Installation ITCF sur la ferme du Billan.

L’installation   sur la ferme du Billan, appartenant à la famille, devait nous faciliter le   travail. Tout d’abord les déplacements    pour moi améliorés, une facilité de rotation sur les terres,   indispensables pour l’expérimentation.J’avais un lot de  10 hectares  en fermage à mon frère, dont je reprenais3 hectares, et nous   avions l’homogénéité. Car sur ces trois hectares, se répartissaient 1500   parcelles de10 m²  de récoltes comprenant des allées et des bordures, qui  auraient préjudicié les récoltes futures.

Deux années   auparavant, étant encore avec un matériel moins adapté, on travaillait avec   une mois-bat de1,5 m  de large,  et il nous fallait50 m²de récolte  pour obtenir la même précision. Il faut   savoir que nous avions annuellement, en station, environ 1500 parcelles à   contrôler, et à battre et égrener pour avoir nos résultats.

Nous étions 2   permanents et un saisonnier, mais qui travaillait presque toute l’année, les   menus travaux ayant dans ce métier une grande importance. A la saison des   semis de maïs Lucienne était également embauchée gratis.

L’expérimentation   se faisait sur les fourrages, les céréales à pailles, Maïs et sorghos Grains,   et fourrages. Les désherbants, les fumures, et les techniques culturales. Les   essais Céréales à l’extérieur, de dimension « agricole » dont vous   avez eu la présentation (chapitre 48) faisait aussi partie de nos contacts   avec le monde agricole.

Des visites de la   ferme du Billan, au moins deux fois par an par 250 Agriculteurs et   Techniciens agricoles étaient organisées. Souvent débutées en matinée dans la   salle du Foyer rural, et se continuant l’après midi sur les parcelles. Des   conférenciers de la recherche Agronomique participaient à ces travaux. Cette   organisation très importante nous était facilitée du fait que nous étions   propriétaire de la ferme, car imaginer 150 voitures, a garer, et désaltérer   avec une buvette achalandée 250 personnes, était assez lourd à préparer. C’est   là ou intervenais la collaboration avec le foyer rural qui m’est toujours   aussi cher.

Le battage se   faisait après avec du matériel adapté à l’expérimentation, (voir photo   mois-bat) mais le Maïs était égrené avec l’égrenoir à main, et le sorgho   dépiqué avec une batteuse ancienne Simon   . Les travaux de labours et préparations étaient très délicats, les semis   étaient réalisés avec un semoir motorisé. et le suivi des parcelles était   très important (visites et suivi).

Nous préparions   tous les ans 2000 piquets de50    cmaffutés et peints    en blanc, ceux-ci utiles pour la mise en place, alignés et étiquetés   avec des étiquettes jaunes de jardinier, cela avait belle allure et faisait   un peu notre fierté. La mois-bat que nous utilisions servait aux stations de   Toulouse, Clermont, Montauban. Le grand hangar de400 m²partiellement   cimenté et nivelé, nous permettait d’installer convenablement différents   matériels, et aménager bureaux et laboratoires chauffés pour les travaux   d’hiver.

Nous avions   également un contrat EDF (10cv) pour l’Etuve, et un contrat irrigation pour 3 ha(couverture Maïs   sorghos). Voici sommairement passé en revue, l’installation rationnelle de   notre ferme expérimentale ITCF..

Enstallaçioun sur la fèrmo dou   Billan.

L’Enstallaçiou sur la fèrmo dou Billan ,   proupriétat dé la famillo, nous déouéouo façilita lou trabail. Tout d’abord lous désplaçoméns   améliourats éntà jou, uo façilitat dé   routaçioun sur las tèrros, éndispénsablé éntà   l’éxpériméntaçioun.Qu’aouèy un lot dé dèt hèctaros én fèrmatgé à moun fray,   dounc réprénguéoui  très hectaros, é obténguéoui   l’homogénéitat. Dounc sur aquéros très hectaros,sé répartiouon Milo cin cén parcèlos dé dèt m² dé récolto,   en plus d’alléos é bourduros, qu’aourén préjudiçiat las récoltos futuros.

Dus ans aouan èron éncouèro dab un matérièl méns adaptat, qué   trabaillaouon dabé uo Mois-bat dé 1 mèstré cinquanto dé largé, é mous   caléouo cinquanto m² dé récolto,   éntà obténgué la mêmo préçizioun. Qué caou sabé qu’aouéouon cado annado én statioun, a pu près Milo cin cén parcèlos à   countroulà, é a batté é desgragnà éntà aoué nostés résultats.

Qu’èron dus permenéns é un journaliè,   més qué trabaillaouo prèsqué cado jour, lous pétits   trabails diguén aquét méstiè, an uo grano émpourténço. A la sazoun dous sémis dou   milloc, Luciènno èro égalomèn émbaouchado gratis.

L’expériméntatioun sé hazéouo sus fourratgés,   las céréalos à paillo, milloc, é sorgho gran é   fourratgé. Lous désherbants, las fumuros, é las techniquos   culturalos. Lous éssais Céréalos à l’extériur, dé   dimensioun « Agricolo » doun aouét agut la préséntaçioun   (chapitré quaranto ouéyt) hazéouo tabé partido dé nostés countacts dabé lou moundé agricolo.

Visitos dé la fèrmo dou Billan, aou   méns dus cop pèr an, pèr dus cén cinquanto   Agriculturs é Tèchniçièns agricolos éron, organizados. Soubén débutados én maytiado, diguén la salo dou Foyè rural, é continuaouon   l’après méyjour  sur las parcèlos. Conférénçiès dé la résèrco   Agronomiquo participaouon én aquéts trabails. Aquéro organizaçiou rédé impourténto nous èro façilitado dou   fait qu’èron proupriétaris dé la fèrmo, imaginat cén   cinquanto voituros, a parca, é   désaltérà dus cén cinquanto pèrsounos dabé uo buvéto achalandado, qu’èro lourd à préparà. Y aqu’iou qu’intérvénguéouo   lou Foyè rural, qué m’éy toutjours aoutan ca.

Lou   battatgé sé hazéouo après dabé matérièl adaptat à l’expériméntatioun(a   bézé la photo dé la mois-bat) més   lou Milloc èro désgrouat à   l’ésgragnadé à man, é lou sorgho battut dabé uo battuzo ancièno Simon. Lous trabails dé labour é   préparatious èron délicats, lous   sémis èron réalizats dabé un sémouèr motorizat, é lou   séguit dé las parcèlos èro émpourtén (visitos é séguit).

Qué   préparaouon cado annado 2000 piquéts dé cinquanto cms affutats é   pindrats dé blanc, utilés énta bouta én plaço, alignats é étiquétats én jaouné dabé étiquétos dé jardinè, aco aouéouo béroyo alluro é hazéouo un paou nosto fièrtat. La   Mois-bat qu’utilizaouon sèrbiouo a las statious dé   Toulouzo, claramoun, et mountaouban. Lou gran hangar dé   quouaté cén m² partièlomén nivélat é ciméntat nous   pèrmétéouo d’installa corrèctomén différéns matérièls, é aménatja burèous, laboratouèros caouhats, éntaous trabails d’hiouèr.

Aouéouon égalomén un countrat EDF(10   cv) éntà l’étuvo, é un countrat   d’irrigatioun éntà trés hèctaros (coubèrturo Milloc Sorgho). Aquiou passat rapidomén, l’installatioun dé   nosto fèrmo èxpériméntalo   ITCF.

 

 

L’entrée de la Ferme.

 

Avec mon fils qui tient les sacs.