133. A mes chers locuteurs du Patois Gascon. 

J’ai reçu hier un des plus beaux cadeaux que l’on pouvait me faire : une dizaine de N° dé L’armanac dé Gascougno, chers à notre poète et Conteur Gascon Jean François Bladé(1827-1900) né à Lectoure 32.

Les érudits s’apercevront que l’écriture ressemble étrangement à celle de votre serviteur, seul le phrasé, et un peu de pédagogie, m’obligent à aider mes lecteurs à la prononciation. Mon 1er livret ouvert à la page 25  de l’année 2009 captiva mon esprit jusqu’à la page 42, ou je découvris la signature de Jean François Bladé. Je tenais à vous le communiquer ; cela va me demander du travail, il comprendra plusieurs chapitres qui se suivront ; ceux-ci nous changeront l’atmosphère, aux moments des élections.

Lou Bastard.

Je sais un conte, il y avait une fois, à Ste Radegonde, un gamin qu’on appelait : Lou Bastard, pour sur il n’avait jamais connu ni père ni mère. Ce gamin gagnait sa pauvre vie à garder les brebis dans les bois de Réjaumont. Un jour d’été  le Bastard gardait au bois comme d’habitude. Il était midi, le soleil brillait, et le gamin dormait couché au pied d’un vieux chêne. Tout à coup il entend des cris terribles et se réveille. C’était un grand Aigle qui venait du côté de la montagne, et il volait aussi vite que le vent. Cet aigle vint se poser sur la cime du vieux chêne. Bastard, Bastard, le bien nommé, écoute écoute,  ta mère est morte, tu ne l’a reverra plus jamais.

Elle est morte après avoir beaucoup pleuré son pêché, et maintenant, elle est avec le Bon Dieu. Ton père est le roi de France, et la preuve de ce que je te dis est dans ta bouche. Si avant le moment prévu, tu viens montrer ta langue à tout autre qu’a ton père, et sa mère le saura et te feras mourir. Quand il sera temps de faire ta 1ere Communion attend de trouver un prêtre mort qui te confessera, qui te donnera l’hostie, et qui ne pourra dire à personne ce qu’il a entendu et vu. Si tu fais ce que je te commande, tu seras roi après ton père. Mais tu n’es pas à la fin de tes épreuves, et rien ne te sera donné que tu ne l’est cent fois gagné.

Alors le grand Aigle est reparti, en criant, vers la montagne, et il n’est  jamais revenu. Depuis ce moment le Bastard à rêvé nuit et jour à ce qu’il avait vu et entendu, et jamais le curé de la paroisse n’a pu le décider à faire sa 1ere Communion. Pourtant le Bastard était bien vu par tout le monde, car il était dévot comme un prêtre, fort comme une paire de bœuf, et toujours prêt à rendre service à chacun.

Quand le Bastard  a eu 20 ans, il parti un Dimanche matin, pour aller écouter la grand-messe à  l’église de la Sauvetat. A cette messe se trouvait une demoiselle de 15 ans belle comme le jour, et honnête comme l’or. C’était la fille d’un noble qui demeurait au château de Sérillac. De suite le Bastard tombà amoureux de la demoiselle, et le soir ne l’a quitta jamais des yeux pendant toute les vêpres. Comme elle sortait de l’église avec ses parents, le Bastard regarda partout s’il n’apercevait pas un galant, pour l’abattre comme un chien. 

Pour son bonheur il n’y en avait pas, alors la Bastard se dit en lui-même : Il faut que cette demoiselle soit ma femme, autrement je suis capable de faire de grands malheurs.

 

(A suivre)

 

.

A més amics locuturs dou Patouès Gascoun

Qué récébouy jé, un dous més bèts présénts qu’ém poudousson hé : uo détzéo dé numéros dé l’Armanac dé Gascougno, intéréssat pèr nosté poèto et countur Gascoun Jean François Bladé (1827-1900), néscut à Lèctouro 32.

