Le tour de France.  

Notre Astarac, de part sa situation géographique, est très proche des Pyrénées, passage quasi obligatoire à cette belle et grande manifestation qu’est le tour.

C’est comme cela qu’il est appelé par les nombreux amoureux, sportifs ou promeneurs qui s’y rendent à moins de  100 Kms. La majorité des Français considèrent cet évènement sportif, à nul autre pareil, comme Evènement de l’année. Comme toute vedette il est lui aussi, victime de problèmes assez conséquents, mais comme un grand il les domine, et il les dominera toujours, c’est notre vœu le plus cher, car indispensable à notre pays, quoi qu’en pensent quelques esprits destructeurs.

Je me souviens de l’année 1950, nous étions partis à quatre, dans la 301 de Mr Charles, Gilbert, Aimé, et votre serviteur, a St Gaudens sur le circuit Automoblile de Valentine voir l’arrivée de l’étape Lourdes St Gaudens Abandon de Bartali, et de toute l’équipe Nationale Italienne (Bagarres à coups de pompe durant l’étape). Pour une découverte c’était un peu loupé, mais cette affluence sur les gradins ! Inimaginable ! En 1952, jeune représentant de matériel Agricole, je me vois encore partant avec le Voyageur de la Société, dans la soirée, avec une 4 cv Renault, et aller coucher dans un col fermé aux véhicules dans la soirée, et se trouver à une place convenable, pour voir passer les coureurs dans le Tourmalet. Je vous laisse imaginer la nuit passée dans une 4 cv, par deux personnes de 90 Kg chacune, l’une à l’avant l’autre à l’arrière, mon jeune âge (19 ans) m’avait valu la place avant. Mais tout cela était accepté pour voir passer le peloton quelques instants, mais quelle ambiance, avec la caravane, ces repas sortis de la musette, ses bouteilles partagées avec les voisins, jusqu’à la dernière goutte. (On ‘savait’ boire à l’époque).

Plus tard avec la fiancée, le passage du tour à 6 kms de la maison (Labarthe) étape de plat venant des Pyrénées abandon de Hugo Koblet, a quelques hèctomètres. Quelques années plus tard St Médard (6 kms également) retour des Pyrénées traversant le Gers. Egalement dans les années 2000 traversant l’astarac d’ouest en est, direction Toulouse, à St Arroman dans une boucle d’une très belle côte piqueniquer avec des amis. Ceci pour raconter le privilège dont nous avons profité, et ce petit récit peut être renouvelé dans tous les coins de l’hexagone, ce qui fait le succès de cette grande boucle. Mais toute joie et reconnaissance rencontre aussi ses peines.

En1997, lors du passage du Tour de France à Mirande, les cadettes du Bac Mirande Basket étaient championnes de France, les dirigeants me demandèrent d’organiser une publicité annonçant à l’entrée de la ville, par un calicot 4x3m, cette récompense. L’autorisation en fut demandée au Gestionnaire de ce panneau pour la durée de la Journée. Ce calicot très éphémère fut réalisé à la bombe par un membre du Bureau et apposé le matin même. 100 à 150 spectateurs, desquels je fais partie avec mon épouse saluaient la caravane à son passage. Et après celle-ci, avant le passage des coureurs une voiture équipée d’une échelle, et de deux personnes décidées, arrachèrent le calicot devant nos yeux, et jetèrent celui-ci par-dessus le pont. Personne n’eut le moindre réflexe, tant nous étions médusés, et que rares étaient les personnes qui pouvaient deviner pourquoi ceci s’était passé.

Quand à moi malheureusement, j’étais le Ier intéressé ; j’étais le Président du Bac Mirande, ce fut une des hontes de ma vie, partagée avec mon épouse.

 

 Lou Tour dé Franço.

Nosté Astarac, dé pèr sa situatioun géographiquo, y proché dé las Pyrénéos, passatgé awbligatwèro à aquéro grano é bèro manafèstatiou qu’éy lou tour.

Qui ataw qué l’appèron lous noumbrouzés amourous, sportifs ou passéjayrés, qué s’y réndén à méns dé Cén Kms. La majouritat dous Francés counsidèron aquét évènomén sportif éncoumparablé, coumo l’évènomén dé la nado. Coumo touto vedètto, qu’y ét tabèn victimo dé problèmos prou couséquénts, més coumo un gran qué lous domino, é lous dominérà toutjours, qui nosté souhait lou més préférat, émprémou éndispénsablé à nosté pays, quwè qu’én pénsén quawqués èsprits dèstructurs.

