Les gîtes ruraux.

La commune avait   un presbytère désaffecté et inoccupé, donc une charge foncière qui n’avait   aucun rapport. L’école également n’avait pas d’occupant, l’institutrice   habitant à 10 Kms, tout cela après concertation et discussions avec le   conseil Municipal nous conduisit à établir quelques projets d’aménagement, et   de restauration de ces immeubles vacants.De plus à titre   personnel nous venions de récupérer, avec le remembrement une maison ancienne   contigüe à notre ferme, elle avait beaucoup de caractère, mais inhabitée   depuis une trentaine d’années, elle servait de grenier et de débarras à   l’ancien propriétaire. Je me souviens encore, alors que je l’a montrais au   charpentier pour faire évaluer les gros travaux de restauration, de sa   réponse presque mot à mot : il y a deux solutions aussi   intéressantes  l’une que l’autre, soit   le bulldozer, soit la restauration, elle a quelques beaux restes ; le colombage.   Et c’est la deuxième qui fut retenue, nous aimions les maisons anciennes.Je fréquentais à   ce moment la chambre d’Agriculture ou j’avais un bureau, les techniciens du   Service tourisme, et je dois reconnaître que ce fut pour moi une   collaboration qui dura plusieurs années. Nous étions au début des années 70,   le tourisme rural commençait à faire parler de lui, avec à l’époque beaucoup   de critiques infondées mais  existantes   (n’est ce pas  Mr Yves).

Cette orientation   de mise à la disposition de citadins, d’un patrimoine privé ou communal, de   maisons de caractère, pour les vacances d’été paraissait intéressante,  et il est vrai que les Maires ruraux furent   les 1ers sensibilisés par cette orientation. Il existait déjà une Fédération   Départementale des Gîtes ruraux, assez inerte, mais présidée par des notables   difficiles à manœuvrer, et pour travailler avec, il fallut une certaine   diplomatie, il fut donc créé une association de propriétaires de gîtes.

Je me souviens   très bien la rencontre aves le président de cette fédération , accompagné par   deux autres maires, allant quérir la collaboration avec celui-ci, ce ne   furent pas des moments agréables, mais le résultat fut obtenu, et nous avions   un outil de travail pour animer cette ouverture d’esprit, un service d’aide à   la mise en place de dossiers, de demandes de subventions, de conseils de   réalisation. Je fus élu Président de cette Association, qui me conduisit un   an plus tard à la Présidence de la Fédération Départementale des Gîtes   ruraux.

Je dois reconnaître   qu’étant en contact permanent avec les services de la chambre, ma tache en   était favorisée. Ce fut alors le moment de voir avec le conseil Municipal,   comment orienter nos travaux d’aménagements de trois Gîtes, labellisés gîtes de France, ces formalités un   peu longues, suivies des demandes de subventions, et surtout obtentions de   celles-ci nous demanda un an. Au préalable les entreprises avaient été   contactées pour les travaux de restauration.

Parallèlement   notre gîte du Billan pris le même chemin et pratiquement avec les mêmes   délais, ce qui augurait pour la suite de 4 gîtes ruraux sur la Commune. Il   était normal que les collectivités donnent l’exemple, pour la restauration et   l’occupation de ces maisons souvent de « caractère », et encourager   les particuliers a en faire autant. Nous allions certainement ouvrir la porte   de ce que fut :

Le tourisme rural. Nous étions en 1972.

 

  Lous Gîtos ruraous.

