6 juin 2004. Nos 70 ans.

 C’était ce jour là l’anniversaire de mon épouse, (70 ans) et je venais de faire 71 ans, 15 jours auparavant, voilà pourquoi ce titre rassembleur.

Nous venions d’arrêter les restaurations au château, je me sentais assez fatigué, et j’avais toujours dis que le 1er événement qui se produirait, serait un repas de famille qui nous réunirait tous à la maison, comme cela se passait dans nos fermes dans le passé.

La préparation commença en début d’année, pour faire l’inventaire des invités, ou parents et voisins qui feraient parti de la fête. Les invitations furent lancées deux mois auparavant afin que nos convives puissent se libérer. Un traiteur fut retenu, nous comptions sur une centaine de réponses, et en réalité, il y eu 20% de défections.

Ce fut pour nous et pour nos invités, une satisfaction de se retrouver comme par le passé autour de grandes tables recouvertes de nappes blanches, sous un grand hangar cimenté, bordé de toiles blanches, sur lesquelles étaient accrochés quelques temps de vie de notre couple, et de leurs trois enfants, relatés par des photos très bien disposées. Les proches parents et les enfants avaient participé à la préparation de cet événement avec l’apéritif sous les ombrages, un déjeuner assez conséquent, suivi d’histoires et de musique douce à la guitare par nos voisins anglais, suivi d’un dîner plus léger, qui accompagna les discussions tard dans la soirée.

Nous avions tous les deux tenus cette réalisation, mais certainement pour des motifs un peu différents ; tout d’abord les retrouvailles d’une grande famille nombreuse toujours difficile à réunir, et de plus, et ceci n’étant ressenti, que par votre serviteur, qui lui se sentait diminué par une polynévrite qui ne s’améliorerait pas, savait qu’il faudrait assez rapidement prendre des dispositions, qui seraient difficiles à supporter par son épouse née sur cette ferme.

C’était en sorte un adieu prémonitoire à cette maison qui l’avait vu naître  mais donc personne en ce jour n’avait deviné l’issue. Je peux dire aujourd’hui, avec le reculde 10 ans,  que je ne m’étais pas trompé, quand je vois l’état de mes jambes, je ne peux plus monter un escalier, mon déséquilibre m’interdit le moindre travail debout, je ne me voyais pas entretenir 3 Ha de parc avec 200 arbres, les haies et ruisseaux et fossés. De plus supporter l’entretien de deux maisons, le tout par de la main d’œuvre payante, était démesuré avec nos moyens.

Je savais donc qu’il fallait déjà envisager patiemment mais surement l’achat d’une maison de plein pied assez grande, avec du terrain pour créer un petit jardin potager, et fleuri, deux garages pour mettre les voitures à l’abri. Je savais que le déchirement serait assez difficile à supporter, je n’avais pas le droit de me tromper.

Mon avantage d’avoir passé 13 ans dans l’immobilier, ne me donnerais aucune excuse. Par contre l’expérience que j’avais m’assurait que le bien que nous avions à vendre, demanderait un peu de temps, mais avait une valeur certaine, que confirmait 2,5 Ha de forêts très intéressantes. Comme les décisions seraient difficiles à prendre, je savais aussi qu’il fallait acheter, avant de vendre.

Je peux dire sereinement aujourd’hui que les transactions se passèrent dans de très bonnes conditions, quand au résultat sentimental, je ne m’étendrais pas, mais encore à ce jour, il reste de grosses séquelles.

 

 Chés dé Juin Dus Milo Quouaté. Nostés Soixanto dèts ans.

Qu’èro aquét jour l’annivèrsari dé Lucièno, (soixanto dètz’ans), é jou qué bénguéoui dé hai soixanto ounz’ans quinzé jours aouan, émprémou d’aco aquét titré coumun.

Qué bénguéouon d’arrèstà la restaouratioun dou castèt, quén séntioui fatiguat, é qu’aouèy toujours dit qué lou prumè évènomén qu’és produiscoussé séré un répas dé famillo qué mous réuniré à la maysoun, coumo sé passaouo d’aoutés cops à la campagno.

