120 L‘accueil à Mirande. Donc comme raconté quelques chapitres auparavant, c’est depuis le 2 Novembre 2004, que nous habitons ‘A l’Embarrat’ chemin des Gaillats. Notre 1er travail fut d’aller rencontrer les voisins, tous très gentils au demeurant pour nous présenter, d’ailleurs quelques jours plus tard, nous les invitions à un apéritif amélioré, qu’ils apprécièrent énormément, ce qui nous permis de faire plus amples connaissances.

Car avoir fais ses études à Mirande, y avoir préparé sa formation, par la suite avoir pratiqué un commerce pendant 13 ans, n’a rien à voir avec ‘habité ‘ à Mirande. Ceci est la vie de tous les jours et de toutes les nuits, c’est une intégration totale, et croyez moi cela est très différent. De légers aménagements furent effectués pendant deux ans ‘deuxième garage, fermer une véranda, aménagement d’un chauffe eau solaire, investissement en photovoltaïque, rien à faire à l’intérieur de la maison qui était quasiment neuve.

Pour la petite histoire je dirais que 65 ans auparavant (Juillet 1949) le Châtelain de Clermont, (notre voisin), m’appris, exactement à l’endroit ou se trouve  la maison, lors de la fauche du blé à la moissonneuse  lieuse, comment revenir avec le tracteur Ferguson sur l’andain pour tourner à l’équerre. Ce champ qui faisait plus de 10 hectares appartenait à son frère propriétaire du château de Laplagne. J’avais 16 ans ; était- ce prémonitoire ?

Pour revenir sur notre adaptation à la Ville cela fut assez facile, mais nous étions quand même des «  oiseaux des champs » et fiers de l’être, mais il y a des évidences que l’on ne peut éviter. Nous avions, assez prêts, de nous des amis de toujours venus quelques années avant dans le quartier, je pense à Charlot (aujourd’hui disparu) à l’ami Paul (toujours sur la brèche), Marthou la cousine à Lucienne, ce furent nos premières rencontres.

Clermont n’étant pas très loin, chaque brise venant de l’ouest, nous conduisait vers nos amis et parents. Pendant ces temps quelques amis vacanciers dans notre  Gîte Rural du Billan passèrent nous rendre visite, et passer quelques jours avec nous (ils passent encore), d’autres que nous avions connus au Gîte, et avec lesquels j’étais restés en contact, car ils souhaitaient s’installer à Mirande, avaient loué une maison. Plus tard, alors que j’étais à la retraite, elles ont acheté une maison ‘chemin de la roze’. Nos relations sont toujours conservées, et Corinne à participé à l’édition de mon livre « Le Patois Gascon ».

Tous ces contacts et relations sont très utiles quand il y a changement d’habitudes dans nos vies, je reconnais, que pour moi qui avait passé la moitié de  mon existence à Mirande, ce contact  existait  mais pour mon épouse qui  avait passé toute sa vie à la Ferme familiale, ces liens amicaux étaient d’autant plus appréciables qu’ils permettaient d’agrandir les connaissances, et se préparer à d’autres ouvertures indispensables aux  ‘séniors’ que nous sommes.

Je souhaite vivement à  nos générations futures de préparer ces relations, aux séniors que nous étions, car elles sont indispensables à une fin de vie agréable et sereine.

 

 

 

 L’Accuil à Mirando. Dounc coumo racountat quaouqués chapitrés  aouan, qui lou Dus Nouvémbré Dus Milo Quaouté qu’habitan  ‘A l’embarrat’, camin dous Gaillats. Nosté prumè trabail éstèc dé réncountrà lous bézis, toutés aymablés éntà mous prézéntà, d’aillurs quaouqués jours més tard qué lous émbitèn à un apéritif améliourat, qu’éstèc bièn appréçiat, so qué mous pèrmétouc dé hai més  amplo counéchénço.

Emprémou, qu’è hait lous éstudis à Mirando, y aoué préparat sa fourmatioun,pèr la suito pratiquat un coumèrço péndén trétz’ans, n’a arén à bézé dabé ‘habita à Mirando’. Aco y la bito dé cado jour é dé cado néyt, qui uo éntégratiou totalo, é crézét- mé aco y rédé différént. Dé léougès aménatgoméns éstèn réalisats péndén dus ans, un ségound garatgé, bitrà uo véranda, aménatjomén d’un chauffeau  solairo, un invèstissomén én photovoltaïquo, rén à hai à l’ntériur dé la maysoun, qu’èro pratiquomén naouo.

Entà la pétito histouèro, qué dirèy qué soixanto cinq ans aouan (juillét Milo Naou Cén Quaranto Naou) lou Chatelain dé Claramount (nosté bézin) m’apprénguéouo, èxactomén à l’éndrét oun sé trobo la maysoun, éntà la séguèro dou blat, à la moissonuzo- liuzo, coumo tourna dabé lou tractur Ferguson,à l’ésquayré suou nay. Aquéro pèço hazéouo més dé dèt hectaros, apparténguéouo à soun fray, proupriétari dou Castèt dé Laplagno. Qu’aouèy sétz’ans ; èro prébich ?

Entà tourna à nosto adaptatioun à la Bilo, aco éstèc prou façilé, més qu’èron quand mèmo ‘aouzèts dé Campagno’ é fièrs dé l’èsté, més y a évidénços qué nou podén éjbità. Qu’aouéouon, prou proché dé nousaous, amics dé toutjours vénguts quaouquos annados aouan diguén lou quartiè, Qué pénsi  à Charlot (aouéy disparut), à l’amic Paul,( toujours sur la brêcho), Marthou la couzio dé Lucièno, qu’éstèn nostos prumèros réncountros.

Claramount n’èro pas trop louy, cado cop qué bouhaouo lou vént dé darrè, mous amiaouo décap aous amics é paréns. Péndén aquéts témps, quaouqués amics bacanciès dé nosté Gito Rural dou Billan,passaouon nous réndé visito é démouraouon quaouqués jours dabé nouzaous (qué passon éncouèro), d’aoutés qu’aouèn counéguts aou Gito, é damb’érés éri démourat én countact, qu’és bouléouon énstallà à Mirando, aouèn lougat uo villa. Més tard, alabéts qu’èron à la rétraito, qué croumpèn uo mayzoun aou ‘Camin dé la Rozo’. Nostos rélatious sé soun toujours counserbados, é Corinno à participat à l’éditioun dé moun libé ‘lou Patouès Gascoun’.

Tout aquérés countacts é rélatious soun rédé utilés quand y a changomén d’habitudos diguén nostos bitos, qué récounégui qu’éntà jou qu’aouèy passat la méytat dé moun èxisténço à Mirando, aquét countact èxistaouo, més éntà Luciènno qu’aouè passat touto sa bito aou Billan, aquérés lièns amics èron  d’aoutan més appréçiablés qué pèrméttéouon d’agrani las counéchénços, é a préparà d’aoutos aoubèrturos aous ‘séniors’ qu’èron.

Qué souhaiti à nostos génératious futuros dé préparà aquéros rélatious, qué soun éndispénsablos à uo bito agréablo é hèyrouzo.

2013. Entrée de l'Embarrat

2013. Entrée de l’Embarrat

Le talus fleuri de Lucienne.

Le talus fleuri de Lucienne.