65. La Mayade.

Qu’ès aco ?   Et bien je m’en vais vous l’expliquer. Après les élections Municipales, il   est de tradition dans nos petites communes Gasconnes, que les jeunes marquent   de leur empreinte un honneur à leur Maire et à leurs conseillers municipaux.

Très différent   d’une région à l’autre, mais on peut quand même expliquer les origines. Cela   consistait à planter un mât a l’entrée de l’allée du Maire  « Lou   may » « La Mayado ». Celui-ci était un mât le plus haut   possible, il pouvait être orné d’une couronne à son sommet, « dans la   région Landaise » et l’évolution a fait qu’une plaque était apposée chez   le Maire, et plus tard chez tous les Conseillers Municipaux.

La tradition veut   que ce soit tous les jeunes célibataires de la commune qui participent à   cette réalisation. A charge par le Conseil Municipal de recevoir toute cette   jeunesse, a manger et boire dans chaque maison ; c’est-à-dire 11 fois   dans la journée. Au lieu de m’étendre en historien de notre république, je   vais vous relater la mayade à Clermont    en 1971 que j’ai bien connue, étant celle de mon équipe Municipale.

Celle-ci eut lieu   au mois d’Août, nous avions été avertis par le responsable des jeunes, car   nos épouses, ou mamans avaient du pain sur la planche. Il y avait des   traditions à respecter, et des horaires aussi ! « ceci serait plus   difficile » la tradition voulait que le parcours se fasse à pied ;   imaginez une Commune de1200    Ha. Le repas de Midi était pris chez l’Adjoint, celui   du soir chez le Maire.

Le responsable   des jeunes avait discuté auparavant avec les intéressés, l’emplacement de la   plaque, les outils nécessaires pour effectuer le mieux possible cette   mission. C’est le Dimanche matin que partait en troupe 25 jeunes gens avec   musique, tambours, et plaques, effectuer comme prévu ce travail qui se   voulait respectueux. Il fallait qu’a Midi il y ait au moins 6 panneaux de   placés, l’après midi serait plus dure à supporter, car la réception était   toujours copieuse et bien arrosée.

Le soir donc nous   vîmes arriver une équipe ou manquait quelques éléments « ils   arrivèrent un  peu plus tard »   très fatiguée par la longue marche et le « trop » bon accueil.   Après le travail réalisé, du fait que nous habitions au Village, la réception   de toute la jeunesse « même les écoliers » eut lieu au Foyer   rural, reçus par mon épouse.

La soirée fut   très agréable, et la danse des enfants, surpris les grands enfants que nous   n’étions plus.

En retour à cette   sympathique manifestation de la jeunesse, celle-ci fut invitée au grand   banquet Communal, ainsi que les épouses de nos élus, et toutes les familles   de la Commune représentées. Un bal public clôtura cette agréable journée, et   augurait d’un mandat serein, et surtout positif quand au développement de la   Commune, ce qui fût le cas, bien qu’il soit toujours difficile de se juger.

Ce Banquet eut   lieu en Novembre 1971.

 

 La Mayado.

Qu’éy aco ? é bièn qué   bous at baou èxpliqua.Après las élèctious   municipalos, y dé traditioun diguén nostos pétitos coumunos gascounos, qué   lous jouénés marquén dé la suo émprénto un haounou à sou Mairo é àous counseillès municipaous.

Rédé différén d’uo régiou a yaouto, mais on pot quand mèmo   explica las originos. Aco counsistaouo à plaça un may a l’éntrado dé   l’alléo dou Mairo « lou May »   « La Mayado ». Aquésté déouéouo èsté lou més haout poussiblé, é poudéouo èsté ournat d’uo courouno aou cap « diguén   la régioun Landaizo », é l’évouluçioun a hèyt qu’uo plaquo èro paouzado ché aou Mairo, é mès tard égalomén   à tous lous Counseillès muniçipaous.

La tradiçioun bo qué sio tous lous jouénés   célibataris dé la coumuno qué partiçipén én aquéro   réalizatioun. A cargo pou counseil muniçipal dé récébé touto aquéro jouénésso à minja é a béoué diguén cado mayzoun ;   c’èt a diounzé cops diguén la   journado. Aou loc dé m’échténé én historièn dé nosto républico, qué bous baou rélata la mayado à Claramoun én Milo naou cén soixanto ounzé qu’èy bièn   counégut, puch qu’èro    la dé la mio équipo muniçipalo.

Aquésto aout loc aou més d’aouch,   éron éstats abèrtits pou   respounsablé dous jouénés, car las hénnos é dronlos aouéouon pan sur la plancho. Y aouéouo traditious à   rèspecta, é houraris tabé « aco serà més diffiçilé » la tradiçioun   boulèouo qué lou parcours sé haizoussé à pè ; imaginat   uo coumuno dé milo dus céns   Hèctaros. Lou répas dé méyjour èro prés chez   l’adjoint, é lou do sé, ché aou Mairo.

Lou rèspounsablé dous jouéns aouè discutat aouan dabé lous intéréssats, l’émplaçomén dé la plaquo, é   lous utis néçésaris éntà éffectuà  lou méillou   poussiblé aquéro missioun. Qui lou   Diménché maytin qué partiouo én troupo vinto cinq jouénés dronlés dabé musiquo, tambours é plaquos, éffèctua coumo prébich aquét trabail qu’és bouléouo rèspectuous.   Qué  caléouo qu’a méyjour y aousso aou méns chés pannèous   dé plaçats, l’aps méyjour séré més duro à suppourta, émprémou qué la   récèptiou èro toutjour émpourténto, é bièn arrouzado.

Lou sé dounc bézoun arriba uo équipo oun manquaouo quaouqués éléméns   « arribèn un paou més tard », fatiguats pèr la lounguo marcho, é lou   « trop » boun accuil.   Après lou trabail réalizat, dou fait   qu’habitaouon aou bilatgé, la réceptiou dé touto la jouénésso,   « mèmo lous éscouliès »aout loc  aou Foyé rural, récébuts pèr Luciènne.

La souèrado éstèc agréablo, é la danso dous éscouliès surpréngou, lous   grans dronlés qué n’èron pas més.

En rétour én aquéro sympatico   manifestatiou dé la jouénésso, aquésto éstèc émbitado aou gran banquét Communal, dabé las hénnos dous   counseillès, é toutos las famillos répréséntados.   Un bal public cloturèc aquéro agréablo journado, aouguraouo d’un mandat   agréablé, é surtout positif quan aou dévélopomén dé la coumuno, ço   qu’éstè lou cas, bièn qué sio diffiçilé d’és jutja.

Aquét banquét aouc loc én Nouvémbré Milo naou cén soixanto ounzé.

 

C’était au mois d’Aout 1971.

 

C’étai en Novembre 1971.