147  Les ‘Tamalous’.

Je suis toujours mieux disposé à transmettre  des histoires vécues que des récits inventés ; celle-ci à donc été vécue.

Il y a une quinzaine d’années, profitant de mes premières années de retraite, je participais à une discussion de copains, eux, encore au travail ; et l’un deux nous dit avoir rencontré lors d’un arrêt en ville, un car de ‘Tamalous’ qui faisaient une pose déjeuner. Toujours curieux, je demandais qui étaient ces personnes ; il me fut répondu : tu en fais partie maintenant toi aussi. Et j’eus droit à l’explication de ce surnom, qui signifiait des personnes âgées ayant des douleurs attribuées par le temps passé, et qui posaient la question à leurs voisins, pour savoir, ou ils avaient mal. Et j’en conclus qu’après notre retraite, nos prédécesseurs nous avaient baptisés ‘Les Tamalous’.

Cinq ans après je fus handicapé de mes jambes, et contraient de prendre un logement sans escaliers, la collaboration de mes anciens collègues de l’immobilier, nous permis de trouver ‘chaussures à nos pieds’. Car un impératif nous obligeait a avoir un jardin, indispensable à mon épouse. Mirande fut donc notre ville d’accueil, et nous ne ressentîmes pas immédiatement  le besoin de rejoindre ces clubs de retraités. Par contre nous savions que nos racines paysannes nous conduiraient vers des clubs ruraux.

Si nous avions achetés dans la vallée du Gers, je pense qu’on aurait adhéré au club « dous Sanquéttos » plus apprécié par mon épouse à cause de ses habitudes du marché. Ayant donc  acheté dans la vallée de la Baïse, c’est  « les Sans Soucis » qui nous accueillirent il y a 4 ans. Un club très dynamique et avec beaucoup d’adhérents, qui permis de retrouver des parents et amis, et surtout des amis d’enfance du haut Astarac ou je suis né. Ne soyez pas surpris les ‘jeunes de la soixantaine’ qui allez nous rejoindre, vous allez apprécier de retrouver des moments de jeunesse, que vous n’avez l’occasion d’évoquer  que dans ces lieux, et croyez moi, cela est très rafraichissant.

L’occasion de se réunir tous les 15 jours (et plus si affinités), d’effectuer des sorties très bien organisées, un voyage annuel assez conséquent, une chorale renommée, des rassemblements départementaux importants, voilà des programmes variés, et assez chargés. Mais voilà ! , les âges, et les moyens physiques deviennent assez disparates, des personnes de 60 ans et de 90 ans  ont des possibilités différentes.

La première solution est de savoir juger ce que l’on peut accepter ou refuser. La deuxième est que les responsables jugent de la pénibilité des déplacements, et essaient d’adapter, en fonction des sorties ‘car le tamalou est un peu téméraire’ il croit pouvoir aller partout. Quand on voit les grands ensembles ( Mouzon, Zénith ) les places et gradins ont été conçus pour des sportifs de 18 à 25 ans ,des places avec chaises réservées, aux invalides demandant, devraient être  un des soucis des responsables.

Longue vie à ces Organisations, et surtout, un grand coup de chapeau à ces Organisateurs qui se dépensent sans compter leur temps, aux derniers jours heureux de leurs contemporains.

Lou Georges.  

Lous ‘Tamalous’.

Qué soy toutjours Méillou dispousat à transmété histouèros biscudos qué récits énbéntats ; aquésto y éstado biscudo.

Y a uo quinzéo d’annados, proufitan dé mas prumèros annados dé rétraito, qué participaoui à uo discussioun dé copains,  qui, érés èron éncouèro aou trabail ; é l’un d’éts nous dit aoué réncountrat, én un arrèt én bilo, un aoutocar dé ‘Tamalous’ qué hazéouon uo paouzo déjunà. Toutjours curious qué démandèy qui èron aquéros pèrsounos, qu’én réspounouc : qu’én hais partido tu tabén. E qu’aouy drét à l’èxplicatioun d’aquét surnom qué signifiaouo pèrsounos atgados, dabé doulous  d’usuro dou témps passat, é qué paouzaouon la quèstioun aous bézis, énta sabé oun aouéouon maou.E qu’én councluouy qu’après nosto rétraito, nostés prédécéssous nous aouèn batizats ‘Lous Tamalous’.

Cinq ans après qu’éstèy handicapat dé las camos, é aoubligat dé cèrca un lotjomén sénsé éscalès, la coullabouratioun dous ancièns collèguos dé l’immobiliè, nous pèrmétouc dé trouba ‘caoussuro à nosté pè’. Un impératif  nous aoubligaouo un cazaou, indispénsablé à la mio hémno. Mirando éstèc dounc nosto bilo d’accuill, é nous résséntichqu’oun pas lou bézouy dé réjouégné un club dé rétraitats. Pèr countro qué sabéouon qué nostos racinos paysanos nous hèrén més tard cercà un club ruraou.

S’aouéouon croumpat diguén la valéo dou Gérs, qué pénsi qu’aourén adhérat aou club « Dous Sanquéttos », més appréçiat  pèr la hémno, caouzo a sas habitudos dou marcat. Aoué dounc croumpat diguén la valéo de la Baïzo, qui lous « Sans Souçis » qué mous récupérèn y a quat’ans. Un club rédé dynamico dabé dé noumbrous adhéréns, qu’ém pèrmétoun dé tournà troubà paréns é amics d’éscolo dou Haout Astarac, oun soy néscut.Nou siot pas surprés lous ‘ jouénés dé la soixantéo qué mous bat réjouégné lèou, qué bat appréçia dé rétrouba mouméns dé jouénésso,qué nou troubérat qu’én aquét loc, é crézét’mé qué hai bén, é qué rafréchquich.

L’aoucazioun d’és réuni cado quinzé jours (é més sé boulén) d’éffèctua sourtidos bièn organizados, un bouyatgé annuèl prou counséquént, uo choralo rénoumado, rassémbloméns  aou départomén émpourténs, aquiou programos variats,  é prou cargats. Més voilà  L’atgé,é lous moyèns bénguén prou ésténuts : pèrsounos dé soixant’ans é dé quouaté vint dèt’zans an poussibilitats différéntos.

La prumèro soulutioun y dé sabé jutgea so qué l’on pot accèptà ou réfuza. La ségoundo y qué lous rèspounsablés dous désplaçoméns jutgén dé la pénibilitat, é énsagén d’adaptà las sourtidos, émprémou qué lou ‘Tamalou’ y un paou ‘aouzat’ qué cré poudé ana pèrtout. Quand on bé lous grans énsémblés : (Mouzon , Zénith) las plaços é éscalès sous éstats counçuts éntà sportifs dé dèzo ouéyt à vinto cinq ans, quaouquos plaços résèrvados aous émpouténs éntéréssats déouré èsté un souçi éntaous rèsponsablés.

Lounguo bito én aquéros organizatious, é surtout un gran cop dé chapèou aous Organizaturs qu’és déspénson sénsé counta lou témps, aous darrès jours dé sous coumpagnous.