112.   J’ai mal à ma Gascogne. Drôle de titre me direz vous, j’en   conviens, mais nous allons en discuter.

Notre Gascogne dissociée de la   Guyenne à la révolution de 1789, s’étale du Val d’Aran Espagnol à la pointe   du Verdon en Gironde. Comme l’avait clamé l’un de nos plus fier Gascon Henri   IV, elle est délimitée par la montagne (Pyrénées) le fleuve (la Garonne) et   la mer (Atlantique). Cette Garonne qui pour valoriser la frontière s’arrime   au Val d’Aran par deux sources, délimitant et englobant celui-ci ; a l’orient   au cap de Baqueira, et à l’occident à la Maladetta (par le trou du toro),   passant par Toulouse, Agen, Bordeaux, et par l’Estuaire, saluée en Atlantique   par le phare de Cordouan, quelle belle frontière naturelle.

Et notre   Mousquetaire d’Artagnan, né au château de Castelmore à Lupiac 32290. Statufié   à AUCH 32000. (Escalier Monumental) et à Condom 32100,  avec ses Mousquetaires. Ne sont ils pas les   deux emblèmes éminents de notre Gascogne ? Quels exemples pour les  gascons que nous sommes, avons-nous gardé   l’honneur et la fierté transmise par ces hommes, je n’en suis pas si sûr.  

Nous savons que nous sommes en pays d’Occitanie, mais que nous sommes des   Gascons, vivant en Gascogne, dont la capitale est Auch (l’aurait’on oublié?)  Notre expression Gasconne est le   Patois Gascon, car les traces d’écriture depuis la fin du XIVème siècle   ont disparues, et nos braves paysans Gascons ne savaient pas lire, de ce fait   l’expression du patois est devenu péjoratif, et même interdit.

Notre Patois   n’amènera, rien à la postérité, mais il a une identité et de profondes   racines, et les racines à tout être humain sont indispensables et permettent   de développer l’imagination et l’intelligence. Nous savons qu’en Gascogne on   peut en compter une vingtaine ; et alors ! Nous nous comprenons   tous, il y a des variantes, ceci est le grain de sel ! Ne perdons jamais   le nôtre, qui que nous soyons, mais ne nous laissons pas envahir par de   fausses manœuvres.

Respectons les identités de chacun, mais de grâce, ne   croyons pas que dans la mondialisation de demain, elles amènent la clé de   notre avenir. Quand je vois dans nos villes ou villages, des doubles noms   d’identité sur les panneaux, je me pose beaucoup de questions  (pour lesquelles je ne donnerais pas la   réponse, car je ne voudrais pas être désagréable). Nos patois maternels   qu’els qu’ils soient sont respectables, et doivent être respectés par tous.   Bien sur en Gascogne, comme partout ailleurs, ils sont nombreux, mais   compréhensibles par tous, alors n’acceptons pas que l’on vienne nous imposer   des expressions linguistiques qui ne sont pas les nôtres, et qui redisons le,   n’ont pour but que de rassembler des gens fiers de leur racine locale, et   qu’ils essaient de transmettre ou conserver a des personnes aujourd’hui, loin   du service actif.

L’Argent utilisé à cela, surtout en cette période est très   discutable, je le verrais mieux utiliser à former notre jeunesse, à la   préparation de la vie moderne de demain, car Gascons nous sommes, et Gascons   nous resterons, mais laissez notre patois bercer encore nos discussions et   nos rêves, et que nous puissions nous retrouver en fonction de nos   « accents » dans des discussions « d’hier », et nous   laisser sérieusement préparer le devenir de « demain ».

 

Qu’èy maou à ma Gascougno.Drolé dé titré ém diratz, qu’én   coumbéngui, més qu’ém ban discuta.

