Les champignons. Ce chapitre, dans notre Astarac, a une place importante dans notre culture, j’ajouterais même dans notre Agriculture.

Il n’est pas un moment dans l’année ou l’Agriculteur ne fait par référence à ce cryptogame qui lui préoccupe autant de soucis, que de plaisirs, (les maladies : mildiou sur la vigne, l’oïdium sur les légumes, les céréales), mais aussi la cueillette (des mousserons, des girolles,  des coulemelles, et le prestigieux roi de la forêt : le Cèpe). Je n’ai pas été un fanatique de cette cueillette, handicapé par une très mauvaise vue à mon adolescence, mais j’ai une grande admiration pour ces Agriculteurs, observateurs ‘génétiques’ du suivi de la végétation, mais aussi chercheurs ‘privilégiés’ de ce fameux champignon.

Les alentours herbeux de son jardin, la haie de séparation de son verger, le parcours des animaux autour de sa ferme sont les premiers éveils, en Avril pour la ‘visite’ aux mousserons. Cueillette réservée aux connaisseurs, car si on ne connaît pas les ‘endroits’ on rentre bredouille, il y a bien la ‘mousseronnière’ éloignée connue depuis toujours, mais jamais divulguée, par le connaisseur, celles-ci se perdent de plus en plus ; les aménagements récents des terres ont supprimés leur emplacements, d’autre part, les secrets arrivent à se ‘percer’. En Juin les orages nous amènent les girolles, qui sortent têtes jaunes  comme des soleils, et un peu plus tard en fonction des saisons le Cèpe de printemps, avec toutes ces variantes intéressant pour sa précocité, mais pas aussi parfumé, surtout pour la conserve, que son cousin de Septembre Octobre, de là son nom ; de roi de la Forêt.

Mon épouse Lucienne, est une passionnée de la Forêt, et de ses champignons, elle est vraiment dans la ligne ’génétique’ de ces paysans observateurs qui savent voir pousser les fruits de  la nature, elle m’a permis d’avoir un œil critique sur le comportement de l’Agriculteur, mais aussi sur la possession de ce fruit de la nature qu’est le champignon sur ses terres. Quand, dans une discussion vous posez la question s’il va y avoir des champignons ‘cette année’, Il vous est souvent répondu, on n’en a pas encore vu, par contre les fumets portés par le vent d’ouest, émanant de la cheminée vous donnent la réponse. Un chercheur de champignons est très discret au retour de sa cueillette, il ne dévoilera pas son panier comme un chasseur, sa gibecière, il apprécie le fruit de sa forêt, il accepte de le partager, mais pas a n’importe quelle condition, car là nous rentrons là dans le grand dilemme :

Ce fruit de sa terre est bien la propriété du possesseur de la forêt, et ceci sans équivoque. Dans notre civilisation actuelle, ou le civisme, la politesse, le respect de l’autre, de sa propriété, tout se mélange un peu, et surtout se pratique à son avantage, et cela est bien dommage. Qui aurait-il de plus beau de comprendre, que nous avons une autorisation à demander au propriétaire, de cueillir quelques champignons, je n’en connais pas beaucoup qui refuseraient. Par contre revoir ces mêmes personnes les revendre au marché, ne l’aiderait pas à renouveler l’autorisation.

Il existe également les forêts Communales ou Domaniales, qui sauf Arrêtés, sont ouvertes au public. Il est dommage d’avoir à le rappeler aussi souvent, et que la vie serait si agréable a traverser, s’il existait ce dialogue de civisme et de respect, avec nos proches voisins.

 

 Lous Camparos. Aquét chapitré, diguén nosté Astarac, a uo plaço émpourténto diguén nosto culturo, qu’ajoutérèy mèmo diguén nosto Agriculturo.

