C’était avant la guerre.

Cette phrase, vous l’avez souvent entendue prononcée, ceux qui l’utilisent sont de moins en moins nombreux évidemment. Votre serviteur l’ayant à peine connue se souviens, surtout avec le temps passé des évolutions que provoquent de tels événements. Souhaitons en 1er que nous ne les revoyons pas.

Cette appellation, pour nous les anciens, nous ramène à des souvenirs forts, de civisme, de respect, d’honnêteté, de rigueur et de laborieux, que nous avons beaucoup perdus, notre génération également. Ne sommes nous pas les 1ers responsables de la mauvaise transmission de ces valeurs ? Certainement que si ; tout d’abord nos enfants nés dans les années 60, dans une époque assez facile ont beaucoup vu, et beaucoup demandé.

Leur parent ayant traversé des événements difficiles, ne voulaient pas que les enfants vivent les mêmes conditions, ils n’ont pas toujours reculés à leur caprice, et de plus ont voulu en faire très vite des étudiants hors pair. En 1960 il ne fallait naitre ni paysan, ni ouvrier, il fallait au moins viser la Faculté, et pour ces demoiselles, s’était le Secrétariat pour commencer, et viser la spécialisation.

Premier échec, car nous ne naissons pas égaux. Tous les métiers manuels ont été méprisés (que de belles carrières aujourd’hui). De plus  la 3ième génération a pu pendant son adolescence, s’occuper un peu mieux de l’avenir scolaire de l’enfant. S’est-elle par contre  occupée de sa formation d’homme pour l’avenir ? Je n’en suis pas si sûr, car on ne voudrait plus entendre que l’école est là pour cela.

Chacun a sa part ; les parents l’éducation de l’homme et la mise en place de ses valeurs, et les enseignants mettent en place le savoir. Il y a bien sûr une parfaite harmonie entre les deux, mais ne nous trompons jamais. On entend souvent des critiques de jeunes élèves dans leur comportement dans la rue, dans les rassemblements, dans les jeux ; ne renversons pas les rôles, c’est le devoir des parents.

Quand aujourd’hui vous rencontrez sur votre chemin un jeune gamin qui vous dit : bonjour Monsieur, vous avez envie de complimenter la dame qui l’accompagne, cela est tellement rare. Vous rencontrez un adolescent avec son Iphone sur les Oreilles, et que vous le saluez, il ne hochera même pas la tète (il ne vous a pas entendu) ! Difficile à expliquer : non ! La deuxième génération a eu une vie plus trépidante que la nôtre : deux travailleurs dans le couple, leurs parents coupés de leurs enfants dans la journée, la garde par les nounous, et dans les crèches, et surtout la (décohabitation souhaitée par tous), n’ont pas permis aux grands parents de prendre le relais, pour ce travail si délicat.

L’idéal aurait été que le salarié est un salaire correct, afin que le conjoint puisse s’occuper de la famille. Ceci sont des généralités, elles ne sont que les réflexions de son auteur, car certains ont pu appliquer ce point de vue, d’autres auraient voulu le faire et n’ont pas pu, elles vous sont livrées à la réflexion, Peut -être vous permettront-elles de vous expliquer un peu le présent que nous vivons.

Réflexions d’un vieux Papi de 80 ans !

 

Quèro awan la Guèrro

Aquéro phrazo, l’awèt soubén énténudo à prounounça, lous qué l’utilizon soun dé méns én méns noumbrous évidamén. Vosté sèrbitou l’aiyan à pèno counégudo sém brémbo, surtout dabé lou téms passat dé las évoulutious qué provoquon dé taws évènoméns. Souhaitén én prumè qué n’at tourném pas bézé.

Aquéro appélatioun, éntà nouzaws lous ancièns, mous tourno amià à mouméns forts, dé civismé, dé respèct, d’hawnèstétat, dé rigou, et dé trabail dur, qu’awén bièn pèrdut , nosto génératioun égalomén. Qu’èn dounc lous prumès réspounsablés dé la machanto transmissioun d’aquéros balous ! Cèrtainomén qué si ; tout d’abord nostés dronlés néscuts diguén las annados soixanto, én uo époquo prou façilo an bich, é bièn démandat.

Lous paréns awèn trawèssat évènoméns diffiçilés, nou bouléwon pas qué lous dronlés bichcoussuon las mèmos counditious, n’am pas toujours réculats à sous capriçis, é dé més n’an boulut hai rédé bisté éstudians hors classo. En milo naw cén soixanto nou caléwo pas néché paysan, ni awbriè, qué caléwo aw méns viza la facultat, é éntà las démayzèlos, qu’èro lou sécrétariat éntà coumènça, é viza la spéçializatioun.

Prumé échèc, émprémou qué nou néchén pas touts à égalitat. Toutés lous méstiés manuèls soun éstats maw traitats, (qué dé poulidos carrièros awéy). Dé més awéy la troizièmo génératioun à poudut, péndén lou pétit atgé dous dronlés, s’occupà un paw meillou dé l’abéngué scolari d’aquéstés.Es qué s’y occupado dé sa fourmatiou d’homé éntà l’abéngué ? N’oun soy pas ségu, émprémou bouléri pas més énténé qué l’éscolo i aquiw énta’quo.

Cadun à sa part ; lous paréns l’éducaçioun dé l’homé, é bouta én plaço sas balous, é lous énseignans bouton én plaço lou sabé.Qué ya uo parfaito harmonio éntré lous dus, més nou mous trompén jamés. Qu’énténén soubén critiquos dé jouénés éscouliès diguén lou coumpourtomén diguén la ruo, diguén lous rassémbloméns, diguén lous jocs ; nou cambién pas lous rôlés, qui lou déwé dous paréns.

Quand réncountrat suw bosté camin un pétit dronlé qué bous dit ‘bonjour Monsieur’, qu’awét hamé dé coumpliménta la ‘maman’ qué l’accoumpagno, aco y tèlomén raré. Qué réncountrat un drounlat dabé un ‘ayphono) sur las awréillos, é qué lou saludat, nou brouncho pas lou cap (nou bous a pas énténut) ! Difficilé à èxpliqua : nou !  La ségoundo génératioun a ut uo bito més trépidénto qué la nosto : dus trabaillurs diguén lou couplé, lous paréns coupats dous dronlés péndén la journado, la gardo pèr las nounous, é diguén las « crêchos », é surtout la (décohabitatioun souhaitado pèr touts), n’a pas pèrmés aws grans paréns dé préngué lou rélais tan délicat.

L’idéal awré éstat qué lou salariat awjé un salari corrèct éntà qué lou counjwèn s’occupèssé dé la famillo. Tout aco soun, généralitats, nou soun qué réflèxious dé soun awtur, qu’awqués us an poudut appliquà aquét punt dé bisto, d’awtés ag awrén boulut hai més n’an pas poudut, qué bous y livrat à la réflexioun. Bélèw bous pèrmétéran dé bous expliquà lou téms qué biwén.

Réflèxious d’un bièil Papi dé Quwaté binz’ans.