Nosto Gascougno   dissouçiado ,dé la Guyènno à la révoulutioun dé Milo sét cént quouaté   vint naou, s’énstallo dou val d’Aran Espagnol à la punto dou Verdon én Giroundo. Coumo l’aouè clamat  l’un dé nostés més fièrs Gascous Hénri quouaté,y délimitado pèr la mountagno (Pyrénéos), la Riou), (La Garonno), é la mèr (Atlantiqué).   Aquéro Garouno qué, éntà   valouriza la Frountièro, s’agrippo aou Val d’Aran pèr duos sourços, délimitant et l’éngloubant : à l’Orién aou Cap dé Baquéira, é aou pounén à la Maladétta (aou traou dou Toro), passant pèr Toulouzo, Agén, é Bourdèou, é la bouco dé la Giroundo, saludado én   Atlantiquo pou pharé dé Cordouan, Qu’ino poulido frountièro naturèllo.

E nosté mousquétayré d’Artagnan, néscut aou castèt dé Castelmoro à Lupiac 32290. Statufiat à Aouch 32000 (Escalè Mounumental), é à   Condom 32100, dabé sous Mousquétayrés. Qué soun lous dus pèrsounatgés marquants dé nosto Gascougno ! Qu’in èxémplé   éntà nouzaous Gascous, ès qué aouén gardat l’haounou é la fièrtat qué mous an transmés aquéts homés ?, én soy pas trop ségu.

Qué sabén bièn,   qu’èm én pays d’Occitanio, més qu’èm Gascous, biouén én Gascougno, doun   la Capitalo y Aouch (mous an aouén pas   déjbrémbat ?). Nosto èxpréssioun Gascouno y Lou Patouès Gascoun, las traços d’éscruouturo démpuch la fin dou   quatorz’ièmo sièclé an disparut, é nostés  paysans   Gascous nou sabéouon pas légi, d’aquét fait lou   patouès èro béngut mèsprisat, é mèmo éntèrdit

. Nosté patouès n’amièrà arén aou futur économiquo, més qu’a uo idéntitat é raçinos prégountos, é las raçinos   soun indispénsablos à touto pèrsouno, qué pèrméttén dé   déveloupa l’imaginatioun, et l’intelligénço. Qué sabén qu’én Gascougno én   poudén countà uo bintéo : é alabéts ! Qué mous couprénguén   touts, y a quaouquo barianto, aquo y lou gragnoun dé   saou ! Nou pèrdén jamés lou nosté, qu’èls   qué sian,  més nou mous dèchén pas  gagnà pér faoussos manubros.

Rèspèctén las idéntitats dé cadun, més, dé graço, nou   pas crézé qué diguén la moundializatioun de douman, aco amié la claou dé nosté abéngué. Qu’an béy diguén nostos bilos é billatgés, doublés noms d’idéntitats suou pannéous d’éntrado, qu’ém paouzi forços quèstious,  (nou baillérèy pas ma réspounso,   bouléri pas èsté désagréablé).Nostos   lénguos mayranos qu’èlos qué sién, soun rèspèctablos,   é déouén èsté rèspèctados. Ségu quén Gascougno, coumo pèrtout soun noumbrouzos, més coumpréansiblos pèr touts. N’accèptén pas qué mous bénguon émpaouza expréssious linguistiquos qué nous sion pas las nostos, é   qui nou déourén rassémblà qué moundé fièrs dé sas raçinos   localos, é qu’assajan dé transmété ou counserba, à   pèrsounos aouéy bièn louy dou sèrbiçi actif.

L’argén utilizat aquiou, surtout én aquésto périodo y bien discutablé,   lou béyri méillou émplégat à   fourmà nosto jouénésso, é à la   préparaçioun dé la bito modèrno dé douman, émprémou Gascous qu’én, é Gascous   qué démouréran, més déchat mous éncouèro nosté Patouès cugnèrà nostos discucussious é nostos émbéjos, é qué   mous pousquan rétroubà dabé nostés « acçants », diguén discussious   « dé jé », é mous déchà préparà lou dévéngué dé   « douman ».

Source de la Garonne Baqueira à droite l'atlantique à Gauche la Médittérranée

Source de la Garonne
Baqueira
à droite l’atlantique
à Gauche la Médittérranée

La Garonne Source Ouest.La maladetta. Le Trou du Toro.

La Garonne Source Ouest.La maladetta.
Le Trou du Toro.