Un Patois Gascon. 

Alors que s’ouvre devant moi ma 9ième décennie, j’ai besoin de m’arrêter  faire un petit examen de conscience, et surtout remercier le créateur de me laisser sur terre accompagné par mon épouse depuis 55 ans.

Nos enfants, et mes frères, chacun dans un chapitre différent nous ont fêtés ‘royalement’ ce changement de décennie. Ces moments, sont des instants privilégiés, surtout quand on est en croisière sur notre chère Baïse, à la méditation et aux confidences. Imaginez Papa Maman, et les trois enfants dans le carré du capitaine,  voguant sur l’eau pendant une journée remémorant leur vie : c’est somptueux !

Tous les instants y sont passés, même les mémoires sur mon blog, et le 1er tome de mon livre en vente. Et dans la discussion c’est mon ainé Alain, le chef de la tribu qui me susurre gentiment : ton livre, compte tenu des nombreux patois Gascons devrait s’appeler : Un patois Gascon, (Ah ces puristes !), je pense que j’en tiendrais compte. Et oui vous l’aurez compris tout me ramène à cette langue qui a été la première à sortir de ma bouche, et que j’ai apprise au sein de ma mère « la Lénguo Mayrano » dont nous avons tous, qui que nous soyons, une expression naturelle, et pour moi c’est ‘un’ patois Gascon.

Dans quelques mois paraitra le 2ième tome du Patois Gascon à la demande de nombreux locuteurs, qui n’ont pas encore abandonnés leurs livres, merci a eux, mais qui pensent de plus, à des personnes ne pratiquant pas l’informatique,  d’avoir entre leur main un document qui leur permettra de se rappeler cette langue qu’ils ont connue, et pourront se l’a rafraichir. Car pour moi, et je suis sincère, je prend plus de plaisir à écrire le « phrasé » de mon patois, qu’a raconté ma vie, par contre, elle m’a aidée peut-être à satisfaire deux catégories de  lecteurs différents, et pour moi à dérouler un écheveau qui a faciliter mon travail.

L’appui du lexique de Jacques Tujague, m’a permis de vérifier quelques mots oubliés, et de m’en tenir à une ligne de conduite voulue qui se résume en quelques points que je vous rappelle. Le ou et le ou seront utilisés pour le même phrasé. Le e n’est jamais neutre il est é ou è. La tonalité du mot est donnée par un accent sur la lettre du mot.

Ce tome poursuivra le précédent, de 50 chapitres supplémentaires avec photos couleurs. Cette langue maternelle, chère à chacun d’entre nous fait partie de notre vie, elle est prioritaire pour nous a toutes les autres, elle est le lien de nos racines, et ne peut être comparée aux quatre ou cinq langues que parlent les érudits multi linguistes, et cela est valable pour tous les hommes ou femmes de toutes  couleurs. Ne faisons donc pas d’amalgame, personne n’a le droit d’identifier cette langue, elle est naturelle.

Par contre la liberté de chacun par la suite, d’apprendre la langue de son choix,(après l’officielle) est tout aussi naturelle, mais la «  langue maternelle » ne se remplace pas, elle est une, et indélébile. Que mes amis occitans dont je fais partie, ne prennent ombrage de ces affirmations, elles sont valables à tout individu, elles sont transmises avec plus ou moins de rondeurs d’écriture, je ne suis pas un écrivain, encore moins un romancier, par contre j’essaie de transmettre avec mon cœur, les choses qui ont guidé ma vie.

 

 

 Un Patouès Gascoun.

Alabèts qué s’aoubrèch daouan jou la naou’ièmo décénio, quèy bézouy dé m’arrèstà éntà hai un pétit éxamèn dé counciènso, é surtout rémèrçia lou créatou dé m’aoué déchat sur tèrro accoumpagnat pèr Lucièno démpuch cinquanto cinq’ans.

