Les Orages d’été dans l’Astarac.

 Très proche des Pyrénées, notre région est propice aux sautes d’humeur de nos Montagnes. Ayant traversé une bonne décade de printemps très secs nous avions oubliés ces grosses averses, qui en deux ou trois heures peuvent anéantir des cultures, des routes, des maisons.

Ce que nous avons surtout oublié c’est la prévention à ces intempéries, sommes toutes logiques, mais donc nous devons au maximum nous protéger. Le nettoyage des rivières a fait de très gros progrès, il y a encore beaucoup à faire. Les départements et les communes font également  des efforts notables surtout en investissements, mais sincèrement, combien est négligé l’entretien. Les Agriculteurs, souvent malgré eux ont subi l’assainissement, ils ne le regrettent pas. Tout individu averti sait qu’il est moins cher d’entretenir les écoulements des eaux, le faucardage des talus et le curage des fossés que de refaire un chemin ravagé par les eaux.

Il est loin le temps ou les cantonniers qui avait une route attribuée marquaient d’un bâtonnet supportant un papier blanc qui délimitait leur journée de travail, c’était les premiers jardiniers de la nature. Les temps ont heureusement changés, une faucardeuse bien réglée avec un chauffeur expérimenté abat un travail considérable. Faut-il encore effectuer le travail assez souvent, car couper de l’herbe à 1 m 50 provoque des bouchons qui obstruent les fossés. Les saignées des accotements demandent également un soin appliqué pour accompagner l’eau de ruissellement ; les outils utilisés n’ont pas encore remplacé l’homme (du moins dans notre région).

A un moment ou on nous parle d’écologie (dont je suis un friand consommateur) et que l’on voit l’entretien des bas côtés et talus de nos routes départementales et des chemins vicinaux, alors que des communes ont fait un travail remarquable dans leur secteur, on est surpris et déçu que notre région qui se veut accueillante et touristique reçoive nos vacanciers derrière une frondaison d’herbage, qui laisse à peine apparaître les fleurs de tournesol que nos paysans exploitent si bien. Il ne s’agit pas là d’investissements mais d’entretien.

Et l’entretien de nos bords de route, c’est bien cela le 1er jardin de la France. 

Il serait souhaitable que nos écologistes donneurs de conseils viennent nous expliquer qu’il ne faut pas faucarder les bordures pour protéger quelques nichées : Vaut’il mieux remplir nos fossés d’herbe, que de protéger des routes et chemins ruraux qui souffrent d’un mauvais assainissement et qui ruine les Communes et les départements en budget de réfection.

Il est évident que pour un élu, un chemin rutilant de bitume est plus positif qu’un fossé récuré. En cette période qui nous parle d’économie, il serait assez judicieux que l’avis de nos braves agriculteurs, ou citadins frontaliers d’agglomérations, soit pris en compte, cela aurait au moins l’avantage d’établir un dialogue  qui se termine par des actions moins chères, mais plus nombreuses, ce qui serait à l’avantage de tous.

 

Lous aouratgés d’éstiou diguén l’Astarac.Rédé proché dé las Pyrénéos, nosto régioun y marcado pèr las saoutos d’humou dé nostos mountagnos. Qu’aouén traouèssat uo bouno décado dé printéms sécs aouéouon déjbrémbat aquérés grossés chagats, qui én duos ou très horos anéantiouon routos culturos é mayzous.

So qu’aouén surtout déjbrémbat, qui la prévéntioun d’aquéros intampérios, logiquos, més dount mous déouén mous proutétja aou maximom, Lou nétéjatgé dé las ribèros à hèyt dé gran progrès,  y a éncouèro trabail. Lous départoméns é las coumunos an éncouèro dé grans éfforts à hai, més coumbièn y négligeat l’éntrétièn. Lous Agriculturs, soubén malgré éts, an subit l’assainissomén, n’at régrètton pas. Tout individu abèrtit sab qui méillou marcat d’éntréténgué l’éscoulomén dé l’ayguo, lou daillatgé dé las bourduros, é lou curatgé dous barats, qué dé réhai un camin ravatgeat pèr las aygos.

Y louy lou téms oun lous cantouniès qu’aouéouon uo routo délimitado, marquaouon d’uo busquéto é un papè blanc qué délimitaouo la journado dé trabail, qu’èron lous prumès jardinès dé la naturo. Lous téms an hèyrouzomén cambiat, uo faucarduzo bièn règlado dabé un chauffur èxpériméntat abat un trabail counsidérablé. Qué caou éncouèro passa prou soubén, émprémou coupà hèrbo dé un mèstré cinquanto hai bouchous qué barron lous barrats. Las sannados aous accotoméns démandon égalomén un souén appliquat éntà accoumpagnà l’aygo dé ruissèlomén ; lous utils utilisats n’an pas éncouèro rémplaçat l’homé ( dou méns diguén nosto régioun).

A un moumén oun mous parlon d’écologio(d’oùn soy un réèl pratiquan) é quant on jutjo l’éntrétièn dous bords dé routo é dous coustous dé bourduro dé nostos routos départoméntalos é camis coumunaous, alabéts qué dé pétits bilatgés an hèyt un éffort rémarquablé diguén soun sèctur, on y surprés é chagrinats qué nosto régioun qué sé bo émbitanto é touristiquo récébo lous bacançiès darrè uo froudaizoun d’herbatgé, qué dèchon à péno bézé las flous dé tournesol qué nostés paysans cultivon ta bièn. Nou s’agis pas  aquiou d’invèstissoméns, més d’éntrétièn.

Et l’éntrétien dé nostés bords dé routo, y bièn aco lou prumè jardin dé la Franço. 

Qué séré souhaitablé qué nostés écologistos baillayrés dé counséils mous bénguon expliqua qué nou caou pas dailla lous bords dé routos éntà proutètja quaouqué nizè : Baou méillou pléa lous barrats d’hèrbo, qué dé proutètgea routos é camis ruraous qué souffrichén d’un machan assainissomén, é qué ruinon las coumunos   é lous départoméns én budgèt dé réfèctioun.

Qui bièn évidén qué éntà un élut un camin naou coubèrt dé bitumé y més positif q’un barat récurat. En aquésto périodo qué mous parlon d’économio, qué séré appréciablé qué l’avis dé nostés brabés agriculturs, ou citadains frountaliès d’aggloumératious,éstaiço prés én coumté, aco aouré aou méns l’aouantatgé d’éstabli un dialoguo, qué sé tèrminèsso pèr actious més aouantatjouzos, dounc més noumbrouzos, so qué séré l’aouantatgé dé touts.

Le bon côté bien fauché, le fossé et talus bien nettoyé. Qu'il est beau notre Astarac !

Le bon côté bien fauché, le fossé et talus bien nettoyé. Qu’il est beau notre Astarac !

Un bord de route agréable à regarder !

Un bord de route agréable à regarder !