La préparaçioun couméncèc aou début de la nado, éntà hai l’émbéntari dous émbitats, oun paréns é bézis hérén partido dé la hèsto. Las émbitatious  éstèn lançados dus més aouan, éntà qué lous émbitats és poudousson libéra. Un traitur éstèc réténgut, qué countaouon sur uo cénténo dé réspounsos, é én réalitat, y agout vint pèr cént dé défectious.

Qu’éstèc éntà nouzaous, é éntaous émbitats, uo satisfactioun d’és rétrouba coumo d’aoutés cops aoutour dé granos taoublos récourbèrtos dé nappos blancos, débat uo granjo ciméntado, bourdado dé télos blancos, oun èron accrouchados quaouquos photos , qué rappélaouon la bito dé nosté couplé, é dous très dronlés dé la famillo. Lous prochés paréns aouèn participat à la préparatioun d’aquét évènomén, dabé l’apéritif débat lous arbrés, un répas prou counséquént séguit d’histouèros é dé muziquo douço, à la guitarro pèr nostés bézis anglés, séguit pèr un soupà més lèougè, qué pèrmétouc dé discutà tard diguén la souérado.

Aouéouon téngut tout dus én aquéro réalizatioun, més cèrtainomén pèr razous différéntos ; tout d’abord réuni uo grano famillo noumbrouzo toujours diffiçilé à rassémblà, é dé més, aquo n’èro résséntit qué pèr vosté sèrbitou, qui ét és séntiouo diminuat pèr uo polynévrito qué nou s’améliouraouo pas, é qué sabéoui qué caléré préngué rapidomén d’aoutos dispouziçious qué sérén diffiçilos à suppourtà pèr Lucièno, néscudo én aquéro maysoun.

Qu’éro uo sorto d’adiou à la mayzoun natalo, mès dounc digun n’aouéouo boulut parlà. Qué podi dizé aouéy, dabé lou récul dé dèts’ans, qué nou m’èri pas troumpat, qu’am béy l’éstat dé mas camos, nou podi pas mountà un éscalè, moun équilibré m’éntèrdit tout trabail drét. Noum bézéoui pas éntréténgué très hèctaros dé parc dabé dus cént arbrés, las sèguos é lous arrious é barats. Dé més suppourtà l’éntrétièn dé duos maysous, lou tout pèr man d’obro pagado, éro disproupourçiounat éntàs nostés moyèns.

Qué sabéoui dounc qué caléouo énvizatja patiamén més séguromén l’achat d’uo mayzoun dé plén pè, prou bèro, dab tèrrén éntà hai un poutatgè, é flous, dus garatgés éntà boutà las voituros à l’abrit.Qué sabéoui qué lou déchiromén séré diffiçilé à, suppourtà, n’aouèy pas lou drét d’én troumpà.

Moun aouantatgé d’aoué passat trétz’ans diguén l’immoubiliè nou m’aouré balut nado excuzo. Pér countro l’éspériénço qu’aouèy, m’assuraouo qué ço qu’aouéouon à béné, démandéré un paou dé témps, més aouéouo uo balou cèrtaino, counfirmat pèr duos hèctaros é méjo d’un boch éntéréssén. Coumo las décisious sérén difficilos à préngué, qué sabéoui qué caléouo croumpa aouant dé béné.

Qué podi dizé sénsén troumpa aouéy, qué las transtractious sé passèn diguén dé rédé bounos counditious, quand aou résultat séntimental, nou mi échéténérèy pas, éncouèro aouèy, ya dé grossos séquèllos.

L'apéritif sous les marronniers. Nos voisins anglais du château.

L’apéritif sous les marronniers.
Nos voisins anglais du château.

Georges et Lucienne. Le gâteau d'anniversaire.

Georges et Lucienne.
Le gâteau d’anniversaire.