N°.66. Le remembrement.

Finies les Agapes   et Fêtes, après plusieurs réunions avec le Conseil Municipal et la CACG, il   fut décider de se lancer dans l’étude remembrement.Nous avions eu à   côté de nous, des communes remembrées par les services de la Direction   Départementale de l’Agriculture (DDA), et nous avions constaté que le   dialogue avait été difficile, et quelques décisions prises sans   concertations.

Les services de   la Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne(CACG) répondaient déjà à   une demande de la commune, donc à notre service, je savais qu’il y aurait   plus de discussions, et de compréhension. Donc un contrat d’études,   d’échanges, et de documents d’échanges amiables, dans le but de bien réussir   par la suite, l’assainissement, et l’irrigation. 

La 1ère   étape (la plus difficile) fut de rendre visite par quartier, à chaque   Agriculteur, et de proposer un parcellaire    qui soit le plus équitable possible dans l’intérêt de tous et de   chacun. Ce sont des moments assez difficiles auxquels j’ai participé dans les   cas délicats.

J’ai compris plus   tard, lorsque l’on est arrivé sur notre exploitation que le propriétaire n’a   pas le même raisonnement, que le Technicien, ou le Maire qui participe à la   discussion.

La Commune   comprenant1200 Ha,  remembra les terres cultivables soit800 Ha, les bois ne furent pas comptabilisés.   Deux ruisseaux principaux collecte l’eau dans deux vallées, Le Sousson et le   Cédon . Pour des raisons administratives, chaque vallée fut traitée   séparément, mais englobées dans le même dossier. Ce moment du remembrement   est le plus délicat ; malgré la dynamique des intervenants, il ne fut   pas bousculé, et à la fin des discussions et plans acceptés, les documents de   sous seings privés établis, il fut rentré dans le vif du sujet qui consista à   démarrer les travaux.

Il faut savoir   que les actes de nouvelle propriété font partie d’un dossier d’échanges   multilatéraux, qui est rédigé en autant d’exemplaires qu’il y a   d’intervenants ce qui est un travail notarial très important. Chaque   Agriculteur avait donc chez lui la copie de sa nouvelle exploitation avant   travaux.

Les travaux   avaient été scindés en deux parties l’une publique comprenant : Le   parcellaire, le calibrage des deux rivières à partir d’un côté (pour   favoriser l’entretien,ne pas abîmer l’autre rive, planter l’autre côté, et   défaire deux boucles sur le Sousson (boucle Laburthe, et boucle Cérès).   Egalement la prise en compte des ruisseaux perpendiculaires jusqu’a 100 mà l’Est de la Départementale 150,   ceux-ci protégeant les travaux particuliers pour l’écoulement des eaux, et   évitant les tonnes de boues comblant les fossés de la route lors des fortes   pluies printanières.

Tous les autres   travaux rentraient dans l’aménagement particulier, lequel était subventionné.   Ce qui signifie que l’assainissement des sols fut discuté avec chaque   Agriculteur avec les recommandations des Techniciens CACG. Nous reviendrons   un peu plus tard dans un autre chapitre.

 

 Lou rémémbromén.

 Finits lous répas é hèstos, après plusiurs réunious, dabé lou Counséil Municipal é la   CACG, qu’éstèc déçidat dé lança l’éstudi dou   rémémbromén.

 Qu’aouéouon agut aou coustat dé nosto, coumunos rémémbrados pér la Dirèccioun Départoméntalo dé l’Agriculturo(DDA),   é aouéouon counstatat qué lou dialoguo èro éstat diffiçilé, é quaouquos déçisious prézos sénsé councèrtaçioun.

 Lous serviçis dé la Coumpagnio d’Aménatgomén dé las Côstos dé   Gascougno (CACG) réspoundéouon déjà à uo démando dé la Coununo, dounc à nosté   sèrviçi, qué sabéoui    qué y aouré més dé discussioun é dé coumpréhénsioun. Dounc un countrat d’éstudi, d’échangés, é dé   documéns d’échangés amiablés, diguén lou but dé bièn réussi pér la suito, l’assainissomén,   é l’irrigatioun.

 La prumèro étapo (la més  diffiçilo) éstèc dé réndé visito pèr quartiè, a cado Agricultur, é dé proupouza un parcèlari qu’éstèsso lou més équitablé poussiblé, diguén l’intérèt dé touts é dé cadun. Qué soun mouméns prou diffiçilés,   qui èy partiçipat diguén lous mouméns délicats.

 Qué coumprénguouy més tard aou moumén oun arribèn sur nosto èxplouètatioun,   qué lou proupriétari n’a pas lou mèmo razounomén, qué lou technicièn   ou lou Mairo qué partiçipon à la discussioun.

 La Coumuno coumpréguéouo Milo dus céns hèctaros, én rémémbréc las tèrros cultivablos, cèt à dizé ouéyt céns Hèctaros, lous bochs n’éstèn pas   countabilizats. Dus arrious prinçipaous coullècton l’ayguo sur las duos valléos, Lou Séssoun, é lou Cédoun. Pèr razous   administrativos, cado valléo éstèc traitado séparamén, mès éngloubados   diguén lou mèmo doussiè. Aquét moumén dou rémémbromén y   lou més délicat ; malgré la   dynamiquo dous intèrvénéns, n’éstèc pas bousculat, é à   la fin dé discoussioun é plans accèptats, lous documéns dé sous séin pribats   éstablits, qu’éntrèn diguén lou désmaratgé dous   trabays.

 Qué caou sabé qué lous actés dé   naouèro proupriétat hèn partido d’un doussiè dé cambis multilatéraous, qué soun rédigeats   én aoutan d’éxémplaris qué d’éntèrvénéns, so qué hai un trabail noutarial rédé émpourtén. Cado Agricultur aouè dounc à suo, la coupio dé sa   naouèro èxpliotatiou aouan lous trabails.

 Lous trabails èron éstats répartits én dus  l’un public qué coumprénguéouo : lou parcèlari,   lou calibratgé dous dus arrious à parti d’un coustat (énta favouriza l’éntrétièn, nou pas abijma l’aouté bord, plantà l’aouté coustat, é rétraça duos bouclos suou Séssoun(bouclo Laburtuo, é bouclo Cérès). Egalomén   la prézo én counté dous arrious   pèrpandicularis, dinco cén mèstrés àou couchan dé la départoméntalo cén cinquanto, arrious qué   proutètjaouon lous trabails particuliès éntà l’échcoulomén dé l’aygo, é échbita las tonnos dé hango qué coumblon lous   barats dé la  routo   quan arribon lous chagats dou pritéms.

 Tout lou rèsto éntraouo diguén lous trabails particuliès, qu’èron subventionats. So qué signifio qué l’assainissomén dé las tèrros èro discutat dabé cado Agricultur, dabé las récouméndaçious   dous tèchnicièns de la CACG. Qué   tournéran un paou més tard diguén yaouté chapitré.

 

Lucienne à labouré avec ce tracteur.

 

Elle a aussi labouré avec ce brabant.