A mes locuteurs.J’éprouve un besoin de venir discuter avec vous assez   souvent, il me semble que j’établis un contact plus vivant, ce qui sous   entend que je souhaiterais de votre part un dialogue, et des critiques, elles   seront toujours les bienvenues, car constructives. Ce qui ne veut pas dire   que je refuse les compliments.Merci évidemment pour votre assiduité, et aussi pour le   nombre toujours croissant de vos visites, et l’intérêt que vous semblez   porter au  « Patois Gascon ».Revenons   un peu à celui-ci ; notre succès obtenu sur le blog, suscite quelques   remarques assez discrètes dans la presse, mais perceptibles à mes yeux.Je suis Gascon, et fier de l’être, né dans une famille ou   nos arrières grands parents ne parlaient pas le Français, leur langue était   donc le Patois Gascon. Leurs enfants n’étaient pour autant des idiots,   puisque l’un d’eux parti travailler en Amérique, et mort sur le sol   américain, comme mon grand père.Vous comprendrez donc que la « lénguo   Mayrano » chère a mon cœur est pour moi un devoir de mémoire, mais j’ai   voulu surtout en faire un devoir de   tranmettre . Pour cela il fallait écrire une langue qui n’a pas   d’écriture, en phrasé, ce qui   m’est difficilement pardonné.Je souhaite chers amis, vieux Gascons de souche, que vous   puissiez transmettre votre Patois local, en phrasé, pour les générations   futures, il est votre testament familial, car personne ne pourra le faire a   votre place, nous pourrons vous y aider. Dans des réunions que nous avons   organisés, des locuteurs de patois nous ont rétorqués : nous le parlons   couramment, mais nous ne savons pas l’écrire, je leur ai répondu, moi non   plus.

a)                    Le Gascon   n’ayant pas d’écriture contrôlée par la grammaire, vous ne risquez pas la   faute, que seraient heureux de corriger les érudits, et les grands maîtres.

b)                    Il faut écrire   le phrasé tel que vous le prononcez.

c)                     La lettre e est é ou è.

d)                    Le ou, le ou ont la même prononciation. ( éncouèro éncouèro)

e)                    La lettre en gras donne l’intonation au mot.(   récoupiado – recopiée)

 Essayez donc, et faites moi savoir par des commentaires, si   vous êtes satisfaits du résultat, car vos appréciations nous seront toujours   utiles, vous avez un emplacement de réservé pour vous exprimer, nous   attendons votre réponse.

Dans le pays d’Henri 1V et de d’Artagnan en Gascogne, si   vous entendez un paysan dire :Aquéla   léngua sé la volém saouba, qué lé caou parla, vous lui répondrez : aci én Gascougno qué disém, aquéro lénguo sé la boulém saouba qué la   caou parla.

 

A més   locuturs.Qu’ésprobi un bézouy dé véngué discuta dambé bouzaous soubén, qu’én sémblo   qu’establissi un countact viouén, ço qué sous éntén qué souhaitéri dé vosto part un   dialoguo, é critiquos, qué sérén toutjours las   bienvégudos, émprémou countructivos.ço qué nou bo pas dizé   qué réfuzi lous coumpliméns.Merçio évidamén pèr vosto assiduitat, é tabé aou noumbré toujours   impourtén dé vostos visitos, é   l’intérèt qué sémblat pourta « aou Patouès   Gascoun ».Tourném un paou én aquésté ; nosté succès obténgut suou blog, suscito quaouquos rémarquos prou discrètos sur la prèsso,   més pèrcéptiblos à més ouéils.Qué soy Gascoun  é fièr dé l’èsté, néscut diguén uo famillo oun nostés arrièros gran paréns nous parlaouon pas   lou francés, :la suo lénguo èro lou Patouès Gascoun.Lous sous dronlés   n’èron pas pourtant idiots, pusqué l’un d’érés   partiscout trabailla én, Amériquo, é mort suou sol   américain, coumo moun gran pay.Qué coumprénguérat dounc qué la Lénguo   Mayrano , caro a moun co, i   énta jou, un déoué dé mémouèro, més qu’èy boulut   surtout én hai un déoué dé tranjmété . Enta aco qué caléouo éscrioué uo lénguo qué n’a pas   éscriouturo, én phrazat , so qué mi difficilomén pardounat.Qué souhaiti carés amics, viéillés Gascous dé raçino, qué pouscat transmété vosté patouès loucal, én phrazat, éntà las génératious futuros,qu’éy lou vosté tèstamén familial, émprémou digun n’at pouyra hai a vosto plaço, qué vous   pouyran ayda. Diguén réunious qu’aouén organizat, différéns locuturs dé patouès nous an   réspounut : qué lou parlan couramén, més nous lou sabén   pas éscrioué, qué lous èy réspounut , jou tapoc.

a)      lou patouès Gascoun  n’a pas éscriouturo countroulado pèr la grammairo,   nou risquat pas la faouto, qué sérén heyrous dé courriga lous érudits, é lous gran mèstrés.

b)      Qué caou éscrioué lou phrazat coumo prounounçat

c)       La létro e éy é ou è

d)      Lou ou é lou ou an la mèmo   prounounçiaçioun ( éncouèro éncouèro

e)      La létro én Gras  baillo l’éntounaçioun aou mot (récoupiado recopiée).

Assajat dounc, é hazét mé sabé pèr couméntaris, s’èt satisfaits   dou résultat, émprémou qué bostos appréçiatious  nous séran toutjours utilos, aouét un émplaçomén   réservat énta bous èxprima,   qu’atténdén vosto rèspounso.

Diguén lou pays d’Hénri   IV, é dé d’Artagnan én Gascougno, s’énténét un paysan dizé :Aquéla léngua sé la bolém saouba, qué la caou parla ; lou réspounét :   açi én Gascougno qué dizèm Aquéro lénguo sé la boulém saouba qué la   caou parla.

 

 

Chemin de promenade fleuri.

 

La glycine en fleurs.