141. Les contes d’Honoré Dambielle en 1909.

Voici ce qu’écrivait honoré Dambielle (1873-1930) curé de Samatan, l’année 1909 sur « L’Amanac dé Gascougno.

Le renard et le Coq .

Le  Coq trouva le Renard, ils se regardèrent tous les deux, et le Coq était prêt à s’envoler sur le chêne, si le Renard avait bougé. – Veux-tu jouer ? que tu ne saurais faire comme moi, dix pas les yeux fermés. – que si, lui dit le Coq ; le Coq n’avait pas fait deux pas que le Renard lui saute dessus, et l’emporte dans sa bouche. Ils passent devant un lavoir – Le Renard emporte le Coq, disent les lavandières ! – Demande leur qu’est ce ça peut leur faire dit le Coq au Renard.- Qu’ést ce que ça peut vous faire à vous autres ? leur dit le Renard. Pendant que le Renard parlait, le Coq s’envola sur le chêne. Le Renard tout confus dit : la prochaine fois les femmes pourront parler, moi je n’ouvrirais pas la bouche. Le Coq tout effarouché lui répondit : La prochaine fois je ne ferais pas l’aveugle, tant que je voie.

 Le Loup et le chien.

L  La chienne d’Escorneillac s’en fut à noces à Enguillobèrmaout. En se retournant elle rencontre le Loup qui lui dit : si tu ne me dis pas trois vérités d’affilée, je te mange. – j’ai été à noces et je n’étai pas invitée. -Je le crois lui répondit le Loup. –Ils ont mangé la viande, et m’ont laissé les os. – Je le crois encore, lui dit le Loup. – Si j’avais su de te rencontrer ici, je n’y serais pas passée luit dit la chienne. – ça aussi je le crois, passe pour cette fois, lui répondit le Loup.

Dictons sur le vin et les Raisins :

 A maou de co,oli dé souquétto.

Un boun béyré de bin pot dissipà pas maou dé chagrin.

 Dé bin é dé hén, qui més n’à mès én déspénso.

 Qui la récolto dou paysan qué baillo lous moyèns

La cassérolo n’aymo pas la chirolo.  

La cassérolo n’aymo pas la machanto aygo dé bito (la chirolo) Y bèrtat qu’éntà flambà un plat qué caou un boun Armagnac.

 Argén dé joc, hai pas pièlot.  

 Argén de joc,  hai pas fourtuno, y bèrtat qué lou jouguayré,nou pénso qu’a récouménça.

 Uo bouno soupo, un bouhat dé bin, déscoumando lou médéçin.

 Bèrtat qué soun déjà dus bounés aliméns.

 Entré la soupo é lou caoulét, caou béoué un brabé goutét.

Lou goutét appérat « chabrot » un béyré dé bin rougé diguén l’assiètto cruzo, oun an déchat quaouqué cuillèsoupo.

 Lous arrazis dou més dé may, pléon lou chay.

Las gélados passados, (lous saints de glaço) dèchon dévinà uo bouno récolto.

 

 

Lous countés d’Honoré Dambielle én 1909.

Açi ço qu’éscriouéouo honré Dambièllo (1873-1930)curè dé Samatan, l’annado 1909 sur « l’armanac dé Gascougno.

Lou rénard é lou pout

Lou pout troubèc lou Rénard, s’éspièn tout dus, é lou pout èro préch à boulà suou cassou sé lou rénard aouéouo brounchat. – Bos jouga ? Qué sabérés pas hai coumo jou, dét passés tout cluquat ? sadits lou rénard.- Qué si sadits lou pout. Lou pout aouè pas hèyt dus pas, qué lou rénard lou saouto déssus, é lou s’émporto én un moussèc. Passon daouan un laouadé– lou rénard s’én porto lou pout, sa digoun las laouayros ! –Dit lou qu’é bous pot hai à bouzaoutos ? ca dits lou pout –Qué bous pot hai à bouzaoutos ? s’a dits lou rénard. Péndén qué lou rénard parlèc, lou pout s’éscapèc é s’émboulèc suou cassou. Ca dits lou rénard tout counfus : yaouté cop las hénnos pouyran parlà, jou badérèy pas. – Ca dits lou pout,  tout éstouréttat :- Yaouté cop tournérèy pas hai l’abuglé tan qué béyji.

 Lou Loup é lou Can.

La cagno d’Escourneillac s’angout à noços à Enguillobèrnaout. En tout s’én tourna troubèt lou Loup qué lou digout : – Sé mé dizés pas dé tiro très très bèrtats, qué té minji : – Soy anado à noços é m’aouéouon pas émbitado ça dits la cagno. –At crézi, sa dits lou loup. –S’an minjat la car é m’an baillat lous osses. – At crézi éncouèro, sadits lou loup. – S’aouéoui  sabut d’ét trouba praçi, y séri pas passado, ça dis la cagno. – At créy ta plan é passo pèr aquésté cop ça dits lou loup.

Arréprouès : Lou Bin é lous arrazis

 A maou dé co , Oli dé souquéto : a mal au cœur, huile de souche. Un bon verre de vin peut dissiper pas mal de chagrin.

 Dé bin é dé hén, qui m’és n’a, més né déspénso.

Du vin et du foin, plus on en a plus on en dépense ; c’est la récolte du paysan qui donne les moyens.

 La cassérolo aymo pas la chirolo .

La casserole n’aime pas la mauvaise eau de vie ( la chirole). Il est vrai que pour flamber un plat il faut un bon Armagnac.

 Argén dé joc hè pas pièlot.

  Argent de jeu ne fais pas fortune. il est vrai que déjà le joueur repense à rejouer.

 Uo bouno soupo, un bouhat dé bin, déscoumando lou médéçin.

Une bonne soupe accompagnée d’un bon verre de vin, décommande le médecin.

 Entré la soupo é lou caoulét, caou béoué un brabé goutét.

Entre la soupe, et le chou il faut boire un bon chabrot, verre de vin rouge dans l’assiette creuse, ou on a laissé quelques cuillerées de soupe.

 Lou arrazis dou més dé may pléon lou chay.

 Les raisins du mois de mai remplissent le chai, car les gelées passées (les saints de glace) peuvent augurer d’une bonne  récolte.