Vacances à la Costa d’el Sol Juillet 72.

Notre   famille s’était agrandie, nous avions 3 enfants de 15, 10, et 5 ans, nos   moyens s’étaient un peu améliorés, une voiture un peu plus spacieuse et   performante, nous permettaient d’envisager des vacances un peu plus longues   et lointaines.

Nous   décidâmes donc d’aller visiter le Sud de l’Espagne, et nous avions retenu une   location en bord de mer à Almunécar. Je tenais à vous retracer ces vacances,   pour vous faire vivre plus leurs péripéties, que pour la détente en   elle-même.

Il est   difficile 40 ans après de faire revivre ces moments, mais j’ai eu la chance   d’avoir une épouse, qui vivait nos sorties avec son carnet, et tout nos   voyages sont stockés dans nos archives, j’ai eu donc la tâche facilitée, et   comme je n’ai pas de mémoire, elle m’aide très souvent à la retrouver.   Lucienne, je t’en remercie ici publiquement.

Donc   nous voici embarquer pour ce long périple, avec pour la 1re fois   le souci du respect des dates, compte tenu de la location. Passage  pou col dou Somport, frontière Canfranc,   Espagne, Jaca, Zarragosa, pique nique avant Madrid . On traverse la province   de Ségovie et la première nuitée se passe à Ocana.(nous avions payé 120   pestas par personne).

Le   dimanche matin nous partons à 7h 30m, afin d’éviter les grosses chaleurs pour   traverser le plateau de la Mancha, mais 2 h plus tard, le moteur fume c’est   la panne classique du joint de culasse, par manque de refroidissement. Je   trouve un dépanneur à 5 kms qui nous propose de laisser la voiture, et de   louer pour deux jours un véhicule qui nous conduira à Almunècar. 

Nous   louons celle-ci à Valdépénas, c’était une Renault 8, la grosse inquiétude de   Mireille (5 ans) était de savoir ou allions nous mettre les bagages,   puisqu’il y avait le moteur derrière. Et nous voila parti pour 400 Kms,   traversant les provinces de Ciudad Real, Jaén, et Granada, a 5  personnes avec bagages, pour arriver devant   notre logement à 19 h 30 ; c’était La Noria, playa San Christobal.

Vous   dire qu’après ces péripéties du Dimanche la journée du lundi  se passa sur la plage qui se trouvait à   Quarante mètres, à la sieste réparatrice, et à la maitrise de nos soucis, car   en plus de nos vacances (prévues) s’annonçait une grosse dépense (non   prévue). Le site était merveilleux, un beau village blanc, la mer devant la   porte, Granada avec son Alhambra sous cazaous èxcèptionnèls, ses jardins   exceptionnels, l’Alcazar, les maisons troglodytes. Peut-être qu’Alain (15   ans) eu ces 1eres inspirations de paysagiste ?

De toute   manière, comprenez que tous les jours nous avions en tête notre panne de   véhicule, car à l’époque le téléphone était à la poste. De plus la réparation   de deux jours, se transforma en réparation de huit jours. Je suis parti   chercher mon véhicule le 11 Juillet, et je suis rentré avec la voiture à  Almunécar le Mercredi 12 Juillet à 15 h 30,   car afin de corser mes aventures, avant de rembourser mes locations, et de proposer   paiement pour ma réparation, il était 15 h. J’avais un  chéquier Espagnol, cela surpris le   Garagiste qui m’exigea des espèces que je n’avais pas.

Comme   les banques espagnoles fermaient à 15 h, je dus donc téléphoner a mon épouse   que je ne rentrerais pas le soir, et attendre le lendemain afin que la banque   certifie mon chèque. Réparation très onéreuse, de plus le mécanicien   m’annonça qu’il ne pouvait garantir la réparation, il avait du confectionner   une pièce, et il me conseilla de faire vérifier ma voiture à un   concessionnaire Renault à Motril, pour effectuer quelques réglages.

La suite de cette longue péripétie la   semaine prochaine.

 

 

 Bacansos à la   Costa Del sol. Juillét  72.

Nosto famillo s’èro agranido, qu’aouéouon très dronlés dé quinzé, dèt, é cinq ans, lous moyèns s’èron améliourats, uo vouaturo un paou més bèro, é més rapido,   nous pèrmétéouo d’énvizatja bacansos un paou més lounguos, é més louy.

