Explication d’un fervent défenseur de la Gascogne.

 C’est certainement la seule ambition que j’ai eu en Mars 2011, quand j’ai ouvert un blog sur Internet. Car défendre cette province, et son patois Gascon a été le fil directeur de 3 années de travail, et de 150 chapitres rédigés en Français- patois gascon, avec comme appui pour le Patois, la « phonétique », et la graphie de notre langue maternelle, que nous avaient appris nos mamans : La lénguo Mayrano. 

Agé de 77 ans,  bredouillant sur un ordinateur, c’est avec beaucoup d’envie, mais pas mal de lacunes, que j’appris à domestiquer un peu cet appareil. Avec une assistance hebdomadaire qui m’a permis de maitriser un peu mieux mon travail. Que me fallait-il au départ ? Une idée qui me permette de retracer nos vies de jeunes élèves pour commencer, jeunes gens par la suite, le démarrage dans la vie de couple, la création et l’éducation d’une famille, l’aboutissement d’une carrière, et une retraite en cours, je crois bien méritée.

Tout cela sans perdre le fil conducteur de faire vivre ma chère Gascogne, je crois y avoir réussi. Par contre en 2013, certains de mes amis contemporains m’incitèrent à publier ces documents, me disant que les personnes âgées ne vont pas toutes sur l’ordinateur, et puis « un livre reste toujours un livre ». Ceci était un autre problème : je ne suis pas un écrivain loin de là, et je ne voulais pas retoucher à ma façon de faire, qui consistait à publier tel jour, tel chapitre  avec la date de rédaction, et surtout la présentation Français Patois.

Enfin me voici entraîné,  avec le concours de personnes compétentes, et un imprimeur agréable, à faire une première publication des 25 chapitres qui eut un succès inespéré. Un 2ième livre avec les 50 chapitres suivants agrémentés de 100 photos prises par mes soins et correspondant au texte attenant eut également le même succès Un 3ième sera certainement publié en fin d’année.

Me voici donc au bout de ma mission d’informateur ; mais je suppose continuer encore a vous informer  de propos plus ou moins intéressants sur nos vies de tous les jours, malgré nos âges « avançant, 81 ans ». L’expérience, et un peu de courage, permettant peut-être, de faire un peu de prospective, et porter quelques jugements, qui ne seront jamais offensants.

Quand à notre gascon, ironique pour certains, il est tout simplement le reflet exact de notre culture paysanne, avec des différences dues aux déplacements de différentes personnes (mariages etc.), mais toujours compréhensibles par les pratiquants.

Notre langue n’a pas besoin d’être « relooquée », sauf si on veut la faire disparaître, elle appartient à notre Gascogne. 

D’Alleurs notre prochain chapitre vous montrera une manière de bien rééquilibrer notre Province.                                                                                                                       Georges Pérès.  

 Explicatiou d’un férvént défénsou de la Gascougno.  

Qui cértainomén la soulo émbitioun qu’aouy én Mars 2011, qu’an aoubrèchqu’ouy un blog sur Entèrnèt. Emprémou, déféndé aquéro régioun, é soun patouès Gascoun, y éstat lou hiou dirèctur dé 3 annados dé trabail, é de 150 chapitrés échcrious én Francés-patouès Gascoun, dabé coumo appui lou patouès, « la phonétiquo », é la graphio dé nosto lénguo matèrnèlo qué mous aouèn apprés nostos mays : La Léngon Mayrano.

Atgeat dé 77 ans, pas trop adrét sur l’ordinatur, qui dabé forço émbéjo, més forços tracas, a finit pèr sé décha mèstréja. Dabé uo assiténço sémanèro, qué m’a pèrmés dé hai un trabail més approupriat. Qu’éy ço qu’ém caléouo aou départ ? Uo éydéo qu’ém pèrmétousso dé retraça la bito dé jouènes éscouliès éntà couménça,dé jouénés dronlés pèr la suito, lou déjmarratgé diguén la bito dé couplé, la créatioun é l’éducatioun d’uo famillo, l’aboutissomén d’uo carrièro, é uo rétraito én cours, qué créy bièn méritado.

Tout aco sénsé pèrdé lou hiou conductou dé hai bioué ma Gascougno aymado, Qué créy y aoué réussit. Pèr countro én 2013, cèrtainés amics dé nosté atgé, m’énçitèn à publia aquéts documéns, mé dizant qué las pèrsounos atgeados nou pratiquaouon pas l’ordinatur, é puis « un libé démoro toutjours un libé ». Aco èro yaouté probmo : nou soy pas un échcriouèn, louy d’aquiou, é nou bouléoui pas rétouqua à ma faysoun dé hai, qué cousistaouo à publia tel jour tel chapitré, dabé la dato dé rédactioun, é surtout la préséntatioun Françés Patouès.

Enfin qu’ém troubèy éntrainat, dabé pèrsounos coumpéténtos, é un émprimur agréablé, à hai uo prumèro bublicatioun dé 25 chapitrés, qu’aouc un succès inèspérat. Un ségound libé dé 50 chapitrés séguits, agréméntats dé 100 photos prézos pèr jou, é courrèspoundén aou tèxté. Aouc tabé lou mèmo succès. Un troizièmo libé serà publiat én fin d’annado. Aouéy soy dounc aou cap dé ma missiou d’informatur, més qué suppozi countinua éncouèro à bous énfourmà dé prépaous, plus ou méns éntérésséns sur nosto bito dé cado jour, malgré « lous ans aouançats 81 ans ». L’éxpériénço, é un paou dé couratgé pèrmétéran bélèou dé hai un paou dé prospèctivo, é pourtà qu’aouqué jutgeomén qué nous séran jamés machans.

Quand à nosté Gascoun, ironiquo éntà cèrtains, qu’éy tout simplomén lou réflèt èxact dé nosto culturo paysano, dambé différénços dégudos aous désplaçoméns dé différéntos pèrsounos (maridatgés etc), més toujours coumpréhensiblés pous pratiquants.

Nosto lénguo n’a pas bézouy d’èsté « rétouquado », à part éntà la hai disparèché, qu’appartén à nosto Gascougno.

D’aillurs nosté prochain chapitré mountréra uo manièro dé bièn rééqilibrà nosto régioun.