Les Moutons. Protocole.  Lous   Moutous. Protocolo.
Après avoir parlé de l’expérimentation, passons maintenant   à l’exécution de ce protocole très lourd, mais que je vais simplifier dans sa   présentation.Ce chapitre   sera consacré à la mise en place d’un travail lourd, méticuleux et long   (3ans). Il intéressera en premier les agronomes avertis, mais permettras   aussi aux autres locuteurs de mesurer que la recherche agronomique a besoin   de ces moyens sur le terrain, pour vérifier les hypothèses à diffuser aux   éleveurs, afin d’améliorer les techniques d’élevage et d’augmenter le potentiel,   animal et végétal.Imaginez tout   d’abord une parcelle de 3 Hectares dans    laquelle a été installé un dispositif expérimental de2,40 Ha comprenant 48   parcelles de 500m², semées de 6 variétés fourragères, de deux précocités   différentes. Le tout clôturé en dur sur le pourtour, avec un  couloir central de 6m de large, pour   l’exploitation. Chaque parcelle était pâturée pendant 3 jours par deux   troupeaux de 10 brebis, plus leurs agneaux, qui eux avaient la possibilité de   pâturer dans la parcelle suivante (herbe plus tendre).Des séparations de   parcelles, légères, permettaient de les faire glisser tous les trois jours.   Devait aussi glisser l’abri léger contenant le réservoir d’eau pour désaltérer  le troupeau.L’Exploitatiion. Donc vers le  10 Avril, après avoir homogénéisé les 50   brebis en hiver, deux lots de 20 avec leurs agneaux respectifs sont expédiés,   l’un à la pâture, l’autre en Bergerie, après pesée respective des brebis et   des Agneaux. Ceux si seront pesés tous les 20 Jours. Le système de pesée   Brebis ou Agneaux utilisés était la bascule, ayant comme tare Robert tenant   les animaux. Le lot de 20 brebis à la pâture, pour des raisons de commodité   avait été subdivisé en deux lots de 10, ce qui permettait de mieux mesurer   les consommations, mais augmentait le travail journalier. Les brebis en   Bergerie avaient un parcours de quelques mètres à l’extérieur afin de   dégourdir leurs pattes, et les agneaux avaient la possibilité de rentrer dans   leur box pour commencer à manger des granulés. Les brebis  a la bergerie étaient alimentés avec de   l’herbe fraiche, coupée tous les jours (quel que soit le Temps) et ramenée   avec un motoculteur et une remorque râtelier.Le   prélèvement parcellaire des parcelles fauche et pâture était fait   simultanément, pour connaître le rendement en matière sèche, avec passage à   l’étuve. Egalement la consommation a la bergerie a l’entrée avant les repas,   et à la sortie avec étuvage des échantillons.Les pesées se   faisant tous les 20 jours, ce qui nous conduisaient vers le 15 juillet, a   vendre les agneaux de 100 jours, après expertise par un abattoir d’Agen, et   de comparer la consommation de l’herbe, la production de viande par deux   systèmes différents : la    Pâture, et la Bergerie.  (A suivre, plus tard.)  Apres   awé parlat dé l’èspériméntaçiou,   passém aro à l’éxécuçiou   d’aquét protocolo rédé lourd, més   qué  vous baw sémplifia diguén la prézéntaçiou.Aquét   chapitré séra counsacrat aw bouta én plaço d’un trabail   lourd, méticulous, é loun (très   ans). Qu’éntéréssérà én prumè lous agronomos abertits, més   pèrmétéra tabé aws  awtés   locuturs, dé mésura qué la résèrco Agronomiquo a bésouy d’aquéts moyèns suw tèrrén, entà vérifia las hypothèzos à diffuza aws élevurs, entà amélioura las tèchniquos   d’éjlèwatjé, é awménta lou   pouténcièl, animaw é végétal.Imaginat   tout d’abord uo parcèlo dé très hèctaros oun awén installat un dispositif éspéméntal dé duos hèctaros quaranto, répartido én quaranto wéyt parcèlos dé cin cén mèstrés carrats, sémouados dé  chés variétats dé fourratgés, dé   duos précoçitats différéntos. Lou   tout clouturat én dur suou pourtour, dabé un coulouèr céntral dé chés mèstrés dé   largé énta l’ésplwataçiou. Cado parcèlo èro pasturado péndén très jours pèr dus troupèts   dé dèt awéllos, plus lous agnèts, qui érés, awéwon la   poussibilitat dé pastura la parcèlo d’après(hèrbo més tréndo). Las séparaçious   dé parcèlos léwgèros pèrmétéwon dé las hai ejglissa   tous lous très jours. Déwéwo   éjglissa tabé l’abrit léwgè dab lou réservwèr d’aygo éntà dézaltéra lou troupèt.L’Exploitatiou.   Dounc décap  aw dèt abriou, après awé homogénéizat las cinquanto awéllos én hiwèr,dus lots dé vint dabé   lous agnèts dé caduo, soun éspédiats, l’un a la prairio,   l’awté à la bergério, après awé pésat cado awéllo é lous agnèts. Lous agnèts séran pézats cado vin jours. Lou systèmo   dé pézado awéllos é agnèts èro la basculo, et la taro èro hèyto pou Robert qué ténguéwo   lous animaws. Lou lot dé vin awéllos à la  prairio   èro éstat subdivizat én dus lots dé dèt, so qué pèrmétéwo dé mézura méllou las   counsoumaçious, més awméntawo lou trabail journaliè. Las awéllos én bèrgério awéwon un  parcours   dé quawqués mèstrés à l’éxtériur   éntas déjgourdi las pattos , é lous   agnèts awèn la poussibilitat   d’éntra diguén un box énta couménça a minja lou granulat. Las awéllos à la bèrgério èron aliméntados dabé hèrbo frésco, coupado cado jour (quél   qué sio lou téms), é amiado dab un   motocultur é uo rémorquo réstéliè.Lou préjlèwomén parcélari, dé las parcèlos  prairio    é stabulatioun, èro hèyt én mèmo téms, énta counégué lou réndomén én matièro séco, après passatgé à l’étuvo. Egalomén la counsoumaçiou à  la bergério, a l’éntrado awan lous répas, é à la   sourtido après éstuvatgé dous   échantillous.Las pézados sé hazéwon cado vint jours, ço qué mous amiawo décap aw quinzé juillét, a véné lous agnèts dé cén jours, après expèrtizo pèr un abattwèr  d’Agén,   é dé coumpara la counsoumaçioum dé l’hèrbo, la prouduccioun   dé biando pèr dus systèmos différéns : La Pasturo, é la Bergério.   ( a ségui mès tard).

Ratissage à la main avec rateau Thivillon

Motoculteur et remorque ratelier