74. La chasse   dans nos communes, dans les années 70.Le narrateur de ce chapitre, n’a jamais chassé de sa vie, mais ses   fonctions d’Agriculteur, et de Maire, lui ont permis à l’époque, d’apprécier,   et de juger le sport et la détente, mais aussi l’observation que procurait la   chasse.

Tout d’abord loisir inné du paysan qui chasse sur ses terres, et   également sur celles de son voisin, a condition de réciprocité. Cela lui   permet d’observer ses récoltes ou semis, et de prévoir tel ou telle   intervention. Mais on sent très bien que l’esprit de possession est toujours   présent (ceci existe chez tous les individus, quels qu’ils soient) et on sentait   déjà qu’afin d’éviter tous les conflits, il fallait imaginer quelques   règlements partagés.

Tout d’abord, la réciprocité Communale, qui consistait a   laisser chasser votre voisin Communal, ce qui a demandé la création de   Sociétés, décidant d’élaborer des règlements. Il y a eu en même temps les   cartes d’invitations qui permettaient à un chasseur d’inviter dans la période   de chasse, un certain nombre d’amis chasseurs sur sa commune, et ceci   également pour les propriétaires non chasseurs, et qui laissait chasser sur   leurs terres.

Le Maire non chasseur que j’étais à vécu à cette époque les   discussions et problèmes résultant de la chasse, il essayait de conseiller au   mieux, avec des yeux neutres, différents propos ou décisions. Connaissant   bien le milieu dans lequel  je vivais,   j’avais toujours déconseillé de confier le rôle de responsable à un nouvel   arrivant, mais plutôt à une personne reconnue dans la commune, et ayant une   écoute très attentive (le milieu de la chasse n’étant pas spécialement   reconnu pour son flegme). On commençait à l époque, à élever des faisans,   pour repeupler les chasses. Egalement à organiser des battues aux renards et   autres nuisibles, et cela enthousiasmait également les non chasseurs.

Ces   associations avaient déjà servies à se rassembler, et qui dit rassemblement   dit Agapes. A partir de cette époque, il ne se passe pas d’années sans le   Banquet de la chasse, qui est marqué sur le Calendrier. Un peu plus tard, par   le biais des Sociétés de chasse, le chasseur est devenu écologiste et il a participé   au contrôle et a la régularisation des prédateurs dans nos forêts (battues   aux cervidés, et aux sangliers) au service des agriculteurs qui subissaient   les dégradations de ces animaux. Les nouveaux avantages de ces Sociétés   affiliées à une Fédération Départementale, sont d’obtenir des règles, et des   subventions pour repeuplement, ou aménagements pour le gibier.

Chaque Société   faisant par ailleurs l’effort financier par des collectes, bals, tombola,   afin d’avoir une trésorerie propre à des programmes particuliers. Tout cela   n’empêchera jamais notre chasseur assez fier de sa prise, de laisser dépasser   de sa gibecière, l’oreille du Lièvre, ou le cou de la palombe de la dernière   cartouche. Une confidence, je suis l’ainé d’une fratrie de 5 garçons, le seul   a n’avoir tenu un fusil, du côté de mon épouse tous grands chasseurs, mon   beau frère, préside dans la Loire une fédération de chasseurs de gros gibier,   et je me sens bien à l’aise au milieu de ces traqueurs de la Nature.

Je   rappellerais quand même que le paysan est maître sur ses terres, qu’il en   accepte le partage, avec une certaine reconnaissance, et que cette conclusion   est également valable pour les champignons. Ah chers amis, que   découvririez-vous si vous achetiez le Code Rural. ?

 

 La casso diguén las   coumunos én Milo Naou cén soixanto dèt.Lou qué racounto   aquésté chapitré n’a jamés cassat dé sa bito, més sas functious   d’Agricultur é dé Mairo, l’an pèrmés, à l’épôquo,   d’appréçia, é dé jutja lou sport é lou déjlasomén, més tabén l’observatioun qué   procuraouo la casso.