Qu’ém brémbi dé la nado milo naw cén cinquanto, èron partits à quwaté, diguén la très cén un dé Mu Charles, Gilbert, Aimé, é vosté sèsbitou, à Sén Gawdéns suw circuit Automobilo dé Valéntino bézé l’arribado dé l’étapo Lourdo Sén Gawdéns, abandoun dé Bartali, é dé touto l’équipo Italièno (bagarros à cop dé poumpos péndén l’étapo). Pèr uo déscoubèrto èro un paw loupado ! més qu’in moundé sur aquéts gradins ! Inimaginablé ! En cinquanto dus, jouén répréséntan én matérièl agricolo, qu’ém béy éncwèro parti dabé lou bouyatjur dé la Souciètat, diguén la swèrado, dab uo qwaté chibaws Renault, é ana dromé diguén un col barrat aws véhiculos diguén la swèrado, é sé trouba à uo plaço counvénablo, éntà bézé passa lous coururs diguén lou Tourmalét. Qué bous dèchi imaginà la néyt passado diguén uo qwaté chibaws, pèr duos pèrsounos dé qwaté vint dèt Kgs, l’uo dawan, l’awto darrè, moun jouén atgé (dèzo naw ans) m’awè balut la plaço dé dawan. Més tout aco èro accèptat éntà bézé passa lou péloutoun qu’awquos minutos, mès qu’ino émbiénço, dabé la caravano, lou répas sourtit dé la muzétto, las boutéillos partatjados dabé lous bézis, dinco la darrèro goutto, (qué’sabéwon’ béwé à l’époquo).

Més tard dabé Luciènno, lou passatgé dou tour à chés Kms dé la Maysoun ( Labartho) étapo plato vénguéwo dé las Pyrénéos abandoun dé Hugo Koblèt a qu’awqués hèctomèstrés. Qu’awquos annados més tard Sén Médard  ( chés Kms  égalomén) rétour dé las Pyrénéos trawéssan lou Gérs. Egamomén diguén las annados dus milo trawèssan l’Astarac dé l’wèst à l’èst dirèccioun dé Toulouzo à Sént Arroman diguén uo bouclo d’uo bérroyo costo, ‘coupa la crousto’ dabé amics. Tout aco éntà racountà lou pribilètgé qu’awén agut, é un réçit coumo aquét sé pot racountà a cado cwén dé l’hèxagono, ço qué hait lou succès d’aquéro grano bouclo. Més cado jwè é récounéchénço réncountro tabé sas pénos.

En milo naw cén qwaté vint dèzo sèt, lou tour passo, é  Las jouénottos dou Bac Mirando Baskét soun champiounos dé Franço, lous dirigeants én démandon d’organiza uo publiçitat à l’éntrado dé la bilo, dabé uo télo qwaté  pèr trés,éntà aquéro récoumpénso. Qué démandèy dounc l’autorisatioun  aw gèstiounari d’aquét pannèw, dé pawza la télo  la durado dé la journado. Aquét trabail èro éstat réalizat à la boumbo pér un mémbré dou burèw, é pawzat lou maytin mèmo. Cént à cént cinquanto spèctatous, coumo jou,doun hazéwi partido dabé Lucièno, saludawon la caravano à soun passatgé. Et après aquésto, é awan lou passatgé dous coururs uo voituro équipado d’uo éscalo, é dé duos pèrsounos déçidados, arringuèn la tèlo, é la jétèn pès déssus lou pount. Digun n’awouc lou réflèxé, tant éstèn éstounats, é qué raros èron las pèrsounos qué poudéwon dévinà pérqué aco s’èro passat.

Quand à jou malérouzomén, qu’èri lou prumè éntéréssat ; Quèri lou Présidént dou Bac Mirando, qu’éstèc uo dé las hountos dé ma bito, partatjado dabé Lucièno.

Passage du col du Portillon. Chute d'Ocana au col précédent.

Passage du col du Portillon. Chute d’Ocana au col précédent.

Passage au col des deux premiers. C'était en juillet 1971.

Passage au col des deux premiers. C’était en juillet 1971.