149 Réflexions d’un  mauvais été 2014.

Voilà deux mois que je ne suis venu bavarder avec vous. Que c’est-il passé ? Un peu de fatigue, le temps de Juin et Juillet assez exceptionnel en désagréments, mon moral un peu bas, l’âge aidant, mais surtout les événements.

Alors j’ai beaucoup réfléchi. Je reprendrais le déroulement de mon chapitre précédent un peu plus tard. Nous avons tous appris l’esquisse du partage du gâteau « France ». Aujourd’hui le souci de votre serviteur est de suivre le déroulement, dans des temps difficiles, de nos gouvernants à gérer notre pays dans une Europe qui se cherche beaucoup, mais qui est indispensable pour l’avenir de nos enfants.

On est obligé de constater que l’esprit d’égalité et de fraternité n’existe pas ; mais pour que ces deux qualités se manifestent, il faut une honnêteté sans faille, et un esprit de décision sans retenue. Ou sont passés ces grandes phrases apprises sur les bancs de nos écoles primaires ? On rentre en Europe comme dans un moulin, et comme ici il n’y a pas de travail pour tout le monde, on vient manifester et se battre dans nos rues, et nous imposer certaines façons de faire. Ou allons-nous !

Et surtout ne parlons pas d’un parti plus que d’un autre.  Aujourd’hui les électeurs intéressants sont des électeurs encartés, a qui on demande une cotisation, et a qui on soumet un projet. Quelle liberté ! Tant que nos élus seront choisis par 40% des électeurs potentiels, comment représenter notre pays à la gouvernance de ces citoyens : (cherchez l’erreur et corrigez-là !) Je ne me verrais porter un jugement, si je n’avais accompli mon devoir de Citoyen.

Nous entendons en ce moment beaucoup de grandes décisions qui se  dessinent et qui paraitraient intéressantes, mais voilà, le français est habitué depuis 50 ans a voir passer beaucoup de promesses, et quelques réalisations. Quand on voit que toutes les classes sociales, fonctionnaires compris, ont perdu du pouvoir d’achat, cela veut dire tout simplement que notre gouvernement ponctionne trop les productifs, ce qui fait que les consommateurs que nous sommes paient l’addition, et surtout nous place, sur le marché européen et mondial, a un rang qui ne devrait pas être le notre.

Si nos dirigeants de demain étaient élus par au moins 90% des électeurs potentiels, peut-être quelques problèmes se règleraient plus facilement. Voilà encore un gros travail sur la planche !  Nous savons tous que le responsable d’une entreprise, a droit à un salaire plus élevé qu’un apprenti. Nous savons tous aussi que les revenus d’un individu doivent être taxés pour subvenir aux dépenses de l’état, mais totalement et équitablement. Nous savons aussi que dans un pays harmonieux, il y a des riches, et des moins riches, mais il ne doit pas y avoir de pauvres. Nous savons aussi que nous ne devons pas avoir de chômeurs, seuls les malades et handicapés doivent être assistés.

La seule chose que nous ne savons pas, c’est ce que coute à notre pays l’assistanat de toutes ces populations sans travail, peut-être que nous trouverions là un moyen de réveiller les Français, à un devoir civique, qui permettrait de revoir ensemble le moyen de faire mieux. Voilà achevées mes réflexions d’un mauvais été.

                                        Georges Peres

Réflèxious d’un machan éstiou 2014.

a dus més qué nou soy béngut discutà dambé bouzaous. Qué si doun passat ? Un paou dé fatiguo, lou témps dé juin é juillét désagréablé, moun moral un paou bach, l’atgé aydan, més surtout lous évènoméns !

Alabétz qu’èy prés lou témps dé réfléchi. Qué tournérèy préngué lou déroulomén dou chapitré précédént un paou més tard. Aouén toutés aprés « l’ésquisso » dou partatgé dé la « Franço ». Aouéy lou souçi dé vosté sèrbitou y dé ségui lou déroulomén, én moumén diffiçilés, dé nosté goubèrnomén à gérà nosté Pays diguén uo Europo qu’és cèrco rédé, més éndispénsablo éntà l’abéngué dé nostés dronlés.

Qu’èn aoubligats dé counstatà qué l’échprit d’égalitat é dé fraternitat n’èxisto pas ; més éntà qu’aquéros duos qualitats és manifèstén qué caou uo haounèstétat parfaito, é un èsprit dé décisioun é dé forço. Oun soun passados aquéros granos phrazos apprézos suou bancs dé nostos éscolos primairos ? On réntro én Europo coumo diguén un moulin, é coumo açi y a pas trabail éntà tout lou moundé, qué bénguén manifèstà é sé batté diguén las ruos, é nous émpouza cèrtainos faysous dé hai. Aoun ban !

Et surtout nous parlém pas d’un partit més qué dé yaouté. Aouéy lous élèctous éntérésséns soun lous élèctous « éncartats », a qui démandon uo cotisatioun, é a qui souméttén un proujèt. Quino libèrtat ! Tant qué nostés éluts sion caouzits pèr 40% dous élèctous pouténçièls, coumo qu’aou réprézéntà nosté pays à la goubèrnanço dous citoyèns : (cercat l’èrrou é courrigat-lo). Nou bouléri pas pourtà un jutjomén, sé n’aouéy pas accoumplit moun déoué dé Citoyèn.

Qu’énténén rédé én aquésté moumén dé granos déçizious qu’és déssinon, é qué paraichén éntérésséntos, més voilà, lou Français qu’i habituat démpuch 50 ans à bézé passa « forço » prouméssos, é « qu’aouquo » réalizatioun. Q’an-ton bé qué toutos las classos socialos, founctiounaris coumprés, an pèrdut lou poudé d’achat, aco qué bo tout simplomén dizé qué nosté goubèrnomén pounctiouno trop lous productifs, so qué hai qué lous counsoumatous qu’èm, pagon l’additioun, é surtout mous plaço suou marcat Européèn é moundial, a un réng qué nous déouré pas èsté lou nosté.

Sé nostés dirigeants dé douman èron éluts pès aou méns 90% dous élèctous pouténçièls, bélèou qu’aouqués problèmos sé règlérén més façilomén. Aquiou ya un gros ,trabail sur la plancho ! Qué sabén touts qué lou respounsablé d’uo éntréprézo, a drét a un salari més éjléouat qué lou d’un appréntis. Qué sabén tabén qué lous rébénguts d’un individu déouén èsté taxats éntà subbéngué a las déspénsos dé l’éstat, més totalomén é équitablomén. Qué sabén tabé qué diguén un pays « dou bièn bioué » y a richés, é moyènomén ayzats, més n’y déou pas aoué praoués. Qué sabén tabén qué nou déouén pas aoué « chômurs ». Sulomén lous malaous é Handicapats déouén èsté assistats.

La soulo caouzo qué nou sabén pas, ès ço qué costo à nosté pays l’assistanat dé toutos las populatious sénsé trabail, bélèou aquiou qué trobérén un moyèn dé désbeillà lous Françés, à un déoué civiquo, qué pèrmétéré dé rebézé énsémblé lou moyèn dè hai méillou. Aquiou qu’aouét mas réflèxious d’un machan éstiou.

                        Lou Georges