Tout d’abord,   pécat mignoun dou payzan qué casso sur sa tèrro, é égalomén sur   la dou bézin à coundiçioun dé réçiprocitat. Aco lou pèrmét dé   bézé sas récoltos ou sémis, é dé prébézé tèl ou tèl trabay.   Més qué séntichén bièn qué l’ésprit dé poussèsioun qui toujours présént (aco qu’èxisto ché cadun dé nouzaous, quèlés  qué sian),   é qué séntiouon déjà qu’énta éjbita quaouqué counflit, qué caléouo imagina quaouqué règlomén partatjat.

Tout   d’abord la réciprocitat coumunalo, qué cousistaouo a   décha cassa bochté bézin coumunaou, so qué démandèc la   créatioun dé Souciétats, déçidados à bouta én plaço règloméns. Qué y agou én mèmo témps las cartos d’inbitatiouns   qué pèrmétéouon à un cassayré d’énbita, diguén la périodo   dé casso un certain noumbré d’amics cassayrés sur sa coumuno, é aco égalomén éntaous proupriétaris qué   nous cassaouon pas, é qué déchaouon cassa sur las souos tèrros.

Lou Mairo, noun cassayré   qu’èri, à bichcut én aquéro époquo las   discussious é problèmos résultan dé la casso,   qu’assajaouo dé counséilla aou méllou, dabé ouéils nutrés, différéns probmos ou déçizious. Counéchén lou   méyloc doun biouéoui, qu’aouèy toujours   déscounsèillat dé counfià un rôlé dé rechpounsablé à   un naouèt arribant, mès méillou à uo pèrsouno récounégudo diguén la coumuno, dab uo échcouto moudérado (lou méyloc dé la   casso n’y pas tèlomén récounégut pèr soun tampéromén   rézervat). Qué couménçaouon à l’époquo, à éjllèoua faizans, éntà répupla la casso. Egalomén à organiza battudos aous rénards, é aoutés nuisiblés, é aco counvénguéouo aous noun cassayrés

.Aquéros assouçiatious aouèn déjà sèrbit    a sé rassémblà, é qui dit   rassélblomén dit « boumbanço ». A parti d’aquéro époquo, nous passaouo pas   uo annado sénsé lou Banquét dé la   casso, qu’èro marquat suou calandriè. Un paou més tard,   pou biais dé las souciétats dé casso, lou cassayré èro béngut écologisto, é qué participaouo   aou countrolé é à la régulatioun   dous prédatous, diguén nostés bochs(battudos aou sangliè é à las bichos),aou sèrviçi dous   agriculturs qué subiouon las dégradatious d’aquéros bèstios. Lous naouèts   aouantatgés d’aquéros souciétats affiliados à uo Fédératioun Départoméntalo, èro d’obténgué règlos é   subbéntious éntaou répoplomén, ou aménatjoméns   éntaou gibiè.

Cado Souciétat hazéouo pèr aillurs l’éffort financiè, pèr collèctos,   bals, tombolas, énfin d’obténgué uo trésorério propo à programos   particuliès. Tout aco n’émpèchaouo pas nosté cassayré prou fièr dé sa prézo, dé décha dépassa dé sa muzétto, l’aouréillo dé la Lèbé, ou   lou cot dé la paloumo dé la darèro cartoucho. Uo counfidénço, qué soy l’aiynat d’uo fratrio dé cinq dronlés, lou soul a n’aoué jamés tengut un fusill, dou coustat dé ma hénno, toutés grands cassayrés, moun baou fray Présidént diguén la Loire d’uo fédératioun dé cassayrés dé   gros gib, é qu’ém séntichi bièn à l’ayzé aou méy d’aquérés traqurs dé la naturo.

Qué   rappèlérèy quan mèmo, qué lou payzan y mèstré dé sa tèrro, qu’én accèpto lou partatgé, dabé uo cèrtaino récounéchénço, é qu’aquéro councluzioun éy   égalomén valablo éntaous Camparos. Ah chèrs amics, qué déchcoubrirét   sé croumpaouot lou Codo Rural ?

Apres la chasse, le repas et la détente.

La Jeune Bîche elle a été ramassée blessée