N°   71. Retour de la  Costa d’el Sol.

Comme de   bien entendu nous allons visiter le garage Renault à Motril, qui nous donne   rendez vous pour le lendemain matin, afin de vérifier la Voiture, et de   rebrancher quelques fils qui n’avaient pas retrouvé leur destination. Je dois   dire que la R 16 TS qui n’existait   pas en Espagne fit beaucoup d’envieux dans ce Garage. Nous gardions quand   même un bon souvenir des sites visités, et du Gaspacho consommé dans le restaurant Manuel de Falla à Granada, qui fut un délice (potage de tomates   fraiches, poivrons, huile et vinaigre, un peu d’oignon, le tout mouliné, et   servi très froid. Un souvenir également du col Soupiro d’èl Moro (il exprime le soupir du dernier roi Arabe   chassé de Granada, par Isabelle la catholique). Un souvenir également d’Alain   qui avait trouvé un compagnon de jeu, qui passa la journée avec lui, et se   baigna avec la montre non étanche de    Papa : vous connaissez le résultat. Le lendemain nous avions donc   rendez vous au Garage Renault, avant de visiter le Mulhacèn (3482m) sommet de la Nierra Nevada. En arrivant au   Garage, nous fûmes reçus comme des princes (pas nous, mais la voiture) ;   les vérifications furent faites par deux ou trois mécaniciens, et le patron   me demanda l’autorisation de l’essayer. Je partis avec lui, et son premier   propos fut de me demander si je voulais l’a vendre, il s’occupait de notre   rapatriement, me payait la voiture le double du prix d’achat, mais vous   comprendrez que compte tenus des problèmes passés, je n’avais pas une âme de   commerçant, j’y ais beaucoup repensé après.

Nous voici repartis un peu plus   rassuré vers le Lanjaron, station thermale de 4500 habitants, ou coule des   eaux ferrugineuses, et une grosse usine d’embouteillage qui occupe beaucoup   d’employés. Nous grimpons le col dé Véléta pour arriver à Trevelez, plus haut village Espagnol(3388 m), après avoir   traversé des champs de cerisiers rouges de fruits. Nous mangeons dans un   petit restaurant, sous un Cerisier, et nous attrapions les cerises depuis la   table. Ici les jambons étaient pendus sous des abris en plein vent, et celui-ci   était succulent.

A la descente vers Motril il était saisissant de voir, sur   une si courte distance, des cerisiers en pleine maturité, et en bas des   bananiers Orangers, et autres fruits tropicaux. Retour à Almunécar pour   préparer les valises. Alain dit au revoir à son copain, ils se retrouveront   plus tard à Madrid.

C’est donc le 14 Juillet au matin que nous prenons la   route vers Alméria, nous   apercevons depuis un plateau la mer au loin ; erreur, c’était des   étendues de serres incroyables, qui avaient trompés notre vue, nous remontons   par la province de Murçia, nous   traversons une zone sèche et aride, Alicante   déjà plus souriante, et que nous connaissons. Avec la Palmeraie d’Elche, et son  « jardin du   curé ». Bénidorm, Valénçia, avec ses huertas, grands   jardins côtiers, et aussi la traversée difficile et très longue, le   moteur chauffe a nouveau (imaginez la frayeur)                

l’embrayage aussi, il faut   pousser deux fois la voiture, vite, vite un Hôtel ! Le 1er   parador est complet, et nous dormons à Sagunto.  

Le lendemain, après un passage à Péniscola,   nous remontons vers le Val d’Aran par Lérida,   et nous passons une nuit dans la montagne à Baqueira, avant de rentrer à la maison. Séjour mouvementé, mais   dont on gardera de très bons souvenirs.

 

 Rétour la Costa d’èl Sol.