Nostés dronlés, e mous frays, cadun diguén un chapitré différént nous aouéouon hèstéjat  ‘royalomén’ aquét canbiomén dé décénio. Aquéts mouméns, sou mouméns privilégiats, surtout quant on ‘éy én crouasièro sur nosto caro Baïzo, à la méditatioun  é a las counfidénsos. Imaginats, Papa, Mama, é lous très dronlés, diguén lou carrat dou capitani,  évolua sur l’ayguo péndén uo journado, rémémourant lou témp passat : y fabulous.

Toutés lous mouméns passats, mèmo la mémouèro dé moun « blog », é lou prumè tomo dé moun libé én bénto. Et diguén la discussioun qui Alain,l’Aynat dé la tribuo quén dit tout géntimén : toun libé counté téngut dous noumbrous Patouès Gascous sé déouré apérà : Un patouès Gascoun ( ah aquéts ‘puristos’ !), qué pénsi qu’én ténguérèy counté. Et oui, ag’aourat bièn coumprés tout mé ramio  én aquéro lénguo, la prumèro à sorté dé ma bouco, é qu’èy apprés aou vénté dé Mama « La lénguo Mayrano », doun aouén touts , qui qué siam, uo èxpréssiou naturèlo, é éntà jou qui ‘un’ Patouès Gascoun.

Diguén quaouqués més paréchérà lou ségoun tomo d’un Patouès Gascoun, à la démando dé noumbrous locuturs, qué n’am pas éncouèro abandounat lous libés, mèrçio à érés, més qué pénson dé més, à pèrsounos qué nou pratiquon pas l’informatiquo, d’aoué éntré las mas un documén qué lous pèrmétto d’és rappélà aquéro lénguo qu’an counégut, ét qué pouscon raffrésqui. Emprémou éntà jou, é crézét mé, qué préngui més dé plazé a éscrioué lou « phrazat » dé moun Patouès, qu’a racountà ma bito, pèr countro, qué m’a aydat bélèou a satisfaizé duos catégorios dé lècturs différéns, é éntà jou, a déroulà un courdèt qué m’a façilitat lou trabail.

L’appui dou lèxiqué dé Jacques Tujague, m’a pèrmés dé vérifià quaouqués mots déjbrémbats, é dé m’én téngué à uo ligno dé counduito bouludo qu’és résumo én quaouqué punt qué bous baou rappèlà. Lou ou et lou ou séran utilisats éntaou mèmo phrasat. Lou e n’y jamés nutré qu’éy é ou è. La tounalitat dou mot y baillado pèr un accent sur la léttro.

Aquét tomo séguirà lou précédént, dé cinquanto chapitrés suppléméntaris dabé photos én coulou. Aquéro lénguo matèrnèlo, caro à cadun dé nouzaous hai partido dé nosto bito, qu’éy prioritario à toutos las aoutos éntà nouzaous, qu’éy lou lièn dé nostos raçinos, é nou pot èsté coumparado à las quouaté ou cinq lénguos qué parlon lous éridits multi lénguistos, é aco y valablé pèr toutés lous homés ou hénnos dé toutos coulous. Nou sé qu’aou pas troumpà, digun n’à lou drét d’identifià aquéro lènguo, qu’éy naturèlo.

Pèr countro la libèrtat dé cadun d’appréngué la lénguo dé soun chouès (après l’offiçièlo) y tout aoutan naturèlo, més la « lénguo Mayrano »nou sé rémplaço pas qu’éy uo, é indélébilo. Qué nostés amics occitans, doun hèou partido, nou prénguon oumbratgé d’aquéros affirmatious, qué soun valablos à touto pèrsouno, qué soun transmézos dabé plus ou méns dé rondou d’éscriouturo, nou soy ni un éscruouèn, éncouèro méns un roumanciè, pèr countro qu’assaji dé transmétté dabé moun co, las caouzos qu’an guidat ma bito.

 

Mai 2013. croisière sur la Baïse à Lavardac (47).

Mai 2013. croisière sur la Baïse à Lavardac (47).

Mes 80 ans. Le gâteau d'anniversaire sur l'eau.

Mes 80 ans. Le gâteau d’anniversaire sur l’eau.