134. Lou Bastard.  Chapitre II 

Pensez donc, il attendit que le noble et sa famille soient rentrés au château de Sérillac, et il s’en alla taper à la porte : – Bonjour noble,- Bonjour Bastard. Que viens-tu faire ici ? – Noble je veux te parler en particulier. Les gens du château sortirent de la pièce, et les laissèrent tous les deux seuls. — Noble il faut que ta demoiselle soit ma femme. Autrement je suis capable de faire de grands malheurs.

Bastard tu auras ma fille, à deux conditions. Prouve-moi que tu es noble. Promets moi aussi, que tu es riche, pour cela je n’aie rien a raconté à ma fille, et je ne veux pas marier la faim avec la soif.- Noble  je suis d’un sang plus grand que le tien, et je te  l’aurais vite prouvé s’il ne m’était pas demandé de me taire. Riche je vais travailler à le devenir. Avant cela dit aux galants de s’écarter de ta fille, autrement je suis capable de faire de grands malheurs..

Le Bastard salua le noble et sortit. Comme il traversait le bosquet devant le château il rencontra la demoiselle- Bonjour mademoiselle- Bonjour Bastard, j’étais derrière la porte  de la pièce quand tu es venu me demander en mariage, et je ne veux pas d’autre homme que toi. Vas t’engager auprès du roi de France, et gagnes y assez d’argent pour nous faire vivre tous les deux avec nos enfants. Si te reviens compte sur moi, comme sur toi. Si tu meurs, je m’en irais moniale dans un couvent, et je prierais Dieu pour ton âme jusqu’à ce que l’on me porte au cimetière.

Le Bastard salua la demoiselle et repartit, tout en cheminant il pensait ; si j’en fait ma femme je ne serais pas à plaindre. De suite il partit s’engager au service du Roi de France, et partit dans des pays étrangers pour combattre les ennemis. Au bout de trois ans le général lui dit devant tous ces camarades ; Bastard il n’y a pas dans toute l’armée un autre soldat fort et hardi comme toi, je te nomme Capitaine.- Merci mon général, il me faut encore un peu plus – parle Bastard – Général, je me languis de ma maitresse, que j’ai laissée il y a trois ans au pays, donnez moi cent jours pour que j’aille l’a voir. – Pars et reviens en temps promis. Le Bastard salua le général, et s’en revins en France.

En arrivant dans une ville  il rencontra des personnes attroupées autour d’un crieur public : ram plan plam : vous êtes avertis que le roi de France qui vient de perdre son fils, que le peuple doit prendre le deuil. Sapristi, le roi de France à encore un « bâtard » qui est parti on ne sait ou. Ce « bâtard » ne sera reconnu comme héritier de son père, « avant qu’il n’ait tranché le vent en deux », et prouvé qu’il est de sang Royal. Bon sang se dit le Bastard, le grand Aigle n’a pas menti. De suite il se remit en route, et il marcha nuit et jour pour rencontrer au plus vite sa demoiselle. Enfin le soir de la Toussaint, il arriva tout proche de son pays. Par malheur, il commençait à faire nuit, des brumes épaisses recouvraient la campagne.

Le Bastard se perdit en chemin, il le chercha longtemps sans trouver de maisons ni de personnes. À minuit il arriva devant la porte d’un, cimetière, perdu au milieu des champs, avec une église au milieu. C’était l’église de la Roumiouac, qui appartenait à l’époque « aux maltais ».Bon pensa le Bastard ici j’aurais au moins un abri. Il rentra sans peur ni crainte L’autel était préparé et les cierges allumés, comme pour dire la messe.

 

 

Lou Bastard. Chapitré II 

Pénsat dounc, atténdouc qué lou noblé é sa famillo éstèsson éntrats aou castèt dé Sérillac, é s’én angout tusta à la porto : Bonjour noblé, – Bonjour Gaspard qué béngués hai açi ? – Noblé qu’ét bouy parlà én particuliè. Las géns dou castèt sourtiscoun dé la crampo, é lous déchèn touts dus souls. – Noblé  qu’aou qué ta démaysèlo sio ma hénno. Aoutramén qué soy capablé dé hai dé grans malhurs.