Coumo counbéngut, qué van préngué rendez vous aou garatgé Renault à Motril,   prébich éntaou léndouman, éntà vérifia la vouaturo, é   rébranqua caouqué hiou, qué n’aouèn pas rétroubat la suo dèstinaçioun. Qué déoui disé, qué la R 16 TS, néxistaouo pas én Espagno, hèsquout rédé émbéjo aou garatgé.Qué  guèrdaouon quan mèmo un boun soubénir   dous éndréts visitats, é dou Gaspacho, cousoumat aou rèstaourant Manuel dé Falla à   Granada, qu’éstèc un déliçi (bouilloun dé toumatos fréscos, piméns,oli é vinagré, un paou dé sébo, lou tout moulinat, é sèrvit bièn fréch,. Un   soubénir égalomén dou col Soupiro dèl Moro (qu’ésprimo   lou soupir dou darrè Réy Arabo, cassat dé Granada, pèr Izabèlo la catholiquo). Un   soubénir égalomén d’Alain qu’aouè troubat un coumpagnou dé joc,énta passa la journado dam ét, é qu’és   bagnèc dab la mountro dé Papa qué n’èro pas étancho : Bézét lou   résultat !Lou léndouman aouéouon rendéz vous aou   garadgé Renault aouan dé Visita lou Mulhacèn (très milo quouaté cén quouaté vin dus   mèstrés) cap dé  la Sierra   Nevada. En arriban aou Garadgé, éstèn récébuts coumo princés( pas nouzaous més la Vouaturo) ; las vérifacatious   éstèn haiytos pèr très mécanicièns,   é lou patroun ém démandèc l’autorizaçioun dé l’énsaja.  Partiscouy   dam ét, é sa prumèro paraoulo éstèc d’én démanda sé   nous la bouléoui pas béné, qué s’occupaouo dé mous rapatria,   ém pagaouo la Vouaturo lou doublé dou prêt d’achat,   més coumprénguérat, qué counté téngut dous problèmos passats, n’aouèy pas uo âmo dé coumèrçant. Qué y èy pénsat forço cops démpuch.

Qué  moun bam rassurats décap aou Lanjaroun, statioun thèrmalo dé quouaté milo cin céns habitants, oun coulo uo aygo fèrruginouzo, é uo grosso uzino d’émboutéllatgé,   qu’occupo forços émplégats. Qué   mountan lou col dé la Véléta, aouan d’arriba à Trévélèz més haout Villatgé Espagnol,(très milo très cén quouaté   vint mèstrés) après aoué traouèssat pèços dé céridès rougés dé fruts. Qué minjan   én un pétit restaurant débat un céridè, é   qu’attrapaouon lous fruts démpuch la taoublo.   Aquiou lous jambous èron pénjats débat un abrit én plén ayré, è qu’èro bièn boun.

En tout débara décap Motril, éro rémarquablé dé bézé sur uo courto disténço, céridès én pléo maturitat, é bach, bananiès, irangès, é d’aoutés fruts èxoticos. Rétour à Almunécar éntà prépara las valizos. Alain dit aou rébézé à soun copain, es rétroubéran mès tard à Madrid.

I dounc lou quatorzé Juillèt aou maytin qué prénguén la routo décaAlméria, qu’apèrcébén   d’émpuch un platèou la mèr aou louy ; érrou, qu’éy   uo échténudo dé sèrros inimaginablé, qu’aouéouon troumpat nosto bisto, qué rémountan   pèr la provinço dé Murçia, qué   traouéssan uo régiou séco é arido. Alicante déjà més agréablo,é qué récounéguén   , dabé la Palméréo d’Elche é soun cazaou   dou curè. Bénidorm, Valénçia ,   dabé sas huèrtas, granos    pèços dé légumés sur la costo, é la traouéssado   diffiçilo é rédé lounguo, lou motur qué caouho tabé, dus cops   qué caou poussa la vouaturo( imaginat la poou !),   l’émbrayatgé tabén, visté,vistè un Hôtèl ! Lou prumè Parador y coumplèt, é qué   ban dromé à Sagunto.

Lou léndouman,   après un passatgé à Péniscola, qué   rémountan décap aou Val d’Aran pèr Lérida , é qué passan   uo néyt diguén la mountagno à Baquéira , aouan dé tournà à la maysoun. Séjour mouvoméntat, més   dounc guardérém dé bounés soubénirs.

Le dallage des rues à Almunécar

Le pont est arboré d’un grand jardin