N’y a pas un moumén dé l’annado oun l’Agricultur nou hai référénço én aquét cryptogamo qué lou préoccupo aoutan dé souçis, que dé plazés, (las maladios : mildiou dé la bigno l’oîdiom suous légumés é las Céréalos), més tabén‘l’amassado’ (dous moussarous, dé las lécassinos, dé las couèrlos, é lou célèbré réy dou boch : lou Cép) Nou soy pas éstat un fanatiquo d’aquéro récolto, héndicapat pèr uo machanto bisto  qu’an éri dronlé, més qu’èy uo grano admiratiou éntaous agriculturs, obsèrvaturs ‘dé néchénço’ dou séguit dé la végétatioun, més tabén sèrcayrés ‘privilétgiats’ d’aquét famus camparo.

Lous aléntours hèrbuts dou cazaou, la sègo dé séparatioun dou bèrgè, lou parcours dous animaous aoutour dé la bordo, soun lous prumès cops d’ouéils, én Abriou, à la visito dous moussarous. Amassado résèrvado aous counéssurs ; sé nou counéguét pas lous éndréts, qué boun tournat ataou, ya bièn la moussarouèro un paou louy qué counéguét démpuch ‘toutjours’, més jamés répétado pou counéssur, aquéstos sé pèrdén dé més én més ; lous aménatgoméns dé las tèrros an supprimat lous émplaçoméns, dé més lous sécréts arribon às ‘pèrça’.En Juin lous aouratgés mous amion las lécassinos, qué sortén toutos jaounos coumo souréys,  é un paou més tard én founctioun dé las sazous lou Cép dé printémps dabé toutos sas variantos, éntéréssén pér sa précouçitat, més pas ta parfumat, surtout éntà la counsèrvo, qué sou couzin dé Sètémé Octobré, d’aquiou soun nom dé ; y dou boch.

Luciènno y uo passiounado dous bochs, é dé sous Camparos, qui réèlomén diguén la ligno ‘génétiquo’ dous paysans observaturs qué sabén bézé poussa lous fruts dé la naturo,qui éro qué m’a pèrmés d’aoué un ouéil critiquo suou coumpourtomén dé l’Agricultur, més tabén sur la pousséssioun d’aquét frut dé la naturo qu’éy lou Camparo sur sas tèrros. Quand, diguén uo discussioun vous paouzon la quéstioun si ba aouézé céps ‘énouan’, qué bous y réspounut, n’aouén pas éncouèro bich, pér countro lous fuméts pourtats pou bén dé darrè, qué sortén dé la chéminéo bous baillon la réspounso. Un cèrcaîré dé camparos qui rédé discrèt aou rétour dé l’amassado, nous bous mountro pas soun payrét coumo un cassayré sa musétto, qu’appréçio lou frut dé soun boch, qu’accèpto dou partatja, més pas à n’importo quino counditioun, aquiou éntran diguén lou gran dilèmné ;

Aquét frut dé sa tèrro y bièn la proupriétat dou pousséssou dou boch, é aco sénsé discussioun poussiblo. Diguén nosto civilatioun actuèlo, oun lou civismé, la poulitésso, lou réspèct dé l’aouté, dé sa proupriétat, tout sé mélango un paou, é surtout à soun aouantatgé, é aco y bièn doumatgé. Qu’y aouré dé més bèt dé coumpréngué, qu’aourén uo aoutorizatioun à démanda aou proupriétari d’amassa quaouqué camparo, Noun counégui pas trop qué réfuzérén. Pèr countro bézé aquéros mèmos pèrsounos lous rébéaou marcat, nou lou ba pas ayda à rénoubéla l’aoupératioun.

Qu’éxiston égalomén bochs coumunaous, ou dé l’Estat qué, a part d’arrèstats soun aoubèrts aou public. Qui doumatgé d’aoué à rappélà ta soubén, é coumo la bito séré agréablo à traouèssa, s’èxistaouo aquét dialoguo dé civismé é dé rèspèct, dabé nostés prochés bézis.

Juillet 2010. Les Vacanciers Bretons, avec la ramasseuse de Champignons Lucienne, qui tient 'Clochette'

Juillet 2010. Les Vacanciers Bretons, avec la ramasseuse de Champignons Lucienne, qui tient ‘Clochette’

Il y en avait un beau cageot.

Il y en avait un beau cageot.