115. Changement au château.

 Notre propriété, voisine du Château, nous permettait de profiter d’une vie de voisinage agréable. Malheureusement le propriétaire parti dans la force de l’âge, victime d’une implacable maladie,  contraint la veuve a s’installer dans la ferme rénovée éloignée d’une centaine de mètres du  Château.

Celui-ci était une très belle chartreuse avec cour intérieure, le tout entouré d’un grand parc de deux hectares,il fut vendu à une famille anglaise, lui Avocat, elle Architecte, avec deux jeunes enfants en âge scolaire du second cycle. Nous avions donc un nouveau voisin.

Mes occupations de retraité consistait donc  à tondre  3 Ha de parc planté de 200 arbres, tant fruitiers que d’ornement, j’étais très bien équipé pour cela avec tracteur de 35 cv et tondeuse de  1’80 m. Nos nouveaux voisins sympathisèrent rapidement, et me confièrent l’entretien et la vigilance de leur propriété, car faisant beaucoup de déplacements vers l’Angleterre.

Je devins le Régisseur du Château (rôle qu’avait tenu le grand père de mon épouse dans les années 1920). J’occupais très bien mon temps, et le travail ne me manquait pas, mais je trouvais cela très agréable. Un peu plus tard le propriétaire me demanda si je voulais m’intéresser à de la restauration du château, et lui trouver des ouvriers intéressés à cette restauration. Travail délicat surtout sur les dépendances, (tringlâges de murs) remasticages de grandes fenêtres.

Je m’en fus voir mon ami Roland, maçon, nouveau retraité aussi, souhaitant travailler un peu plus, et lui proposa d’être son « manœuvre », et nous voilà embarqués tous les deux dans une belle entreprise. Nous faisions des journées adaptées à notre énergie ; nous n’avions aucune contrainte, le propriétaire nous avait fait une absolue confiance, et nous étions heureux ! L’après-midi, mon épouse nous amenait le café accompagné de quelques douceurs, voilà comment passèrent de nombreux mois, à occuper notre retraite.

Cela souvent aide à dominer quelques maux latents, mais qui eux, ne nous oublient pas, et lui comme mois, souffrions du mal implacable de l’âge (70 ans), et nous décidâmes de lever un peu le pied.

Un des faits qui nous marqua le plus fut la mise en place d’une croix de mission, sur l’emplacement d’une croix prise par l’ancien propriétaire, afin de là réinstaller sur sa propriété. Le nouveau propriétaire avec notre collaboration et l’aide de matériel adapté nous permis de récupérer une croix démolie, mais très belle dont le crucifix en fonte avait cassé lors de sa chute. Avec beaucoup de patience et la collaboration de voisins avenants, nous pûmes tout récupérer, et lorsque nous rebâtîmes le socle, nous eûmes la surprise de découvrir ce qu’était une « clé de pierre » qui permettait de réunir les quatre éléments du socle de la croix, ce qui nous pris quelques temps de réflexion. Un ferronnier des alentours nous restaura savamment la croix.

Notre « œuvre d’art » scella la fin de notre collaboration avec Roland, et la prise d’une vrai retraite bien méritée, car lui comme moi avions des problèmes que nous nous cachions, mais qui nous rappelèrent à l’ordre.

Quand à moi ne pouvant plus monter d’escaliers, et souffrant d’une polynévrite des membres  inférieurs, il fallu penser à prendre de grandes décisions. C’est ce que nous verrons sur le prochain chapitre.

 

 Cambiomén aou Castèt.

 Nosto proupriétat, bézio dou Castèt, nous pèrmétéouo dé proufità d’uo bito é bézinatgé agréablé. Malhérouzomén lou proupriétari partiscout diguén la forço dé l’atgé, victimo d’un maou implacablé, aco countraignouc la béouzo à s’installa diguén la bordo rèstaourado,à un cénténat dé mèstrés dou Castèt.

