Elections Municipales 1971.

Celles-ci eurent   lieu en Mars, et elles n’avaient pas comme aujourd’hui, dans nos petites   communes rurales de moins de 150 habitants, la même passion.

Clermont avait   une particularité ancestrale, comme encore quelques unes dans le Gers :   il y avait deux bureaux de vote, clermont et noilhan avec 8 plus 3   conseillers élus, l’adjoint étant obligatoirement à Noilhan .(Cela fut la 1ère   proposition du nouveau maire, de réunifier la commune, en gardant dans   l’esprit que l’adjoint au maire se situerait    à Noilhan).

Clermont avait   donc 91 inscrits, et devait élire 8 candidats dont ce trouverait le Maire.   L’ancien Maire ne se représentant pas, avait souhaité que je me présente au   Conseil Municipal, compte tenu de services rendus à la Commune disait-il.   Gilbert avait souhaité une liste ouverte ou tous les électeurs puissent   choisir leurs candidats. Résultat : il y eut 78 suffrages exprimés sur   18 citoyens, et j’obtins 50 voix, soit le meilleur résultat : j’en fus   le 1er surpris. 6 Conseillers furent élus au 1er tour   et les deux autres au 2ième tour.

Je me vois encore   descendant de la Mairie vers le foyer ou était servi une boisson le Maire   m’accostant et me disant : maintenant tu sais ce qui te reste à faire,   tu dois te présenter. Je fus vraiment surpris, et en même temps honoré.   Salarié et responsable dans un Institut National, je m’informais rapidement   pour savoir comment cela serait perçu, et là bien au contraire je fus   félicité et encouragé pour mon engagement.Je fus élu à l’unanimité le 26   Mars.

Connaissant bien   ma personne, je savais, que compte tenu de mes engagements antérieurs, et   surtout de mes responsabilités professionnelles pour mener à bien toutes les   tâches, cela serait assez difficile (et ça le fut), mais une petite analyse   très personnelle que je m’étais appliqué, m’avait révélé que le maximum de   pouvoir et d’efficacité d’un individu se situait entre 35 et 45 ans. J’avais   38 ans, donc je pouvais m’engager.

Jusque là je   n’avais jamais imaginé une telle responsabilité, et aussi les premières   réunions du Conseil Municipal, permirent d’étudier les structures agricoles a   développer, surtout l’outil de travail pour les jeunes agriculteurs. Ils   avaient sur place une station expérimentale Agricole ; voyons peut-être   l’assainissement des sols.

J’avais   l’avantage dans mon travail, de collaborer avec les Ingénieurs de la   CACG(Compagnie d’Aménagement des coteaux de Gascogne), et nous eûmes   l’occasion d’étudier un plan d’ensemble sur plusieurs années, comprenant le   remembrement, l’assainissement, le calibrage des principaux ruisseaux   d’écoulement la rectification de deux grandes boucles du Sousson, l’irrigation,   plus la replantation de peupliers sur un seul côté de la rivière (pour   l’entretien).

Voila de quoi   occuper quelques années de travail. Pour me faire la main, j’avais à réaliser   le travail préparé par Adrien : L’installation de l’eau potable à la   Commune. Nous y reviendrons.

 

Elèctious Municipalos 1971.

 Aquéstos agoun loc aou més dé   Mars, é n’èron pas coumo aouéy diguén nostos pétitos coumunos ruralos dé méns dé cén cinquanto habitants, la mèmo passioun.

Clèrmount aouéouo uo  particularitat an cèstralo, coumo éncouèro quaouquo coumuno diguén lou Gérs : y aouè dus burèous dé voto, Clermount, é Noilhan, dabé ouèyt é trés counseillès éluts, l’adjènt èro aoubligatouèromén à Noilhan. Estè la prumèro proupouzicioun du naouèt Mairo dé réunifia la coumuno, én rèspèctan l’èsprit qué  l’adjènt   aou mairo sé situèssé à   Noilhan.

Clèrmount aouè dounc quaté vin ounzé inscrious, é déouéouo éli ouéyt candidats doun sé   troubéré lou Mairo. L’ancièn Mairo nou sé réprézéntaouo pas, aouè souhaitat qu’ém   prézéntèssi aou Counseil Municipal, counté téngut dé sèrvicis rénduts a la Coumuno, aouè dit. Gilbert aouè   souhaitat uo listo aoubèrto oun touts lous élèctous poudoussén caouzi lous   candidats. Résultat : y aouou soisanto dèzo ouéyt suffratgés exprimats, sur dèzo ouéyt citoyèns, é   qu’obténgoui cinquanto bouts, dounc lou méillou résultat : qué n’éstèy   lou prumè surprés. Chés counsèllès éstèn éluts aou prumè tour, é lous   dus aoutés aou ségoun tour.

Qu’é béy éncouèro débaran dé la mairio décap aou foyè oun èro servit un béyré, lou Mairo m’accoustan é én dizé : aro sabés ço qué déoués sai,   qu’ét déoués préséntà. Qu’éstèy surprés, é én mèmo téms hounourat. Salariat é   réspounsablé diguién un Institut Natiounal, qué m’infourmèy   rapidomén éntà sabé coumo aquéro caouzo séré pèrcébudo, é aquiou, bièn aou countrari qu’éstèy félicitat    é éncouratjat éntà l’éngadjomén.

Qu’éstèy élut a l’unanimitat lou   vinto chés dé Mars. Coumo én   counéguéoui bièn, qué sabéoui qué counté téngut dous   éngadjoméns d’aouan, é dé las réspounsabilitats professionèlos qu’aouéoui, éntà accounpli tout aquét trabail, qué séré prou difficilé,( é   qu’én éstè), més uo pétito analyzo pèrsonélo qu’ m’aouéoui applicat, m’aouéouo révélat qué lou maximum d’éfficaçitat d’un   homé sé situaouo  éntré trénto cinq é   quaranto cinq ans.

Qu’aouèy trénto ouéyt ans, dounc   qu’én poudéoui éngadja. Dinco aquiou n’aouèy pas imaginat uo t’èlo   rèspousabilitat, é tabé las prumèros réunious dou   Counseil Municipal pèrmétoun d’éstudia las structuros Agricolos à dévéloupa, surtout l’utis dé trabail éntas jouénés agriculturs.Qu’aouéouon sur   plaço uo statiou èxpériméntalo   Agricolo ; A bézé bélèou l’assainisomén dé   las tèrros.

 Qu’aouèy l’aouantatgé diguén moun trabail dé coulaboura dabé lous éngéniurs   dé la CACG ( Coumpagnio   d’aménatjomén dé las Costos dé Gascougno), é qu’aououn   l’aoucazioun d’éstudia un plan d’énsémblé sur plusiurs annados, qué couprénguéouo : lou rémémbromén, l’assainisomén, lou calibradgé   dous prinçipaous arrious d’éscoulomén, la rectificatioun   dé duos granos bouclos dou Séssoun, l’rrigatioun,   plus la plantatioun dé pibous sur un soul coustat dé la ribèro (éntà l’éntrétièn)   .

Voilà dé qué occupa quaouquos annados dé trabail. Entan hai la man   qu’aouy à réalisa lou trabail préparat pèr   Adrien : l’énstallatioun dé   l’aygo potablo à la Coumuno. I   tournéram.

 

Chapelle du X ième Siècle.

 

Il fait voter son successeur.