N° 69. L’assainissement.

  Les travaux de   remembrement suivaient leur cours, le parcellaire était aux mains des   Géomètres qui effectuaient les nouveaux bornages, chaque propriétaire   retrouvait ses parcelles, et déjà se dessinaient les fossés de séparation et   d’écoulement des eaux.

 Parallèlement à ce travail avait été conduit   l’étude du réseau d’irrigation, afin de tracer et réaliser les amenées   principales, indépendantes du programme particulier. Le problème de   l’irrigation fut plus difficile a mettre en place. C’était une nouvelle   technique, demandant un engagement et un financement particulier, on senti   dans les fermes, un conflit de générations, qu’il fallu dominer, avec bien   souvent le concours du Maire et des Techniciens.

Il y   avait dans la commune, deux ou trois fermes qui n’avaient pas besoin de   remembrement, ce furent les Agriculteurs les plus récalcitrants à   l’irrigation. Je me souviens d’une exploitation importante refusant   l’irrigation, et par son refus ne permettait pas d’atteindre le quota,   indispensable à l’installation du réseau, je ne raconterais pas ici, ce que je   fis pour que s’installe le réseau.

Quand je   passe aujourd’hui devant cette exploitation, non seulement je n’ai pas de   regret d’avoir forcé le destin, mais je suis fier de l’avoir fait. Je suppose   que l’Agriculteur actuel le sait, il était tout jeunot à l’époque.

LLes   travaux de drainage avaient été discutés, financés, et conçus avec chaque   Agriculteur, avec 50% de subventions et un prêt à long terme. Le fait d’avoir   réalisé l’ensemble de cette importante opération, couteuse, mais oh combien   rationnelle, permettait à la jeune génération d’Agriculteurs qui pointait son   nez, d’avoir un outil de travail performant sur lequel on n’avait pas le   droit de se tromper, car des charges annuelles devaient être remboursées.

 On passait de l’époque « cueillette » à l’époque de   « production raisonnée ».   Les travaux de drainage se firent sur deux ans, après libération de chaque   récolte.

En Avril   74, nous eûmes l’occasion de vérifier la véracité des travaux réalisés. Des   pluies sur deux jours totalisant60 mm, déclenchèrent des inondations   importantes, et nous pûmes constater que sur la Commune dans la vallée, seule   une tâche d’eau était restée sur une parcelle, car il manquait un fossé à   réaliser. La Commune en aval,  avait la   vallée recouverte sur500 m  de large. Cette matinée, tous les Clermontois avaient très discrètement pris   leur voiture, pour voir les dégâts en aval, et les commentaires positifs sur   le remembrement alimentèrent les premières rencontres.

LLe pari   était gagné, et les souffrances des élus, trouvèrent là leur réconfort. Cette   importante réalisation fut le point fort de ma mandature, je rappellerais une   fois de plus, que mes relations privilégiées avec la CACG, me permit une   réalisation écologique, et rationnelle que nous envierait les écolos de 2012.   Calibrage des rivières à partir d’une rive, afin de ne pas abimer l’autre   rive, Plantations de peupliers sur la rive sur la rive opposée afin de   préserver pour l’entretien du cours d’eau, busage sur4 mdes ruisseaux   perpendiculaires afin de laisser le passage au matériel d’entretien.

 Tout ceci conduisit l’association de  Sauvegarde de la nature  de l’époque, à nous attribué le Prix Gentiane en 1975.

L’Assainisomén.

Lous trabails dé   rémémbromén séguiouon soun cours, lou parcélari èro éntré las mas dous   géomèstrés qué hazéouon lou naouèt bournatgé, cado proupriétari rétroubaouo sas   parcèlos, é déjà sé déssinaouo lous barats dé   séparaçioun, é d’échcoulomén dé l’aygo.

 Parrallèlomén én   aquét trabail,aouéouon haiy l’éstudi dou réseau   d’irrigatioun, énta poudé traça las amiados prénçipalos, éndépéndéntos   dou programo particuliè. Lou problèmo de l’irrigatioun   éstè més diffiçilé a bouta én plaço. Quèro uo naouèro tèchnico, démandan un éngadgomén é un finançomén   particuliè, qué séntichcoun diguén las bordos, un   counflit dé génératioun qué calou domina, dabé bièn soubén lou concours dou Mairo, é dous technicièns.

Y aouéouo diguén la coumuno duos ou très Bordos qué n’aouéouon pas bézouy dé rémémbra, qu’éstèn lous més récalçitrants   a l’irrigatioun. Qu’én brémbi d’uo exploitatioun   émpourténto qué réfuzaouo l’irrigatioun, é pèr aquét réfus    n’atégnéouon pas lou quota, indispénsablé à l’énstallatioun   dou réseau, nou racountérèy pas asi, ço qué hazouy énta proufità dou réseau

Qu’an passi éncouèro daouan aquéro  poulido   Bordo, noun sulomén n’èy nat régrèt d’aoué « fourçat lou dèstain », més qué soy   fièr dag aoué hèyt. Qué suppozi qué   l’agricultur actuèl qu’at sab, èro tout jouénot à   l’époquo.

Lous trabays dé   drènatgé  èron   éstat dicutats, finançats  é préparats dabé cado agricultur, dabé cinquanto pèr cént dé subventioun, é un crédit à loun tèrmé. Lou   fait d’aoué réalizat l’énsémblé d’aquéro émpourténto é caro aoupératioun, mès   bièn préparado, pèrmétéouo à la Jouéno génératioun   d’agriculturs qué puntaouon lou nas, d’aoué un utis dé trabail pèrfourmén, més   n’aouéouon pas lou drét d’és troumpa, emprémou qué caléouo rémboursa las cargos annuèlos.

Qué passaouon dé   l’époquo «  amasso ço qué y a »,à l’époquo   dé »produccioun raizounado ».Lous trabays dé drainatgé sé hazoun sur dus   ans, après libératioun dé cado récolto.

En Abriou soixanto Quatorzé, qu’aououn   l’aoucazioun  dé vérifia lou bézouy dous trabays réalizats. La ploujo sur dus   jours oun cajoun soixanto millimèstrés, désclanchèn   inoundatious émpourténtos, é pèrmétoun dé counstata qué   sur la Coumuno diguén la valo, soulo uo taco d’ayguo èro démourado, émprémou qué manquaouo un barat sur uo parcélo. La Coumuno à l’émbach, aouè la valléo   récouberto sur cin cén mèstrés dé   largé. Aquéro maytiado, tout   Claramoun passaic discrètomén én   vouaturo, éntà bézé lou résultat , é lous couméntaris   sur la qualitat dé l’assainissomén, aliméntèc la discussioun.

 Lou paris èro gagnat, é las misèros dous   éluts éstèn déjbrémbados. Aquéro émpourténto réalizatioun éstèc lou punt fort dé moun mandat, qué rappèlérèy un cop dé més qué   las rélatious privilétgiados qu’aouéoui dabé la CACG, én   pèrmétoun uo réalizatioun écologiquo é ratiounèlo à hai pati lous   écolos dé dus milo doutzé. Calibratgé dé   las ribèros à parti d’un coustat, entà proutètja l’aouté coustat, plantatious dé pibous dé l’aouté coustat, én fin dé poudé passa éntà l’éntrétièn, buza lous barats   pérpandicularis sur quaté mèstrés.

Tout aco mous balou l’attribitioun, pèr la souciétat   dé saoubogardo dé la naturo dé l’époquo, lou prèt Gentiano   én Milo naou cén soixanto quinzé.