N° 118. La ronde des Maïs.

 Ce titre très court mais concret, demande quelques  explications que je vais vous énumérer.  

Dans les années 90, Francis notre Conseiller général, amoureux de vélo, avait l’habitude le Dimanche matin, avec mon jeune frère Michel, Maire de Clermont, et quatre à cinq coéquipiers, de faire une sortie à vélo avant le repas. Les premiers circuits consistaient de prendre les vallées de la petite Baîse, Ponsan, Soubiran, Montlaur, et retour par le Sousson  jusqu’a Clermont.

Plus tard les « Bleuets Mirandais » se joignirent à eux, et s’instaurât ainsi la ronde des Maïs, celle-ci avait lieu au mois de Juillet, après le festival Country Music de Mirande. Cet évènement pris une ampleur départementale, et devint la fête du Maïs de l’Astarac, tant les vallées de cette région sont emplies de champs de  cette Céréale qui  borde nos routes départementales sur deux mètres de hauteur.

Clermont avait la chance de se trouver bien placé pour cette culture, le remembrement, l’assainissement, l’irrigation de cette région, le travail sur le Maïs réalisé sur la ferme expérimentale du Billan, pendant 15 ans, justifiaient un peu ces choix. Pendant quelques années des manifestations importantes s’y réalisèrent, et les deux jours de  fin de semaines étaient copieusement garnis, et surtout très variés, je citerais entres autres une réunion importante sur le Maïs transgénique, (grosse question encore aujourd’hui.) une soirée gastronomique avec les grands chefs de la Compagnie des mousquetaires du Gers (300 repas) la venue à Clermont de la « Compagnie Créole » ; un exploit !

Des expositions de vieux moteurs, de vieux outils de culture du Maïs, également la présentation de volailles anciennes, poules, et cochon noir de Bigorre. La confection du « Millas », pâtisserie paysanne  du siècle dernier, à base de farine de Maïs. Nos cuisinières effectuant la cuisson sur place et livrant la recette et la dégustation aux personnes intéressées, ce stand avait un grand succès.

Le Labyrinthe dans un grand champ de Maïs, mis en place par Christine avec des thèmes pour les enfants et grandes personnes, afin de ne pas se perdre. Des traiteurs midi et soir, afin de satisfaire le grand public, servaient des repas avec le bon poulet du Gers, accompagné par les bons vins des « côtes de Gascogne ».

 Tout cela agrémenté en soirées par des conteurs, entre autres le Béarnais Cazenave. Il faut reconnaître que pendant quatre ou cinq ans, cette manifestation eut un succès reconnu dans notre région, mais comme toutes les bonnes choses, elles eurent une fin. Manque de crédit ? Lassitude ?, il y avait surtout une grande confusion, le public avait cru à une organisation Communale, alors qu’elle était régionale, seul le site les organisateurs étaient locaux, ce qui ne faisait que doubler le mérite de nos Clermontois et de leurs voisins.

Voici raconté trop succinctement cette importante manifestation, qui chaque année réunissait plus de trois mille personnes, elle avait l’avantage de regrouper Agriculteurs et citadins dans un esprit de convivialité ou étaient abordés les grands problèmes, ainsi que la Variété culturelle et la Gastronomie.

Avec le recul on peut penser que des manifestations rurales similaires devraient se perpétuer, en gardant le même style, mais en les rendant itinérantes, et avec un support cultural différent.

 

 

 La Roundo dou Milloc.

 Aquét titré rédé court, més councrèt, démando quaouquos èxpliquatious qué bous baou énumérà.

Diguén las annados quouaté vint dèt, Françis nosté Counséllè général, amourous dé bicyclétto, aouè l’habitudo lou Diméché maytin, dabé moun jouén fray Michèl Mairo dé Claramount, é quouaté ou cinq coéquipiès,aouèn l’habitudo dé hai uo sourtido én vélo aouan lou répas. Lous prumès circuits counsistèn dé préngué la vallèo, dé la Pétito Baîzo, Pounsan Soubiran,Moutlaou, é rétour pou Céssoun dinc’à Claramount.

