Nos Jeunes, et la fédération des foyers   ruraux.  Lous Jouénés, é la Fédératioun dous Foyès
  Je voudrais parler ici de la collaboration de nos jeunes avec leur structure Départementale, j’avais bien sur une facilité, ayant été pendant quelques années Président du Foyer, et membre de la Fédération. Je pense évidemment que le rôle d’un animateur est d’inciter les jeunes de sa commune à participer aux manifestations, pour faire vivre et animer sa fédération. Je peux témoigner que pendant les dix ans ou j’animais les deux, nos jeunes Clermontois étaient présents aux différentes épreuves Départementales, qu’elles soient culturelles, sportives ou d’animations. Tous les ans deux rassemblements  l’un sportif l’autre culturel ou d’animation, dans des lieux différents, et a tour de rôle, en fonction   des demandes, qui étaient assez nombreuses. Car rassembler 1000 à 1500 jeunes   ruraux dans des villages, sur des parcours de marche, de pêche, dans un pré   ou sur un stade pour des jeux avec concours, incitaient nos candidats à une   préparation assez poussée dans leur foyer communaux. Aimant resituer l’époque   (1965-1975), je sais qu’aujourd’hui cela se passe de la même manière. Sans   faire preuve de « nombrilisme » on peut dire que le volley-ball, le   jeu de quilles, se sont réanimés dans le cadre des foyers ruraux. Il fut une   époque ou l’équipe de volley de Clermont, se qualifiait assez régulièrement   pou les phases finales du Challenge des foyers ruraux. Pour les   rassemblements nous souhaitions participer a toutes les épreuves, et il   n’était pas rare de déplacer  une   trentaine de jeunes, a chaque rassemblement, et il fallait voir l’ambiance   quand ils ramenaient plusieurs   coupes. Quand on ajoute le travail d’hiver a rassembler nos jeunes, et moins   jeunes à des actions culturelles comme le théâtre ou la chorale, à la   préparation sportive et culturelle également, (car il y avait aussi des jeux   de scène pour le rassemblement départemental qui se déroulait en Juin) , vous   aurez compris qu’il y avait une animation permanente dans nos petites   communes. Je suis très heureux aujourd’hui de constater que la Fédération   continue toujours à perpétuer cette animation oh combien intéressante et   indispensable, mais je suppose plus difficile. Il est évident que le vieux   Gascon que je suis, ait la nostalgie d’un passé qu’il a vécu dont connu, mais   aussi animé, rêve un peu de celui-ci mais quand je me retourne en arrière, et   que je vois le comportement de nos jeunes, et des carrières qu’ils ont   effectuées, je me dis « dans ma moustache » : Nous n’avons pas   perdu notre temps !  Qué bouléri parlai dé la   coullabouraçioun dous jouénés dabé la structuro   Départoméntalo, qu’aouèy uo facilitat coumo èri éstat péndén quaouquos annados,Présidén dou foyè, é mémbré dé la   fédératioun. Qué pénsi bièn ségu qué lou rôlé d’un   animatur éy d’inçita lous jouénés dé sa coumuno a   partiçipa a las manifèstatious, entà rédé biouo é anima sa fédératioun.Qué   podi témoigna qué péndén lous dèts ans oun  aouéoui   animats lous dus, nostés jouénés Clermountouès éron présénts a la différéntos   esprobos départoméntalos, qu’éstèsson culturèlos,   sportivos, ou d’animatioun. Cado annado dus   rassémbloméns aouéouon loc, l’un sportif , l’aouté culturèl ou   d’animatioun, en locs différéns, et à tour dé rôlé, én founçioun dé las démandos,   qu’èron prou noumbrouzos.Emprémou réssémbla milo à quinzé cén  jouénés ruraous diguén bilatgés, sur parcours dé marcho, dé pésco, diguén un prat ou sur un tèrrén   dé sports, éntà jocs dabé concours, énçitaouo lous   candidats à uo préparaçiou prou   pousado diguén cado foyè coumunaou. Aymi bièn résitua l’époquo ( milo naou cén soixanto cin- milo naou cén   soixanto quinzé), qué say qué aouéy qu’és passo dé la mèmo manièro.Sénsé hè probo dé   «  vantayrolo », on pot   dizé qué lou volley-ball, et lou joc dé quillos,   éstèn réanimats diguén lou cadré dous Foyès ruraous. Estè uo époquo oun l’équipo de volley dé Claramoun, és   qualifiaouo prou régulièromén énta las phasos finalos dou challéngé dous Foyès. Entaous réssémbloméns qué cèrcaouon a   participa à toutos las ésprobos, é   n’èro pas raré dé désplaça uo tréntéo dé jouénés a cado réssémblomén, é qué caléouo bézé l’émbiénço quan tournaouon   dabé forço coupos.Quan   ajoutan lou trabay d’hiouèr à réssémbla lous   jouénés, é méns jouénés à actious culturèlos coumo lou théâtré, ou la choralo, à   la préparaçiou sportivo é culturèlo égalomén (Y aouéouo tabé jocs dé scèno éntaou réssémblomén qu’aouéouo loc  én juin)  aourats  coumprés   qué y aouéouo uo animatioun pèrmanénto, diguén las nostos pétitos coumunos Qué soy   rédé hèyrous aouéy dé counstata qué la Fédératioun countinuo toutjours à pèrpétua aquéro animatioun,oh coumbièn éntéréssénto et   éndispénsablo més qué suppozi, mès diffiçilo.Qui évidén qué   lou bièilh Gascoun qué soy, aouji la noustalgio d’un passat qu’èy counégut, més   tabé animat,   qué saounégi un paou sur aquét, més quan   mé rébiri darrè, é qué béy lou   coupourtomén dé nostés jouéns, é dé las carrièros   qu’en éffèctuat, qu’én dizi  « darrè la mio moustacho » :   n’aouén pas pèrdut nosté téms !

Rassemblement à Mauvezin. 1971.