75. A propos. Gascon ? Occitan ?

J’éprouve, de temps en temps, le besoin de m’exprimer sur quelques   points, qui me sont chers, et je reviens bien évidemment à ma langue   maternelle « la lénguo Mayrano ».Comme déjà dit, elle n’est pas   une langue comme les autres, c’est celle que nous a transmis notre mère en   son seing, avant de nous mettre au monde. En l’occurrence pour moi c’est le Patois Gascon. Il est difficile   aux moins de soixante ans de le connaître, car leurs parents ne le parlaient   presque plus, la transmission n’avais    pas eu lieu. Et puis n’oublions pas pour les plus âgés, l’interdiction   formelle de parler cette langue, même en dehors de l’école.

Mais quand on a   usé de celle-ci, pendant plus de 75 ans, on apprécie les subtilités, les   intonations, et le « piment » au phrasé, qu’elle nous amène. Car   notre Gascogne est fière de ses patois, légèrement différents tous les 25   Kms, mais toujours compréhensibles aux Gascons pratiquants. Car  nous y tenons à notre Gascon, mais je pense   surtout à une idée de transmission de cette culture à notre jeunesse, et de   sauvegarde de celle-ci, auprès de personnes intéressées.

Je souhaite que   bénévolement celle-ci se transmette par des rassemblements, procurant des   discussions et amélioration de mots, nous n’avons pas besoin de l’argent   public pour transmettre notre passé, il peut, plutôt être réservé à des   problèmes futurs et indispensables. Nous souhaitons le regroupement de   volontaires, de lieux très différents afin de communiquer ensemble, et mieux   se connaître.

Quand je vois dans notre département, capitale de la Gascogne,   les efforts effectués pour la connaissance de l’Occitan on reste   interrogatif, car cette langue qui est une langue écrite et parlée «  de   l’autre côté de la Garonne », n’amènera dans les années futures, aucune   explosion économique. Quand on voit aujourd’hui que l’Anglais «  langue   commerciale par excellence », n’en a pas    l’exclusivité et que demain, les langues Orientales seront   recherchées.

Tout ceci pour expliquer que nos langues maternelles méritent un   respect, une transmission, mais n’auront jamais une portée économique. Il   faut leur sauvegarder leur implantation, mais les chevauchements de zone,   sont plus ridicules, qu’appropriés. Donc les moyens mis en place devraient se   mesurer, plus dans le sens de divertissements, que de formation.

Je ne suis   pas sur que cet article fasse l’unanimité de mes locuteurs, de toute manière   il n’engage que moi, je ressens vraiment les valeurs de ces deux langues   « maternelles » que sont    l’Occitan et le Gascon, je souhaite sincèrement leur collaboration   avec leur limites naturelles. Vous remarquerez d’ailleurs que je parle   toujours de Patois Gascon, car celui-ci n’a su gardé que son phrasé.

De plus   ayant travaillé à Castelnaudary.11,   je n’ai jamais  entendu parler   Gascon ; par contre quand on va à Auch 32 capitale de la Gascogne on murmure de l’Occitan sur tous les   journaux.

Allons les Gascons de Bagnères en Bigorre, 65. à Soulac en Médoc 33.   criez haut et fort : ici    c’est la Gascogne !

 

A prépaous.   Gascoun ? ou Occitan ?

Qu’échprobi dé téms én téms, lou bézouy dé   m’éxprimà sur quaouqué punt qu’ém soun carés,é   qué tourni bièn évidamén à ma lénguo maternèlo   « la léngo mayrano ».Coumo déjà dit, n’y pas   uo léngo coumo las aoutos, qui   l’a qué mous a tranmés nosto may én soun seing aouan dé mous bouta aou moundé. En l’occurénço éntà jou, qui lou   Patouès Gascoun. Qui diffiçiaous dé méns dé soixanto   ans dé lou counégué, lous paréns nou lou parlaouon prèsqué pas més,   émprémou qué la transmissioun n’aouè pas agut loc. Et   qu’és caou souvéngué antaous més atjats, l’interdictioun formèlo dé parlà aquéro lénguo, mèmo én déhors dé l’éscolo.

Més   quand on a uzat d’aquéro léngo péndén més dé   soixanto quinzé ans, on appréçio   las subtilitats, las éntounaçious, é lou « pimént » dou phrazat, qué mous amio. Emprémou qué nosto Gascougno y fièro dé sous   Patouès léougèromén différéns cado vinto cinq kilomèstrés, més toutjours coupréhansiblés aous Gascouns pratiquants. Qui ténguén à nosté Gascoun, més qué pénsi   surtout à uo éydéo dé transmissioun d’aquéro culturo à nosto jouénésso, é dé lou guarda,   aouprès dé pèrsounos éntéréssados.

Qué souhaiti qué, bénévolomén, aquésté sé transmété pèr   rassémbloméns, discussious, é améliouratioun dous mots ; n’aouén pas bézouy argén public éntà transmétté nosté passat, meillou qué sio émplégat à problèmos futurs é   éndispénsablés. Qué souhaitan lou régroupomén dé bouléntaris, én   locs différéns, éntà communiqua énsémblé, et bièn sé counégué.   Qu’an béy diguén nosté départomén,   capitalo de la Gascougno, lous éfforts hèys éntà la counéchénço dé l’Occitan,   qu’on démoro surprés, aquéro lénguo y uo lénguo éscriouto é parlado « dé   l’aouté coustat de la Garono »  n’amièra   diguén las annados futuros, nado   explousioun économiquo.

Qu’an on bé aouéy qué l’Anglés « lénguo coumèrçialo   incountestado » nou n’a pas   l’exclusivitat, é qué douman las lénguos Oriantalos   séran résercados. Tout aco éntà èxpliqua qué nostos lénguos maternèlos mériton un respèct, uo transmissioun, més n’aouran jamès uo pourtado économiquo. Qué lous caou   garda l’implantatioun, més lous cambiomén dé zono, soun mès ridiculés, qu’approupriats. Dounc lous moyèns boutats én plaço déourèn èsté mésurats, è boutats én plaço més, diguén lou séns dé divertissoméns , qué dé fourmatioun.

Nou soy pas ségu qu’aquét articlé hasquo l’unanimitat, dé mous locuturs,   dé touto manièro n’éngadgon qué   jou, qué résséntichi réèlomén la balou d’aquéros duos lénguos « maternèlos »   qué soun l’ Occitan é lou Gascoun, qué souhaiti réèlomén la   coulabouraçioun dabé las limitos naturèlos. Qué   rémarquérat qué parli toujours dou Patouès Gascoun, émprémou qu’aquésté n’a gardat qué soun phrazat.

Dé més, qu’èy trabaillat   a Castelnaudary 11 n’èy jamés énténut parlà Gascoun ; pér countro quan on ba à Aouch   32 capitalo dé la Gascougno,   qué murmuron Occitan sur toutés lous journals.

Aném ! lous Gascous dé Bagnèros dé Bigorro 65 , à Soulac én Médoc 33 , cridat Haout é fort : Açi qui la Gascougno.

La belle vallée du Louron en Gascogne.

Le Bassin d’Arcachon en Gascogne.33.