114. Retrouvailles à l’école de Manas.32170, en l’an 2000.

  Le retraité s’ennuyant un peu, j’eu un jour l’idée d’aller voir mon copain André (père du Maire actuel Michel Doneys), et lui suggérer de faire les retrouvailles des anciens élèves de l’école.

La cause en fut retenue, il en parla a son fils (lui aussi ancien élève) qui trouva l’idée intéressante, et promis d’apporter l’aide du Conseil Municipal. Aussitôt avec ma copine Raymonde nous nous attaquâmes a une tâche que nous avions mal mesurée. Et après beaucoup de débroussaillage, de réunions avec le conseil Municipal,la collaboration des enseignants, des visites chez les imprimeurs, et la participation de la Mutualité Sociale Agricole, nous étions prêts à résoudre cette importante réalisation.

Nous remontâmes donc à l’année 1913, date de scolarisation de notre doyenne  (93 ans) Mme Fromigué née Durand à Bastanous. Sa cadette Henriette Junca (88 ans) remplaça la doyenne atteinte de maladie cardiaque, qui n’osa pas se déplacer. Le dernier élève était lui âgé de 5 ans. Plus de 360 lettres d’invitation furent envoyées, l’une à l’Ile de la réunion, l’autre au Chili ayant manqué l’adresse. De plus l’école neuve, bénéficiant d’un regroupement pédagogique, c’est quatre communes alentours qui y participaient également.Ici les élèves étaient plus jeunes (inauguration en 1956).

Vous dire qu’elle était personnellement mon émotion, a préparer cette manifestation, mais vous le comprendrez certainement, j’étais l’élève parti de son village, qui avait perdu quelques racines. C’est donc la date de la Pentecôte qui fut retenue, il restait encore beaucoup de travail, mais il fallait avancer. Mais qu’elle joie ce jour tant attendu, nous vîmes arriver devant la vieille école qui avait revêtit ses meubles d’antan, plus de 200 élèves, enseignants et sympathisants, s’installer à tour de rôle sur les bancs, et se faire photographier à leur place.

Par la suite c’est à l’église que les participants s’entassaient pour écouter les paroles de bienvenue de votre serviteur, pour les élèves, les enseignants, et surtout faire remarquer comment catéchisme, et école de Ferry avait toujours fait bon ménage. Il fut obligé d’abréger ses paroles, tant l’émotion l’ envahit. Nous  eûmes ensuite droit à la dépose d’une gerbe au Monument aux morts entourés des personnalités civiles et militaires, et le Maire Michel avec la complicité du plus jeune élève de l’école, offrit à la doyenne Henriette une belle gerbe de fleurs,  et dans son discours il n’oublia pas de remercier « ses élèves de service » que furent Raymonde Georges et André.

Un grand chapiteau dressé dans la cour de l’école, permit la restauration de tous ces invités, et pendant  et après le repas, la visite des photos anciennes et récentes eurent un grand succès. Le bal de Matinée et soirée permit aux personnes lointaines de renouer un peu avec le Village, et de se quitter chacun à sa convenance se promettant de se rencontrer plus souvent.

Ayant vécu quelques années plus tôt la même manifestation dans mon village d’adoption, et dont mon épouse avait été l’élève, je puis vous dire que même ayant participé à l’élaboration, je ne m’en étais pas ressenti l’auteur, comme à l’école de Manas.

Compréhensible me direz vous ; mais il faut le vivre ! Aujourd’hui à 80 ans, J’ai encore mon institutrice !

 

Sé rétrouba à l’éscolo dé Manas én l’an dus Milo.

  Lou rétraitat s’aouéjaouo un paou, qu’aououy un  jour l’éydéo d’ana bézé moun amic André (pay dou Mairo actuèl Michel Donèys), é lou suggérèy dé hai lou réssémblomén dous ancièns élèvos dé l’éscolo.

La caouzo éstèc réténgudo, én parlèc à soun hill, ( ét tabén, ancièn élèvo), qué troubèc l’èydéo éntéréssénto, et proumétouc l’aydo dou Counséil Municipal. Aouta lèou dab ma copino Raymonde, mous attélèn en un trabail qué n’aouéouon pas bièn mézurat. Et après pas maou dé débtoussaillatgé, dé réunious dabé lou counséil Municipal,la coullabouratioun dous énseignants, visitos chez l’imprimur, é la participatioun dé la Mutualitat Socialo Agricolo, éron prèstés à réaliza aquéro impourténto manifèstatioun.