Més tard « lous Bluéts Mirandés » sé boutèn damb’érés é arribèc ataou « la Roundo dous Milloçs ». Més aquésto aouè loc aou més dé juillét, après lou Festival dé « Country Music » dé Mirando. Aquét évènomént préngout uo amplou départoméntalo, é véngout la hèsto dou Milloc dé l’Astarac, tant las valléos dé la régioun soun garnidos d’aquéro Céréalo qué bordo las routos départoméntalos sur dus mèstrés dé haout.

Claramount aoué la chanço d’éstà bièn plaçado ént’aquéro culturo, lou rémémbromént, l’assainissomént, l’irrigatioun d’aquéro régioun lou trabail réalisat péndén quinz’ans sur la fèrmo èxpérimentalo dou Billan péndén quinz’ans justifiaouon un paou aquét chouès. Péndén quaouquos annados plusiurs manifèstatious émpourténtos s’y réalizèn, é lous dus jours dé fin dé sémano èron bièn garnits, é surtout variats. Qué citérèy éntraou’tos, uo réunioun émpouténto suou milloc transgéniquo (grosso quéstioun éncouèro aouéy), uo souèrado gastronomiquo dabé lous granés ‘chèfs dé la coumpagnio dous Mousquétayrés’ ( très cént répas), la véngudo à Claramount dé « la coumpagnio Créolo », un éxplouès !

Exouzitious dé biéllés moturs, dé biéllés utils  dé culturo dou Milloc, la préséntaçioun dé pouraillo ancièno é dous porcs nérés dé Bigorro. La counfèctioun dou « Millas », pattissério paysano dou sièclé darrè, à bazo dé hario dé Milloc. Nostos couzinèros éffèctuaouon la cuissoun sur plaço, é livraouon la récètto é la dégustatioun à las pèrsounos éntéréssados ; aquét stand agout un grand succès. Lou Labyrèntho diguén uo pèço dé Milloc, boutat én plaço pèr Christino  dambé thèmos entaous pétits, é tabén las granos pèrsounos, énfin dé nous pas pèrdé. Traiturs maytin é sérado, éntà satisfaizé lou gran public, sèrbiouon répas dabé lou boun poulét dou Gérs, accoumpagnat pèr lous bounés vis dé las « Côstos de Gascougno ».

Tout aco agréméntat pèr counturs, éntr’aoutés lou Béarnés Cazenave. Qué caou récounégué qué péndén quouaté ou cinq’ans aquéro manifèstatioun agout un succès récouynégut diguén la régioun,més coumo toutos las bounos caouzos aougoun uo fin : Manquo dé crédits ?, Lassitudo ?yaouè surtout uo grano counfuzioun, lou public aouè crézut à uo Organizatioun Communalo, alabéts qu’èro Régiounalo, soulés lous organizaturs èron dou pays, so qué nou hazéouo qué doubla lou mérité dous Clèrmountoués, é dous  bézis.

Aquiou racountat trop succéntomén aquéro émpourténto manifèstatioun, qué cado nado réuniouo més dé trés milo pèrsounos, qu’aouè l’aouantatgé dé régroupà Agriculturs é citadains diguén un èsprit dé counvivialitat, oun èron abourdats dé grands problèmos, tabé variétat culturèlo, é la Gastronomio.

Dabé lou récul on pouyré pénsà qué talos manifèstatious ruralos similarios, sé déourén pèrpétuà, én gardan lou mèmo stylé, més én las rèndé itinérantos, é dabé un support cultural différént.

 

Inauguration de la Place de la Mairie de Clermont. Octobre 2001.

Inauguration de la Place de la Mairie de Clermont.
Octobre 2001.

Le Monument aux Morts de Clermont.

Le Monument aux Morts de Clermont.