–Bastard qu’aouras ma hillo à duos counditious. Probon qu’ès noblé. Probon tabé qué sios riché, éntac’o n’aourèy arén à racounta à ma hillo, é nou bouy pas marida la hamé dabé la sét. –Noblé qué soy d’un sang més éjléouat qué lou toun, é t’ac aouri bisté proubat sé nou m’èro pas démandat d’ém cara. Riché qué baou trabailla am béngué. Aouan tout aco dit aous galans dé s’éscartà dé ta dronlo, autamén soy capablé dé hai dé grans malhurs.

Lou Bastard saludèc lou noblé é sourtiscout. Coumo traouèssaouo lou bousquét daouan lou castèt réncountrèc la démaysèlo – Bonjour madémaysèlo – Bonjour Bastard, qu’éri darrè la porto dé l’éntrado quan m’as démandado én maridadgé, é nou bouy pas d’aouté homé qué tu. Bèt éngadja aouprès dou Réy dé Franço, é gagno prou d’argént éntà bioué toutés dus é nostés dronlés. Sé tournos counto sur jou, coumo sur tu. Sé mourrissés, m’én anguérèy monialo diguéns un coubént, é préguèrèy Diou ent’à toun amo, dinco qu’ém portén aou céméntairi.

Lou Bastard saludèc la démaysèlo é partiscout, é éntouc camina pénsaouo : s’én hèou ma hénno nou sérèy pas trop à plagné. Dé suito partiscout s’éngadja aou sèrbici dou Réy dé Franço, é partiscout diguén pays éstrangès énta coumbaté lous ènnemics. Aou cap dé très ans lou Général lou dit daouan touts sous camarados : Bastard n’y a pas diguén touto l’arm²do y aouté souldat coumo tu, qu’ét nomi capitani. – Merçio moun général, én caou éncouèro un paou més, – parlo Bastard – Général qu’ém languichi dé la mio mastrésso, quéy déchat y a très ans aou pays, baillat-mé cént jours ént’a qué l’anguoy bézé – Partich é tourno én témps proumés. Lou Bastard saludo lou général, é s’én tourno én Franço.

En arriban diguén uo bilo réncountrèc persounos attroupados aoutour d’un cridayré public : ram plan plam ; qu’èts abertits qué lou Réy de Franço vén dé pèrdé soun hill, é qué lou poplé déou préngué lou duill. Sapristi,lou Réy dé Franço a éncouèro « un bâstard », qui partit digun sab oun. Aquét « bastard » nous sérà récounégut coumo hèyrétè dé soun pay, « qué n’aoujo tranchat lou vén én dus », é proubat qui dé sang Réal. Boun sang sé dit lou Bastard, lou grand Eglo aoué pas méntit. Dé suito sé boutèc én routo, é marchèc jour é néyt éntà réncountrà aou més bisté sa démayzèlo. Enfin lou sé dé Toutssant, arribèc tout proché dé soun pays.Pèr malhur, couménçaouo à hai néyt, é brumos éspéssos récoubriouon la campagno.

Lou Bastard pèrdouc soun camin, é lou cèrcait lountémps sénsé trouba ni mayzous ni pèrsounos. A méjo-néyt arribèc daouan la porto d’un céméntèri, pèrdut aou méyt dé las pèços, dabé uo glèyzo aou méyt. Qu’èro la glèyzo dé la Roumiouac, é qu’apparténguéouo à l’époquo aous « maltés ». Boun pénsèc lou Bastard açi qu’aourèy aou méns un abrit. Entrèc sénsé poou ni crainto, l’auta èro préparat é lous cièrgés alugats, coumo éntà dizé la mèsso.