Le vent d’Autan, et l’Occitan.Drôle de titre me direz vous, j’en conviens, mais je vais essayer de m’en expliquer à ma façon, et vous divertir en même temps.

Notre douce Gascogne, enveloppée par la voluptueuse Garonne, était une barrière naturelle au vent d’est, que nos très anciens appelaient  « le « vent des fous », compte tenu du mal de tête qu’il provoquait. Celui-ci arrivait très rarement jusqu’a notre département, mais que s’est-il passé, un peu de déboisement inopiné, des structures agricoles agrandies, lui ont ouvert une voie qui aujourd’hui, lui permet une visite au moins hebdomadaire, avec plus ou moins d’intensité.

Le vent d’autan nous visite souvent, et l’occitan, poussé par celui-ci, a pénétré au fil du temps. Cette belle langue parlée dans le Languedoc, n’ayant jamais été parlé en Gascogne ; ceux-ci avec le Français se contentaient des patois Gascons, allant du val d’Aran, au Bec d’Ambez. Mais le vent d’autan, toujours lui, l’a poussée sur l’Isle Jourdain, l’a accompagnée sur Auch (capitale de la Gascogne), et nous le trouvons maintenant sur Riscle et Plaisance du Gers. On l’étudie même dans certaines écoles et on anime des causeries en « Occitan aménagé», c’est-à-dire en patois Gascon, si on veut être compris.

Louable idée, mais quand on se déplace à Nogaro, et que l’on présente l’Occitan, et que les séniors vous répondent : on n’a jamais parlé cette langue. Cela pose un problème, et vouloir imposer une langue que l’on n’à jamais parlée, et l’a proposé comme langue maternelle : « la lénguo Mayrano », est quand même assez prétentieux.

A mon grand âge, lisant mon journal habituel depuis 65 ans d’abonnement, j’ai suivi l’évolution de l’occitan  poussé il est vrai par le vent d’autan, par les doubles pancartes d’entrée des villages, dans la Haute Garonne je n’en voyais pas l’utilité, mais cela ne me regardait pas. Mais quand je vois que ce même journal m’apprend que la capitale de la Gascogne ; Auch, va doubler ses panneaux de places en Occitan, j’en reste pantois. La place Denfert Rochereau va s’appeler (plaça deu marcat deus chevaus), j’aurais traduit cela par ( plaço dou marcat dous chibaous). La rue Gambetta en (Carrèra dé l’éntendénçia) j’aurais traduit ( Carrèro dé l’énténdénço). D’abord je ne l’aurais jamais proposé.

Quand le surlendemain je vois que l’occitan va (alléger la vieillesse et la maladie, des personnes âgées), je me suis vraiment frotter les yeux, quand j’ai vu planter un arbre en faveur de l’académie au profit de l’occitan, je n’ai pas compris ; excusez moi je suis un peu âgé ! Très louable idée que d’aller dans les maisons de retraite, ou les maisons médicalisées pour amener a ces gens là une discussion dans leur langue maternelle ( je suis partant) mais de grâce vous n’en trouverez pas une qui vous comprendra en Occitan. Alors, si à 80 ans, il faut leur apprendre l’occitan : ou sera la joie et le réconfort.

Puisque nous n’avons pas su transmettre à nos enfants ‘notre langue maternelle’, essayons, pendant qu’il est encore temps de transmettre à nos petits enfants cette langue qui nous est chère, avec les us et coutumes de l’époque, les histoires de cette vie du siècle précédent, mais cela ne demande qu’une chose, un peu de volonté parentale. Il est encore temps !

Quand aux moyens, seule la volonté est indispensable.

 

 

Lou bén d’Aoutan, é l’Occitan.

Drolé dé titré em dirats, qu’én counbéngui,més qué baw énsaja dé m’én nespliqua à ma faysoun, é bous dibèrti én mèmo téms.

