68. Un Bilan de carrière.

Ce titre   peut certainement vous étonner, rassurez vous, j’aurais du appeler bilan de   mes 40 ans. Je vous ai assez parlé de la période 35-45 ans pour faire mon   examen de passage.

Pour moi je le   trouve assez concluant (facile quand on    a déjà vécu la suite !) mais intéressant à rappeler. Compte tenu   de mes problèmes de santé ayant contrarié mes études, j’ai essayé de me   présenter à l’âge de 18 ans sur le marché du travail avec un bagage normal,   compte tenu de formations diverses qui m’ont été indispensables, en n’oubliant   jamais la devise qui  m’est chère, et   qui m’est utile encore aujourd’hui (à 79 ans) : je sais aujourd’hui plus qu’hier, mais bien moins que demain.

8 ans passés sur   l’exploitation participant aux travaux de la ferme, plus augmentant ma   formation professionnelle, faisant le représentant de matériel Agricole,   créant une entreprise de travaux agricoles comprenant 2 tracteurs de labours   , plus une Moissonneuse-batteuse.

Cela me   conduisait à 26 ans à une réorganisation de ma carrière vers l’ITCF. A  40 ans après 14 ans passés dans cet   organisme ou j’ai pu pleinement m’épanouir, et ou mes supérieurs m’ont laissé   une liberté d’initiative très importante, ce dont je les remercie   sincèrement, ils m’ont permis de mener plusieurs tâches en même temps, ce qui   m’a pleinement convenu dans  la   démarche de ma vie. (Je pense à mon engagement de Maire, Président du Foyer   rural, président de la Fédération des Gîtes ruraux). 

Je suis persuadé   qu’aujourd’hui, on ne me laisserait pas ces facilités, et je le déplore   vivement ; on ne laisse pas assez d’initiatives, par crainte de l’échec.   Sur mes 2 Départements ; 32 et 65 , j’avais réussi un quadrillage   parfait entre Techniciens et Agriculteurs,    en matière d’essais et de démonstrations de bonnes cultures, et  utilisations des fourrages, nous formions   un groupe à la disposition des Agriculteurs, et les visites avant récolte des   travaux réalisés, avaient un succès non négligeable.

Ces visites   avaient lieu deux fois par an,  en été   pour les Céréales et fourrages, et en Automne pour les Maïs et Sorghos, de   plus par des visites de stations expérimentales, suivies d’exposés par des   Agronomes de pointure Nationale, qui venaient conforter l’ensemble du travail   réalisé, et mettre un peu en valeur la collaboration entre tous les   Techniciens.

Je dois   reconnaitre aujourd’hui, qu’a ce moment de ma carrière d’Agronome, je me   sentais en pleine possession de ma réussite. A moi maintenant de l’a   complémenter par ma fonction de maire, au service du remembrement et de   l’assainissement, et à celle de Président du relais départemental des gîtes   de France, pour la promotion du Tourisme   rural dans le Gers.

Voyons ce que   nous réserveront les 5 années potentielles (35-45 ans) : à suivre un peu   plus tard.

 

Un Bilan dé Carrièro.

Aquét titré bous pot cèrtènomén éstouna, rassurat bous,   l’aouri dégut apéra bilan dé mis quaranta ans. Qué bous èy   prou parlat dé la périodo trénto cinq-quaranto   cinq, éntà hai un èxamèn dé passatgé.

Enta jou qué lou   trobi prou councluén (façilé quant on a bichcut   la suito !) més éntéréssén à rappélà. Counté téngut dé més problèmos dé santat qu’aouéouon countrariat més éstudis, qu’aouéy énsajat d’ém prézéntà suou marcat dou trabail dabé un bagadgé normal,counté téngut dé différéntos   fourmaçious qué m’èron éstados éndispénsablos, én mé brémba   toutjours la dévizo qué m’éy caro, é utilo éncououèro aouéy (à soixanto dèzo naou ans) Qué say aouéy més qué jé, més pas tan qué   douman).

Houéyt ans passats sur l’èxploitatioun partiçipan aous trabails dé la fèrmo, més aouménta ma   fourmaçioun proffèssionèlo, hai lou réprézéntan dé matérièl Agricolo, créa uo éntréprézo Agricolo, dé dus   tracturs dé labours, plus uo moissonuzo-battuzo.

Aco qué m’amièc à vinto chés ans, à uo   réorganizaçiou dé ma carrièro décap à l’ITCF. A quaranta   ans, après quatorza ans passat diguén aquét Organismé,   oum mé soy épanouit réèlomén,, é oun mous supériurs   m’an pèrmés  uo libertat d’initiativos én mèmo témps, ço qué m’aouéouo counvéngut ,é qué lous én rémèrçii   sincèromén.Co qué m’a bièn   counvéngut diguén la démarcho dé ma bito. Qué   pénsi a moun éngadjomén dé Mairo, Présidént du Foyè rural, Présidént dé la   Fédératioun dous Gîtos ruraous.)

Qué soy pèrsuadat   qu’aouéy n’oum baillérén pas aquéros façilitats, é   qu’at régrèti vivomén, nou dèchon pas prou d’initiativos   pèr crénto d’échècs. Sur mous dus départoméns dou Gérs, é dé las haoutos pyrénéos, qu’aouèy réussit un quadillatgé parfait éntré Téchniçièns é Agriculturs, én   matièro d’éssais é dé démountratious   dé bounos culturos, é utilisatious dé fourratgés, qué fourmaouon   un groupé à la dispouziçioun dous agriculturs, é las vizitos aouan récolto dous trabails   réalizats aouéouon un succès noun   négligeablé.

Aquéros visitos aouèn loc dus cops pèr an, én éstiou éntà las Céréalos é lous fourratgés, é én aoutouno   éntaous millocs é sorghos, dé més,   pèr vizitos dé statious èxpériméntalos, séguidos   d’expouzats pèr Agronomos dé punturo Nationalo, qué   bénguéouon counfourtà l’énsémblé dou trabail   réalizat, é bouta drin én balou la coulabouraçioun éntré tous lous Technicièns.

Qué déoui récounégué aouéy, qu’én aquét moumén dé ma carrièro d’Agronomo, qu’én   séntioui én pléo poussèssiou dé ma   réssito. A jou aro, dé l’à coupléméntà pèr ma founctioun dé Mairo, aou sèrviçi dou rémémbromén, é   dé l’assainissomén,  é à la dé Présidént dou rélais   départoméntal dous gîtos dé Franço éntà la proumouçiou dou Tourismé rural diguén lou Gers

A bézé ço qué mous   résèrbéran las cinq annados poténçièlos,(trénto cinq-   quaranto cinq) : a ségui un paou més tard.

1971. La dernière paire de Boeufs de la commune.

1971. Ouvereture de la chasse à Clermont