129. Les Oies à Riguepeu. 32230.

 

Ce charmant petit village de 220 habitants, niché au bord de l’Osse, avait convié les amateurs de folklore et de bons souvenirs, à participer le 18 Octobre à cette manifestation du Souvenir.

Vous dire que nous ne fûmes pas déçus tant l’organisation avait été soignée, avec en plus «  les sentiments du cœur », que l’on ressentait un peu partout. Bravo aux organisateurs, et mention spéciale aux jeunes ! Car accueillir des centaines de visiteurs, et leur proposer une très bonne restauration à midi, n’est pas à la portée du  1er village venu. Quelle surprise de voir à 11 h, devancées par les autorités, en très belle voiture d’époque décapotée, un important troupeau d’oies conduit  par des gardiennes Gasconnes. Tout ceci vint se ranger dans un parc, avec l’assistance de jeunes gens en costume Gascon.

Surpris aussi par la densité des chalands venus apporter aux ruraux, et aux visiteurs de toutes origines, tant de variétés, alimentaires, (champignons de Corrèze) que mobilières (salons raffinés avec barriques bordelaises).

Venons en maintenant à la foire proprement dite, elle date du règne d’Henri IV, celui-ci y avait rendu visite lors de ses passages pour voir sa famille dans le Pays d’Albret (47).Le « vert Galant » a semé le Gers de légendes, (vérifiées ou à vérifier) rendez vous Galant à Margouet (32290) Maison des Pousterles à Auch (32000), mais il a aimé sa Gascogne et son Agriculture. Un millier d’oies était chose courante sur ce gros marché, elles venaient à pied, par troupeaux d’une trentaine, parcourant 6 à 7 Kms. Les 6 ou 7 routes et chemins venant à Riguepeu étaient aménagés de façon à rencontrer un point d’eau (mare) tous les Kms, afin que ces volatiles puissent boire et s’ébattre à volonté.

Cette foire du 18 Octobre permettait aux fermières désirant changer leurs « semences » pour leurs élevages, afin de renouveler leur troupeau pour éviter la consanguinité, car les 6 oies et un jar ‘mâle’ étaient la monnaie courante de toute éleveuse produisant de l’oisillon à vendre, ou a gaver l’automne suivant. Les négociants venaient avec des camions pour fournir des régions effectuant le gavage : Htes Pyrénées, Aude, Pyrénées Atlantique, Hte Garonne.

Chose amusante ; à l’époque, le percepteur s’installait à la Mairie les jours de la foire, assisté par un secrétaire, et collectait les impôts fonciers. Il parait qu’il n’y avait pas d’horaire, et qu’il partait le dernier de la foire. C’est dans les années soixante dix, que se terminèrent ces foires, le ramassage dans les fermes par les négociants, la production d’oisillons élevés et vendus aux gaveurs, et surtout le remplacement par le canard. Celui-ci s’adaptant mieux aux conditions plus modernes d’élevage. Il a permis une « démocratisation » du prix du foie gras.

Mais l’élevage de l’oie n’a pas disparu, il permet la production plus recherchée, mais aussi plus chère de son produit. Ne s’improvise pas éleveur et gaveur d’oies qui veut. La longueur de vie de l’animal, et le « tour de main » de l’élevage et du Gavage sont de vraies professions.

Remercions donc ces éleveurs de nous ramener de temps en temps à la remémoration de leur métier, trop souvent oubliés.

 

Las Aouquos à Riguopéou.

 

Aquét béroy billatgé, hicat aou bord dé l’Osso, aouè émbitat lous amaturs dé folkloro é dé bounés soubénirs, à participà lou  dèzo ouéyt Octobré én aquéro manifèstatioun dou soubénir.

Bous dizé qué n’éstèn pas déçuts tan l’organizatiouèro éstado souégnado, dabé én més « lous séntiméns dou co », qué résséntiouon un paou pèrtout. Coupliméns aous organisaturs, é méntioun spéçialo aous jouénés ! Emprémou récébé centénats dé visiturs, é lous proupaouza uo bouno rèstaouratioun à méyjour n’y pas à la pourtado du prumè billatgé véngut. Quino surprézo dé bézé à onz’oros, daouançados pèr las aoutoritats, diguén uo poulido vouaturo d’époquo déscapoutado, un troupèt d’aouquos amiados pèr gardiènos gascounos. Tout àco sé véngou embarra diguéns un parc, dabé l’assisténço dé jouénés én coustumo gascoun.

Surprés tabèn pèr la dénsitat dous marchands ambulans vénguts pourtà aous paysans, é aous bisiturs dé touto origino, tan dé variétats, alimantèros (céps dé Corzo), qué moubiliarios (salous rafinats da barriquos bourdalézos).

Aném adaro à la hèyro propromén racountado», qué dato dé l’époquo « dou nosté Hénric » aquésté y aouè réndut visito qu’an  anaouo bézé la famillo aou pays d’Albrèt (47). Lou bért Galant a sémouat lou Gérs dé réprouès, (vérifiats ou à vérifia), escapados galantos à Margouét (32290). Mayzoun dé las Poustèrlos à Aouch (32000), més qu’a èymat sa Gascougno é soun agriculturo. Un milè d’aouquos èro caouzo courénto én aquét gros marcat, qué vénguéouon à pè, pèr troupéts d’uo tréntéo, pèr camis è séndèros sur chés à sèt kilomèstrés. Las chés ou sèt routos qu’amiaouon à Riguopéou èron aménatjados dabé «  clotos » éntà qué lou troupèt poudousso béoué é s’ésboulatà.

Aquéro hèyro dou dèzo ouéyt Octobré pèrméttéouo à las « émbucayros »dé cambia « las séménços » à l’éjléouatgé, éntà rénoubèlà lou troupét éntà éjbita la counsanguinitat. Chés aouquos é un guirou èro courén, a cado hénno qué préparo aoucats à béné, ou à émbuca l’aoutouno prouchèn. Lous marchands vénguéwon dabé camious éntà fourni las régious oun émbucaouon. Haoutos Pyrénéos, l’Aoudo, Pyrénéos Atlantiquos, Haouto Garouno.

Caouzo raro : à l’époquo, lou pèrcèptou s’énstallaouo à la Mairio lous jours dé hèyro,assitat pou sécrétari, é coulèctaouo lous émpôts founciès. Qué parich qué n’y aouè pas d’oros, qué partiouo lou darrè dé la hèyro. Qui diguéns las annados soixanto dèt qu’és tèrminèn aquéros hèyros, l’amassatgé diguén las bordos pous rébéndurs, la prouductioun d’Aouquats éjléouats é vénuts aous émbucayrés,é surtout lou rémplaçomén pou canard. Aquésté s’adapto méillou à la counditious més modèrnos d’éjlèouatgé. Qu’a pèrmés la « démoucratizatioun » dou prèt dou hitgé gras.

Més l’éjléouatgé dé l’aouquo n’à pas dichparut, qué pèrmét la productioun més ressèrcado, més tabèn més caro dé soun prouduit Nou s’émprobizo pas élevur é gavur d’aouquo qui bo. La lounguou dé bito dé l’animaou, é « lou tour dé man » dé l’éjléouatgé é dou  « gaouatgé » soun dé véritablos prouféssious.

Rémèrçién dounc aquéts élevurs dé nous réamia dé témps én témps à la rémémouratioun d’aquét méstié trop soubén déjbrémbat

Remarquez la prestance des oies et la tenue des pastourelles et des petits gascons.

Remarquez la prestance des oies et la tenue des pastourelles et des petits gascons.

La voiture décapotable des "autorités".

La voiture décapotable des « autorités ».