Nosto douço Gascougno, éngouloupado pér l’amourouzo  Garouno, éro uo barrièro naturèlo aw bén d’èst, qué nostés ancièns appérawon « lou vént dous pécs », counté téngut dou maw dé cap qué prouvoucawo. Aquésté arribawo raromén dinco nosté départomén, més qué s’y dounc passat, un paw dé déjbwèzomén maléncountrous, structuros agricolos agranidos, l’an awbèrt uo routo qué awéy, lou pèrmét aw méns uo visito pèr sémano, dabé plus ou méns dé forço.

Lou bént d’awtan nous visito soubén, é l’Occitan, poussat pèr aquésté, a pénétrat aw hiw dou téms. Aquéro béroyo lénguo parlado diguén lou Languedoc, n’y jamés éstado parlado én Gascougno ; aquéstés, dabé lou francés sé counténtawon dous patwès Gascous, qu’anawon dou Val d’Aran , aw Bèc d’Ambèz. Més lou bén d’awtan, toutjours ét, l’a poussado sur L’isle Jourdain, accoumpagnado sur Awch (capitalo dé la Gascougno), é l’a trouban aro sur Risclo é Plazénço dou Gérs. Qué l’éstudion mèmo diguén cèrtainos éscolos, é qu’animon conférénços én « Occitan améliourat », c’èst à dizé én Patouès Gascoun, sé bon èsté coumprés.

Rédé bouno aiydéo, més quan on sé désplaço à Nogaro, é qu’on prézénto l’Occitan, é qué lous séniors bous réspounén : n’awén jamés parlat aquéro lénguo. Aco pawzo un problèmo, é boulé émpawza uo lénguo qué n’an jamés parlat, é l’a propawzon coumo « la lénguo mayrano », y quan mèmo un paw préténçious.

A mou gran atgé, légiwi moun journal habituèl, abounat démpuch soixanto cinq’ans, qu’èy ségit l’évoulucioun ; poussat ét tabén pou bén d’awtan, pèr las doublos pancartos dous billatgés, diguén la hawto Garouno noun bézéwi pas l’utilitat, més aco n’oum régardawo pas. Més qu’an béy aquét mèmo journal m’appréngué qué Awch capitalo dé la Gascougno, ba doublà pannèws dé las plaços én Occitan, quén démori ‘éstabournit’. La plaço Denfert Rochereau s’appèréré (plaça deu marcat deus chivaus), jou awri traduit (plaço dou marcat dous chibaws). La ruo Gambetta én (carrèra dé l’éntendénçia) awri traduit (carrèro dé l’énténdénço). D’abord n’at awri jamés proupawzat.

Quant lou surléndouman légichi qué l’Occitan ba (alèwja la vièllésso é la maladio dous ancièns), qu’ém frétèy réèllomén lous, ouéils, qu’an bézouy planta un arbré én favou dé l’académio aw proufit dé l’Occitan, nou coumpréngouy pas ; éscuzat mé, soy un paw atjat ! Rédé éntéréssénto l’èydéo d’ana diguén las mayzous dé rétraito, ou las mayzous médicalizados éntà amià én aquét moundé uo discussiou diguén la suo lénguo matèrnèlo( qué soy partan) ; més dé graço noun troubérat pas uo qué bous coumprénguéra én Occitan. Alabétz, si à quwaté vins’ans lous qu’aw appréngué l’Occitan ; oun sérà lou plazé é lou récounfort.

Pusqué n’awén pas sabut transmétté à nostés dronlés ‘nosto lénguo mayrano, énsajén,péndén qui éncwèro téms dé tranm²té à nostés pétits hills aquéro lènguo qué nous éy tan caro, dabé las histwèros et habitudos dou sièclé passat, més aco nou démando qu’uo cawzo, un paw dé bouléntat paréntalo. Qui éncwèro téms !

Qu’ans aws moyèns, soulo la bouléntat qu’y éndispénsablo.

Monument Luis Arias

Baqueira val d’Aran,en Gascogne station de Ski.
Monument Luis Arisas, créateur de la Station

Ballades à cheval à Capbreton. Dans les landes de Gascogne

Ballades à cheval à Capbreton. Dans les landes de Gascogne