La Toussaint.Cette fête de la Toussaint, est souvent mélangée et confondue ; car la fête de tous nos saints, devance  le recueillement devant nos morts, qui a lieu le lendemain. Les événements faisant bien les choses, c’est bien le 1er Novembre que se célèbre cette fête. Je me souviens dans mon jeune âge accompagnant ma mère  à la châtaigneraie, équipée d’un grand panier en  osier aller ramasser de la belle mousse pour recouvrir les tombes, préalablement nettoyées et bêchées. Le lendemain on amenait différents chrysanthèmes (petites boules et gros pompons), pour faire sur le pourtour des guirlandes  blanches, surmontées par une autre rangée multicolore plus importante. Le tout complété par une belle gerbe, ramenée le matin de la cérémonie. Quelle patience, et aussi quel amour je devinais, à voir accomplir ce magnifique travail. Il n’y avait à l’époque qu’un seul monument funéraire au cimetière.

Quelques années plus tard, ayant changé de région, c’était déjà un autre style, et une autre manière de préparer les tombes. Un peu plus d’encadrement de la tombe, quelques couvertures avec des dalles en marbre, et aussi quelques monuments funéraires.

De toute manière, croyants ou non croyants, cela a toujours été le jardin du repos, ou se trouvent nos êtres chers. Qui peut rentrer dans « son » cimetière, sans aller devant la tombe de ses chers disparus. Soit apporter une fleur, une prière, ou une simple méditation, ou de remerciements.

Car ils ont fait ce que nous sommes, pensons à ce moment précis, si nous, encore de ce monde, avons préparés nos enfants à venir un jour nous remercier du chemin que nous avons essayé de leur tracer. Il est vrai que l’on ne ressent pas autant de ferveur que dans le temps passé.

Il m’étonnerait que l’on ne me reconnaisse pas ma passion pour l’avenir, mais il faut savoir, que le lien du passé, est le cordon le plus solide pour permettre de le dominer.

Ne vous est-il jamais arrivé, dans des moments difficiles, ou des décisions difficiles à prendre, de rentrer dans votre jardin du repos méditer devant une tombe, rechercher une inspiration, un soulagement, la tête pleine de bonnes intentions pour continuer sur le long chemin de la vie. Pas vous ? Eh bien moi oui ! Et j’en suis reparti rassuré.

 

Une anecdote : ou ou ou

Il y a quelques jours je rencontre une respectable dame, copine d’enfance de nos 5 ans, qui m’interpelle et me dit le ou de ton patois fais très « britich ». Mon sang ne fait qu’un tour, et à partir d’aujourd’hui, et en pur gascon que je suis, je lu iai  répondu : le ou sera utilisé ! Merci Josette.

 

 

Tout’sant.Aquéro hèsto dé tout’sant, y soubén mélanjado é counfoundudo ; la hèsto de  tout’sant daouanso lou récuillomén dé nostés morts, qu’a loc lou léndouman.Lous évènoméns hèm bien las caouzos, qui bièn lou prumé Nouvémbré qui célébrado aquéro hèsto.Quém brémbi diguén moun jouén atgé accoumpagna ma may à la castagnèro, équipado d’un gran tistèt én bimou ana amassa dé béroyo mousso éntà récoubri las toumbos, nétéjados é apicouados aouan. Lou léndouman  bénguéouo dabé différéns chrysanthèmos( pétitos bolos é grossés poumpous), éntà hai aoutour guirlandos blancos, surmountados pèr uo rénjado  multicoloro més émpourténto. Lou tout coumplétat pèr uo béroyo gèrbo pourtado lou maytin dé la cérémounio. Quino patiénso, é tabén quin amour dévinaoui, à bézé accoumpli aquét béroy trabail. Y aouè à l’époquo  un soul mounumén funérayré aou céméntèri.

Quaouquos annados més tard cambièn dé régioun, é qu’èro déjà yaouté stylé, é yaouto manièro dé préparà las toumbos. Un paou més d’éncadromén dé la toumbo, quaouquos coubèrturos dabé dalos én marbré, é tabé quaouqués mounuméns funéraris.

Dé touto manièro crédént ou noun crédént, aquo y toutjour éstat lou cazaou dou répaous, oun sé trobon nostés disparuts.Qui pot éntrà diguén « soun » céméntèri, sénsé ana daouan sa toumbo pourtà uo flou, uo prièro,ou uo simplo méditatioun, ou un rémèrcimént ?

Emprémou qué mous an boutat aou moundé tèl coum’èn. Pénséaou moumén mèmo, sé nouz’aous éncouèro d’aquésté moundé , aouén préparats nostés dronlés à véngué un jour nous rémèrçia dou camin qu’aouén énsajat dous traça. Qui bèrtat qué nous sé résséntich pas aoutan  dé fèrvou qué diguén lou témp passat.

Qué m’éstounéré qué noun récounégouson pas ma passioun éntà l’abéngué, més qué caou sabé qué lou lièn dou passat y lou courdoun lou més soulidé éntàou dominà.

Nou bous éy jamés arribat, diguén mouméns diffiçilés, ou décisious émpourténtos à préngué, d’éntrà diguén bosté cazaou dou répaous, médita daouan uo toumbo, réssèrca uo inspiratioun, un souladjomén, lou cap plein dé bounos énténtious éntà continua suou loung camin dé la bito. Pas bous ? Eh bé jou si ! Et qu’én soy tournat parti rasségurat.

 

 

Uo anècdoto ; ou ou ou.

Y a quaouqués jours, réncountri uo damo rèspectablo copino dé nostés cinq ans, m’éntèrpèlo é ém dit : lou ou dé toun patouès hai rédé « britich ». Moun sang nou hai qu’un tour, é à partir d’aouéy, é én pur Gascoun qué soy, lou réspounouy, lou ou sérà utilizat !    Merçio Josetto