Aquésté èro uo poulido Chartruzo dabé cour éntériuro, lou tout éntouràt d’un gran parc dé duos hèctaros éstèc vénut à uo famillo Anglézo, ét,Avoucat, éro Architècto, dabé duos dronlos én atgé sclourari dou ségoun cyclé. Eron dounc dab un naouèt bézin.

Mas occupatious dé rétraitat consistaouon à touné très hectaros dé parc plantat dé 200 arbrés, tant frutès qué d’ornomént, qu’èri bièn équipat ént’aco, dabé un tractur dé trénto cinq chibaous é uo tounduzo dé 1 mèstré quouaté vint. Lous naouèts bézis sympathizèron rapidomén,é én counfièn l’éntrétièn é la gardo dou Castèt, qué hazéouon soubén bouyatgés én Angletèrro.

Béngouy dounc lou régissur dou Castèt (rolé qu’aouè téngut lou gran pay dé Luciènno, diguén las annados  Milo naou cén vint) Qu’occupaoui bièn moun témps é lou trabail nou mé manquaouo pas,  més qué troubaoui aco agréablé. Un paou més tard lou proupriétari én démandéc s’ém bouléoui intéréssa à la rèstaouratioun dou Castèt,é dou trouba aoubriès éntéréssats éntà aquéro rèstaouratioun. Trabail délicat surtout las dépendénços, (tringladgé dous murs) rémastiqua dé granos bitros.

Mén angouy bézé mou amic Roland, naouèt rétraitat, ét tabé, souhaitaouo trabaillà un paou més, é lou proupouzèy d’èsté soun « man’obro » é mous émbarquan toutés dus diguén aquéro béroyo éntréprézo. Qué hazéouon journados adaptados à nosto énèrgio ; n’aouéouon nado countrénto, lou proupriétari mous aouè hèyt uo totalo counfiénço, é qu’èron hèyrous ! L’après méyjour Luciènno mous portaouo lou cafè é qu’aouquo « douçou », ataou passèn forços més, à occupa nosto rétraito.

Aco aydo soubén à dominà qu’aouquo doulou laténto, més éros, nou mous déjbrémbon pas, é ét, coumo jou, souffriouon dou maou implacablé dé l’atgé (soixanto dèts ans) , é déçidèn dé lléoua un paou lou pè.

Un fait qué mous marquèt lou més, éstèc  dé bouta én plaço uo crout dé Missioun, sur l’émplaçomén d’uo crout prézo pèr l’ancièn proupriétari, énfin dé l’a plaça sur sa proupriétat. Lou naouèt proupriétari dabé nosto coullabouratioun, é l’aydo dé matérièl adaptat, nous pèrmétouc dé récupérà uo crout déjmoulido més poulido, dabé un crucifix én founto, coupat diguén la chuto. Dabé patiénço , é bézis éntérésséns, qué poudoun tout récupérà, é quan tournèm basti lou soclé, aougoun la surprézo dé déscoubri so qu’èro uo « claou dé pèyro», qué pèrméttéouo dé réuni lous quouaté éléméns dou soclé dé la crout, ço qué mous préngout quaouqué témps dé réflèxioun. Un fèrrouniè dous aléntours nous rèstaourèc rédé bièn la crout.

Nosto « Obro d’art » scèllèc nosto coullabouraçioun dabé Roland, é la prézo d’uo  rétraito bièn méritado, émprémou ét, coumo jou, aouèouon problèmos qué mous èscounéouon, més érés mous rappélèn à l’ordé.

Quant à jou, nou poudéoui pas més mountà lous éscalès, é souffrioui d’uo polynévrito dous mémbrés énfériurs, qué calou pénsà à préngué dé granos déçisious. Y ço qué bèyran suou prochain chapitré.

La façade de la Chartreuse. Le couloir arrière fait 28 mètres de long.

La façade de la Chartreuse.
Le couloir arrière fait 28 mètres de long.

La Croix de Mission restaurée. Au fond, la fameuse "clef de pierre" qui retient les 4 pierres du socle.

La Croix de Mission restaurée.
Au fond, la fameuse « clef de pierre » qui retient les 4 pierres du socle.