La coumuno aouè un présbytèro désafèctat é inocupat, dounc   uo cargo founcièro sénsé rapport. L’éscolo égalomén n’aouè pas d’occupants, la régénto habitaouo à dèt   kilomèstrés, tout aco après councèrtaçioun é   discussioun dabé lou counséil municipal nous amièc à éstabli quaouqué proujèt d’aménatjoméns, é dé rèstouraçioun  d’aquéts   immoblés dispouniblés.Dé més a titré personnèl bénguuéouon de récupéra dabé lou rémémbromén uo maysoun anciènno proché dé la nosto,   qu’aouéouo « caractari », més inhabitado démpuch uo tréntéo d’ans, qué sèrbiouo dé graè ‘é dé désbarras à   l’ancièn proupriétari. Qu’ém brémbi éncouèro, qu’an   l’at mountrèy aou charpentié entaou hai évalua lous trabails dé   rèstauraçioun dé lé suo réspounso, présqué mot a   mot : y a duos souluçious, aouta intéréséntos l’uo qué l’aouto ou lou buldoozèr,   ou la réstauraçioun,qu’a quaouqué béroy rèsto ; lou coulanat. E qui la segoundo hypotèzo qu’éstèc réténgudo, qu’aymaouon bièn   las maïzous anciènnos.Qué fréquantaoui én aquét moumén la crampo   d’Agriculturo, oun aouéoui un burèou, lous téchnicièns   dou sèrviçi Tourismé, et qué déoui récounégué qu’éstèc éntà jou uo coullabouraçioun qué durèc forços annados. Qu’éron aou début dé las annados soixanto dèt, lou   Tourismé rural couménçaouo a hè   parla d’ét, dabé à l’époquo forços critiquos injustifiados, més èxistaouon(   bèrtat Mu Yves).

Aquéro oriéntatiou dé   bouta à dispouziçioun dous çitadèns, d’un patrimouèno   privat, ou coununaou, dé mayzous dé caractari én tà   las bacansos d’éstiou,paréséouo éntéréssénto, é   qui bèrtat qué lous Mairos ruraous éstèn lous prumès sénsibilizats pèr aquéro   orientatiou. Qu’èxistaouo déjà uo fédératiou Départoméntalo dous gîtos ruraous, un paou inèrto, prézidado pèr noutablés diffiçilés à   manubra, é énta trabailla damb érés, qué calou uo cèrtaino diploumatio, qu’éstè dounc créado uo assouçiatioun dé   proupriétaris dé Gîtos.

Qu’ém brémbi rédé bien dé la   réncountro dabé lou présidén dé la   fédératioun, accoumpagnat pèr dus aoutés Mairos, ana coillé la coullabouratiou dam ét, n’éstèm pas mouméns agréablés, més lou résultat éstèc obtèngut, é qu’aououn un utils dé trabail éntà anima aquéro  aoubèrturo   d’ésprit, un serbiçi d’aydé éntà bouta én plaço lous doussiès dé   démando dé subbéntious, dé counséils dé réalizatioun.   Quéstèy élut prézidént d’aquéro assouçiatioun, qu’én m’amièc un   an més tard à la Prézidénço   Départoméntalo dous Gîtos Ruraous.

Qué déoui récounégué qu’ésta aou countact pèrmanén dabé lous serbiçis dé la Crampo,   moun trabail n’èro fabourizat. Qu’éstèc alabét lou moumén dé bézé dabé lou counséil muniçipal, coumo ouriéntà nostés trabails d’aménatjomén dé trés Gîtos   labéllizats Gîte de France, aquéros   fourmalitats un paou lounguos, séguidos dé   las démandos dé subbéntious, é surtout las obténgué   dispouniblos, démandéc un an. Aou préalablé las   éntréprézos èron éstados countactados éntaous trabails dé   rèstaouraçioun.

Parrallèlomén nosté Gîto dou Billan prèngouc lou mêmo camin é pratiquomén lous   mèmos délais, so qué prouméttéouo   quouaté Gîtos ruraous sur la   Coumuno. Quèro normal qué las   coulèctivitats baillèson l’èxémplé éntà la   rèstaouratioun é l’occupatioun d’aquéros mayzous soubén dé « caractari », é éncouratja lous particuliès an hai aoutant.   Qu’anaouon aoubrèché cèrténomén la porto dé so qu’éstèc :

Lou Tourismé rural.

Qu’èron én Milo naou cén soixanto doutzé.

Devinez les colombages.

L’aspect a changé