Qué déçidém dounc d’ana visita lou sud dé l’Espagno, é qu’aouéouon réténgut uo loucatioun   én bord dé mèr à Almunécar. Sé   ténguéoui à bous rétraça aquéros bacansos, qu’èro més én tà bous hai bioué las péripétios, qué pèr lou répaous   én ét mèmo.

Qui diffiçilé quarant’ans après dé hai rébioué aquéts mouméns, més qu’èy la chanço d’aoué uo hènno, qué ténguéouo un   carnét dé bord, é touts nostés vouyatgés soun gardats a   las archivos, é coumo èy pèrdut la mémououèro, qué   m’aydo soubén à la rétrouba :   Luciènne qué t’én rémèrçii açi publiquomén.

Dounc que mous émbarquan én aquét loung périplé, dabé pou prumè cop, lou rèspèc dé las datos, counté téngut dé la loucatioun.   Passatgé pou col dou Somport, frountièro Camfranc, Espagno,Jaca, Zarragosa, déjuna aouan Madrid. Qué traouéssan   la prouvinço dé Ségovia, é la prumèro néyt, droumin à Ocanà(paguèn cén vin pésétas pèr pèrsouno,)

Lou Diméché maytin, qué partin à sèt houros é méjo, énta éjbita las grossos calous pèr traouéssa lou platèou dé la Mancha, més duos horos més tard,   lou motur qu’ahumo, qui la pano classiquo dou jouént dé culasso, pèr manquo dé   réfrédissomén. Qué trobi un déchpanur à cinq Kilomèstrés,   qu’ém prépaouzo dé décha la vouaturo, é dé louga pèr dus jours un véhiculo   qué mous  amio à Almunécar.

Qué louguén à Valdépénas uo Renault  houéyt.   La grosso inquiétudo dé Mirèille   (5 ans) èro dé sabé an anaouon bouta lous Bagadgés, pusqué y aouéouo lou motur darrè. E aquiou partits pèr qouaté cén Kilomèstrés traouéssan las   prouvinços dé Ciudad Real, Jaén, é Granada,à cinq pèrsounos dabé bagadgés, éntà arriba à sèt houros é méjo daouan nosté lotjomén ; qu’èro La Noria, playa San Christobal.

Bous dizé qu’après aquéros péripétios dou Diméché, la   journado dou dilus sé passèc sur la plajo qu’és   troubaouo à quaranto mèstrés, à la sièsto   réparatriço, é a la pénsado dé nostés souçis.En plus   dé nostos Bacansos (prébistos) s’anounsaouo uo grosso déspénso (imprévisto). Lou Sièro mèrvéllous un poulit Billatgé Blanc, la mèr daouan la porto, Granada dabé soun Alhambra,sous cazaous   éxcèptionèls, l’Alcazar, las mayzous trogloditos. Bélèou qu’Alain(Quinz’ans) aout sas prumèros énspiratious dé paysatgisto ?

Brémbat bous, qu’aouéouon cado jour aou cap nosto panno, à l’époquo lou téléphono èro à la posto. En plus la réparatioun dé dus jours ès transfourmèc én réparatioun dé houéyt jours.Qué   partiscouy coyllé la voituro lou ounzé    juillét, é qué tournèy lou doutzé juillét à   Almunécar à très horos é méjo dé l’après méyjour,émprémou qu’énta coursa las   mios avénturos, aouan dé rémboursa ma loucatioun, é propoouza pagomén dé la réparaçioun,qu’èro très houros. Qu’aouèy un chèquiè Espagnol, aco surpréngout lou   Garagisto, qué m’èxigèc  « métallicos », liquidé », é n’aouéoui   pas.

Coumo las banquos Espagnolos    barron à très horos, qué dégouy téléphouna à la hénno qué nou tournéri pas lou sé,é atténdé lou léndouman éntà qué la banco cèrtifièsé moun taloun.   Réparaçioun rédé caro, dé més lou   mécanicièn m’announçèc qué n’oun poudéouo garanti la   réparaçioun, qu’aouéouo dégut fabriqua uo pèço, é qu’ém counseillèc   dé hai vérifia la vouaturo chéz un Councéssiounari à Motril, éntà éffectua quaouqués  régladgés.

La suito d’aquéro lounguo avénturo, la sémano prchaino.

 

La playa San Christobal à 40 m.

Le beau village blanc.