Qué rémountén dounc a la nado Milo naou cén trétzé, dato dé scoularizatioun dé nosto douayèno (quouaté vint trétz’ans) Mmo Fromigué néscudo Durand à Bastanous. La suo caddèto Henriette Junca (quouaté vint ouèyt ans) rémplaçèc la doyènno  malaouzo cardiaquo, qué nous gaouzè pas désplaçà. Lou darrè élèvo èro atjat dé cinq’ans Mès dé très cént soixanto léttros d’inbitaçioun éstèn émbouyados, uo à la Réunioun, yaouto aou Chili oun manquèt l’adrésso. Dé més l’éscolo naouo bénifiçiant d’un régroupomént Pédagogiquo, qué soun quouaté Coumunos qué partiçipaouon égalomén. Açi lous élèvos èron més jouéns (inauguratioun én Milo naou cén cinquanto chés).

Bous dizé qu’ino èro pèrsonèlomén l’émoutioun qu’aouèy dé prépara aquéro manifèstatioun, més qu’at coumprénguérat façilomén ; qu’èri l’élèvo partit dé soun billatgé, qu’aouéouo pèrdut qu’aouquo raçino. Qui dounc la dato dé Péntocousto qu’éstèc réténgudo, démouraouo éncouèro forço trabail, més qu’aléouo aouança. Qu’in plazé lou jour tant atténdut, bézé arriba més dé dus cént élèvos, énseignants, é simpathizants, s’nstalla à tour dé rôlé suous bancs, é sé hai photographià à sa plaço.

Pèr la suito, qui à la glèyzo qué lous participants s’émpièlèn éntà éscouta las paraoulos dé biènbégudo dé bosté sèrbitou, éntaous élèvos, lous énseignants, é surtout hai rémarqua coumo catéchismé é éscolo dé Férry, aouèn toutjours haiy boun ,ménatgé. Qu’éstèc aoubliguat dé raccourçi sas paraoulos, tant l’émoutioun lou gagnaic. Agoun drét après aou dépôt d’uo gèrbo aou Mounumént aous Morts, éntourats dé las pèrsounalitats civilos é militarios, é lou Mairo Michèl dabé la coumpliçitat dou més jouén élèvo dé l’éscolo, aoufriscoun à la doyèno Henriètto uo poulido Gèrbo dé flous, é diguén soun discours  nous déjbrémbè pas dé rémerçia « sous élèvos dé serviçi » qu’éstèn : Raymonde, Georges, er André.

Un gran Barnom dréssat diguén la cour dé l’éscolo, pèrméttouc la réstaouratioun dé touts lous énbitats, é péndén é après lou répas, la vizito dé photos anciènnos é récéntos agoun un grand succès. Lou bal dé Maytiado é souèrado pèrméttouc à las pèrsounos béngudos dé louy, dé débiza dabé lou billatgé, d’és quitta à sa counvénénço, é sé proumétté d’és réncountrà més soubén.

Qu’aouéy biscut qu’aouquos annados aouant, la mèmo manifestatioun diguén moun billatgé d’adouptioun, douc Luciènno éro éstado l’élèvo, qué bous podi dizé qué mèmo én aoué participat à l’élabouratioun, nou mé n’èri pas séntit l’aoutou, coumo à l’éscolo dé Manas.

Coumpréhénsiblé en dirats ;més qu’at caou bioué ! Aouéy, à Quouaté bint’ans, qu’éy éncouèro la mio régénto.

Ecole de Manas Le Comité de recherche organisateur de cette journée

Ecole de Manas
Le Comité de recherche organisateur de cette journée

Les anciens élèves reviennent à l'école. Sur le banc, Georges et Raymonde ; derrière, le grand André et à sa gauche l'Institutrice

Les anciens élèves reviennent à l’école.
Sur le banc, Georges et Raymonde ; derrière, le grand André et à sa gauche l’Institutrice