La chanson du béret (en Gascon)

I

Chaque pays possède sa coiffure :

Le marocain porte un Fez rigolo,

Le brésilien ne manque pas d’allure,

En arborant son brave sombréro !

Le bon bourgeois, ce n’est pas un reproche

Porte un chapeau, tant mieux si ca lui plait,

Moi, mon chapeau, je le mets dans ma poche,

Je suis Gascon, et porte le béret.

II

Notre béret, c’est toute la Gascogne,

Et per canta  « nosté bét cèou dé Paou »

Nos montagnards aux jambes de cigogne,

Avec orgueil le portent en haut « ataou »

Et avec ca c’est tellement pratique,

Quand M’sieur l’curé sur la rout’aparait

Ou le paysan dépose-t-il sa chique ?

Mais ‘diou biban’ mais c’est dans son béret.

III

Le béarnais aime le mettre en pointe,

Le basque, lui, le met sur l’occiput,

Et le landais, sans reproches et sans crainte,

Le pose ainsi quand il veut dire « zut »

C’est tout petit, mais c’est une merveille :

Pour réfléchir c’est ainsi qu’on le met

Et pour craner on l’accroche à l’oreille,

Quel orateur, ce coquin de béret

IV

Quand grand papa travaille dans la vigne,

Et qu’à l’église on sonne tant et plus,

Pour la prière il l’enlève et de signe,

Plus de béret, quand sonne l’angélus.

Les parisiens dont l’enfant n’est pas sage,

Pour le fesser prennent un martinet,

Un martinet ! c’est un truc de sauvage,

Nous on lui flanque un bon coup de béret.

V

Lorsqu’a Bayonne on joue à la pelote,

C’est son béret que l’on jette au vainqueur,

Et ce béret c’est pas de la gnogote,

Puisque dedans on a mis tout son cœur !

Et le dimanche, il fait bon qu’on le sache,

A la plazza ca fait beaucoup d’effet,

Nos jeunes gens vont exciter la vache,

Pour la sauter « pieds joints » dans le béret.

VI

Votre béret a fait le tour du Monde,

Tout les champions qui battent un record,

L’ont adopté sur la terre et sur l’onde,

Car un béret, ça tiens coquin de sort.

Malgré le vent et malgré le cyclone,

Il est solide, et peut-être qui sait ?

Alphonse XIII aurait gardé son trône,

S’il avait eu pour couronne un béret.

VII

Quand le conscrit quitte sa fiancée,

C’est le béret qui rythme les adieux,

Quand il est loin, seul avec sa pensée,

C’est au béret qu’il parle avec les yeux.

Je ne veux pas vous parler de la guerre,

Quelques grincheux me le reprocheraient,

Mais vous savez tout ce qu’ils ont pu faire,

Les petits gars qui portaient le béret.

 

 

 

 

 

 

 

La cansoun dou bèrét   (én Gascoun)

I

Cado païs poussèdo sa couèffuro :

Lou marocain porto un fèz rigolo

Lou brésilièn nou manquo pas d’alluro

En arbouran soun brabé soumbréro !

Lou boun bourgés, aco ni pas réproché

Port’un chapèou, tan méillou sé lou plat

Jou, lou chapèou, lou bouti à la pocho,

Qué soy gascoun, é porti lou bèrét.

II

Nosté bèrét, qui touto la Gascougno,

Et pèr canta  « nosté bèt cèou dé Paou »

Nostés mountagnards à la camos dé cigougno

Dabé orguil lou porton én haout « ataou »

Et dab aco y tèlomén pratiqué,

Quant moussu curè sur la routo apparéch,

Oun lou paysan paouzo t’il sa chiquo ?

Més « diou biban » qui diguén soun, bèrét.

III

Lou béarnés aymo lou boutà én punto,

Lou basquou, ét, lou bouto sur l’occiput,

Et lou landés sénsé réprochés ni crénto

Lou paouzo ataou, qu’an bo dizé « zut »

Qui tout pétit, més qui uo mèrvèillo,

Entà réfléchi, qui ataou qué lou boutan,

Entà « crana » l’accrouchan à l’aouréillo,

Qu’in oratur, aquét couquin dé bèrét.

IV

Quand lou papi trabaillo à la bigno,

Et qu’a la glèyzo sounon tant et plus,

Entà la prièro se déscoubrich, et sé signo,

E nat bérét quand souno l’angélus.

Lous parisièns doun lou dronlé ni pas satgé,

Entaou houata prénguén lou martinét,

Un martinét ! Yun truc de saouatgé,

Nouz’aous lou flanquan un boun cop de bérét.

V

Quand à Bayouno joguon à la péloto,

Qui soun bérét qué jétton aou gagnan,

E aquét bérét i pas de la gnognotto,

Pusqué diguén y aouén boutat lou co !

E lou diménché, qué hai bén qu’és sabio,

A la plazza qué hai un boun éffèt,

Nostés jouéns exciton la baco,

Entà la saouta « pè-jouéns » diguén lou bérét.

VI

Bosté bèrét à hèyt lou tour dou moundé,

Tous lous champious qué battén un récord,

L’an adouptat sur la tèrro é sur las oundos,

Pramou un bèrét, qué téns couqui dé sort.

Malgré lou vént é malgré lou cyclono ,

Qu’éy soulidé, é qui bélèou sap :

Alphonso trétzé aouré guardat soun trono

Saouè agut pèr courouno un bèrét.

VII

Quand lou counscrit quitto sa fiançado,

Qui lou bérét qué rythmo lous adious,

Quand y louy, soul dabé sa pénsado,

Qui aou bérét qué parlo dambé lous ouéils.

Nous bous baou pas parlà dé la guèrro,

Quaouqués  grinchous m’at réprochérén,

Més sabéts touts ço qu’an poudut hai,

Aquéts drounléts qué pourtaouon lou bérét.

Traduccioun dou Georges dou Cadét