aoué bézouy d’èsté débroussallat,   qué m’y émpléguèy dé boun co, é qu’én   sémblai qu’én hézéouo bén. Lou mount Sém Michèl aououc drét à nosto vizito. Quino Merveillo ! L’Ilo   dé Bréhat, dabé sous géraniums, dinco suous téoulés, Saint Malo é sa fourtérèsso, St Brieuc, lou   cap fréhèl, é toujours aquéro béroyo costo, quino bouno hèydéo dé l’aoué apérado  « Côte d’Armor ». La Ranço, é souo uzino maré motriço, quino éngéniouzitat futuristo !. Dinart,   Dinan, las bézios séparados pèr la   ribèro,. Nou déjbrémbèm pas la Gastronomio ; Lézardrieux, dabé sa créspèro réputado, qui à l’époquo hazéouo « La   crêpe Pompidou ». Qué dé bounés   soubénirs !

Qu’aoun tabén quaouqué pétit problèmo, dabé Mirèillo qué mous   hésquout uo rougeolo, é dégou passa lous quouaté darrès jours dé bacansos aou léyt. Aquo ém baillè l’aoucazioun d’ana à la pésco én mèr dabé Yan é soun patroun   péscayré Sèrge, aou réléouatgé dous caziès dé crabés é dé langoustos à quaté houros dou maytin. Lou rétour sé passèc sénsé histouèros spéçialos, pèr la   mêmo routo

Départ dé Loguivy à cinq houros é méjo, arribado   à Claramoun à sèt horos dou sé. Qué dé rémèrçiméns sincèrés é prégouns, à   adréssa én aquéro famillo. Merçio Pièrre, à la bosto éspouzo, é à bosté hill Yan, pèr la léçou dé   partatgé, qué mous aouét baillat. Qu’aouèn parcourut 2245 Kilomèstrés.

 

Maison de nos Vacances.

 

 

Serge le pêcheur, Yan (aujourdhui disparu) Lucienne et les enfantse