Lous érudits s’apèrcébéran qué l’éscriouturo réssémblo éstranjomén à la dé bosté sèrbitou, soul lou phrazat, é un paou dé pédagogio, m’aoubligon à ayda mous lèctous à la prounounçiatioun. Moun prumè librét aoubèrt à la pajo vinto cinq dé la nado milo naou cén vinto naou captivait moun èsprit dinco la pajo quaranto dus, ou déscoubriscouy la signaturo dé Jean François Bladé ; Qué ténguéoui à bous at coumuniqua. : aco ém ba démanda trabail,é coumprénguérà plusiurs chapitrés én ségui. Aco mous aydérà à passa l’atmosphèro aou moumén dé las élèctious.

Lou Bastard.

Qué say un counté, y aouéouo un cop, à Sénto Radégoundo un maynatgé qu’apéraouon Bastard, dé ségu, n’aouè jamés counégut ni pay ni may. Aquét maynatgé gagnaouo sa praouo bito à garda las aouéllos diguén lou boch dé Réjaoumoun.Un jour d’éstiou lou Bastard gardaouo aou bovh coumo d’habitudo. Ero méyjour, lou souréil luziouo, é lou drounlét droumiouo coutchat aou pè d’un biéil cassou. Tout d’un cop éntén crics tèrriblés, é sé désbéillo. Qu’èro un gran èglo qué vénguéouo dou coustat dé la mountagno, é qué boulaouo aoutà bisté qué lou vént. Aquét èglo és véngou paouza sur la cabéillo dou vièil cassou. Bastard, Bastard lou bièn noumat, éscouto, éscouto, ta may y morto, nou la tournéras pas bézé.

Qu’a bièn plourat dé soun pécat, é aro qui dab lou boun Diou. Toun pay qui lou réy dé Franço, é la probo dé so qu’ét dizi qui diguén ta bouco. Sé aouan lou moumén  prébich, véngués mountrà ta lénguo à tout aouté qué toun pay, sa may qu’at sabèrà, é qu’ét héra mouri. Quand sio lou moumén dé ta prumèro Coumunioun, attén dé troubà un curè mort qu’èt couféssérà, et qu’ét baillérà l’hostio, é qué nou  pouyra dizé à digun so qu’a énténut é bich. Sé hais so qu’ét coumandi, qué séras Réy après toun pay. Més n’ès pas à la fin dé tas ésprobos, é arrén nout séra baillat qué nou ta gaouzos cént cop gagnat.

Après lou grand églo tournè parti, én crida décap la mountagno, é n’y jamés tournat. Dempuch lou Bastard à saounéjat nèyt é jour à so quaouéouo bich é énténut, é jamés lou curè dé la parouésso nou lou poudou déçida à hai la prumèro coumunioun. Pourtant lou Bastard èro bièn bich pèr tout lou moundé, qu’èro dévot coumo un curè, hort coumo un parèil dé bouéous, et toujours prèch é réndé sèrviçi à cadun.

Quand lou Bastard aouc vint ans, partiscout un diméché maytin ana éscouta la mèsso à la Glèyzo dé la Saoubétat. En aquéro mèsso sé troubaouo uo démayzèlo dé quinz’ans béroyo coumo lou jour, é haounèsto coumo l’or. Qu’èro la hillo d’un noblé qué démouraouo aou castèt dé Sérillac. Dé suito lou Bastard cayjouc amourous dé la démayzèlo, é nou l’a quittait pas dous ouéils péndén toutos las vrèpos. Coumo sourtiouo dé la glèyzo dabé sous paréns lou Bastard éspièc pèrtout sé nou bézéouo pas un galant, éntaou tua coumo un can. Pèr soun bounur n’y aouè pas ; alabét lou Bastard sé dit én ét mèmo : Qué caou qu’aquéro démayzèlo sio ma hénno, aoutamén qué soy capablè dé hai dé grans malhurs.

 

(à ségui)